Mia madre

Le film de Nanni Moretti s’ouvre sur une scène de grève qui, tournant à la confrontation avec les forces de police, est sanctionnée d’un « Coupez ! ». Margherita est réalisatrice de films engagés socialement et politiquement. La réalité, ça la connaît. Et pourtant, cette réalité qu’elle n’a jamais fui, qu’elle s’emploie au contraire à montrer et à comprendre, cette réalité la déborde de toutes parts, elle ne la comprend plus. L’acteur connu qu’elle a engagé pour son film fait des blagues déstabilisantes et pour tout dire, embarrassantes, à tout bout de champ ; sur le plateau, il oublie ses répliques et, quand il s’en souvient, c’est pour mieux massacrer l’italien, tandis que la fille de la réalisatrice, étudiante en lettres classique, se débat elle avec le latin, dont on comprend qu’elle a été incitée à le prendre en option parce que sa grand-mère était professeur de lettres classiques – ladite grand-mère se trouvant à l’hôpital, sans grand espoir de rétablissement. Margherita navigue donc entre l’hôpital, le plateau et chez elle (où l’attend une inondation causée par la machine à laver, tant qu’à faire) avec un sourire d’extrême fatigue, les yeux brillants de larmes et d’intelligence dépassée.

Ses efforts pour tenter de comprendre cette réalité qui la dépasse sont touchants – parce que vains : la situation ne s’arrangera que lorsqu’elle cessera de vouloir à tout prix tout comprendre et contrôler. Lorsqu’elle acceptera à sa table l’acteur désolé, lui montrant son trombinoscope de l’équipe pour lui expliquer sa mauvaise mémoire et ses efforts pour passer outre. Et surtout, surtout, lorsqu’elle cessera de croire, malgré les dénégations de son frère, au rétablissement de leur mère et qu’elle admettra sa mort prochaine.

« Ce n’est pas ma réalité », s’énerve un peu plus tôt la réalisatrice sur le plateau, lorsqu’elle découvre les ongles manucurés des figurantes choisies pour peupler l’usine, qu’elle aurait certainement voulues plus ouvrières, plus conforme à l’idée qu’elle s’en était forgée. On ne peut pas choisir la réalité, seulement le rapport que l’on entretient avec elle. Sa mère va mourir. Sitôt qu’elle l’admet, non sans s’être cabrée (on n’admet pas facilement la faillite de la pensée à ordonner la vie), Margherita cesse de se heurter à la réalité. Elle retire sa mère de l’hôpital et la ramène chez elle, pour qu’elle puisse mourir en paix, parmi ses livres et ses souvenirs. Et poursuit le tournage malgré tout, sans plus s’énerver. La fin du film baigne ainsi dans une atmosphère apaisée, qui laisse enfin la place au chagrin, jusque-là refoulé dans l’inquiétude et l’agitation perpétuelle. Le mamma mia d’une femme au bord de la crise de nerfs laisse place au regard attendri sur une mère mourante, qu’on ne peut empêcher de mourir ni s’empêcher d’aimer : mia madre.

Mit Palpatine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 19 =