Rat de bibliothèque d’Opéra

 

 

Visite à l’opéra Garnier, hier, à l’occasion de portes ouvertes où l’on avait libre accès à la bibliothèque des lieux, dont j’ignorais jusqu’alors l’existence. Mais qui donne envie d’avoir quelque mémoire à rédiger qui en rende la fréquentation nécessaire. Même si les ouvrages sur la danse sont plutôt minoritaires face aux livrets d’opéra (ou reléguées à l’entresol, où il n’y a plus de grillages ni d’yeux baladeurs), et si l’italien, le russe et dans une moindre mesure l’anglais le disputent au français.

 

 

Cette bibliothèque s’est superposée à toutes celles que j’ai visité lors de mon voyage en Autriche-Hongrie-Prague, que je ne saurais pas rattacher à un lieu cartographiable (hormis la bibliothèque nationale de Prague, que je remets très bien, peut-être grâce à ses gros globes terrestres, comme autant de planètes qui donnent l’impression que le monde vient d’être créé) : elles sont hors du monde puisqu’elles le contiennent virtuellement dans leurs pages, prêt à surgir à la moindre lecture. Mais celle-ci n’est pour ainsi dire pas à sa place dans ce lieu qui lui est pourtant consacré : elle serait presque une profanation. L’éphémère n’a pas cours dans l’éternité du savoir, que l’on voudrait toujours déjà su. Observer bien plutôt le silence, et les tranches multiples de ce temple tout en colonnes, les reliures et les dorures, qui se confondent. Se garder surtout de profaner la pure possibilité d’un savoir absolu – image enluminée par l’imagination, que l’on ne peut toucher qu’avec des gants blancs – dans une salle de lecture.

 

 

Cette dernière, à Garnier, paraît bien plus actuelle que la bibliothèque à laquelle elle est accolée, et si une bouteille de Badoit abandonnée sur une des tables par un lecteur/chercheur amuse comme on regarderait avec curiosité, dans un château, la poupée d’une princesse morte, placée dans la chambre conjugale, elle paraît simplement déplacée de se trouver derrière le cordon de sécurité. La salle de lecture aurait plutôt un air de bureau de ministre, auquel on aurait monnayé un aspect respectable à coups de dorures, lustre, horloge à sphinx et baromètre compris. Tandis que la bibliothèque même garde sa majesté, certes teintée de démocratie, comme le trahissent les gommettes blanches avec le code de référencement sur toutes les tranches, et bien qu’elle soit assaillie de visiteurs – gémissements du parquet. Mais la bibliothèque toute allongée qu’elle est ne forme qu’un couloir, et la profanation aveugle des appareils photo sans flash ne parviendra pas à lui arracher sa vertu.

 

 

Partout ailleurs, des appareils photos, derrière lesquels on devine parfois des touristes qui prennent des clichés à la volée, pour garder quelque chose, car il n’y a pas de boule de neige avec palais Garnier miniature à la sortie ; ou d’autres, qui viennent pour faire de la photographie, au singulier et avec trépied – pour cela le lieu leur serait presque égal, agréable seulement en ce qu’il est peuplé de mannequins aux canons grecs et dociles à la pose.

 

Parquet flottant

 

Toutes les allégories, le marbre, les marches, les lustres, balustrades, balcons, dorures, moulures et moult autres choses sont pompeuses et lourdes de respectabilité à affirmer. Mais j’ai peine à le leur reprocher, tant l’opéra est dans mon esprit le palais Garnier, indissociable des spectacles qu’on vient y voir : les marches marquent le début du défilé du corps de ballet, le velours des loges est l’atmosphère chaude qui précède la représentation, et le lustre de la salle, ronde joyeuse de la danse même.

 

 

J’ai finalement du mal à octroyer à l’opéra le droit d’exister pour son architecture. Observer les gens goûter le bâtiment indépendamment de sa fonction devient délicieusement comique d’absurdité – petites fourmis faisant une visite immobilière d’un navire qui n’est pas à vendre. Je suis l’une d’elles, pourtant.

 

 

 

Mais dois me rendre à l’évidence que je ne trouve cet opéra beau que par les ballets auquel je viens assister. Je me suis souvent dit que j’aurais aimé profiter d’une loge, à partager avec des amis, prendre le temps d’accrocher ses affaires, de converser avant le début de la représentation sur le morceau de corail de l’espèce de canapé de côté, de mettre un peu d’ordre à sa coiffure dans l’éclat lumineux du miroir, sentir le velours et l’appui amical de la balustrade – mais à l’évidence, la familiarité conduit seulement à ne plus rien en voir. La nostalgie de la baignoire des Guermantes n’est qu’une arabesque ornementale de ce que j’aime ici.

 

 

Les portes ouvertes rendent au lieu son statut de simple édifice, soulignent son architecture lourde, et la valeur que je lui accorde étant uniquement subjective, il me paraît tout simplement bizarre que la foule l’examine sous toutes les coutures, foule à qui je n’ai aucune garantie pour lui attribuer une affection toute subjective comme la mienne : derrière leurs appareils photos, qui ne sont pas le prolongement de mon œil, l’opéra est bien un objet.

 

Il faut une autre subjectivité qui, vous prêtant sa vision, vous permet de voir la chose d’un œil neuf. J’ai retrouvé là-bas un bloggeur, Plapatine, et c’est en sa compagnie que j’ai commencé à regarder l’opéra sans majuscule, sans « de Paris » accolé derrière, sans spectacle en somme. Comme quelqu’un qui ferait parler devant vous un album de famille en vous racontant l’anecdote qui y est certes bien présente (et pas seulement associée) mais cachée à l’observateur non averti ; ainsi de ce buste de « déesse » de l’éclairage à l’électricité, qui possède un fil électrique en guise de collier.

Même si au final, à s’être posté au premier étage pour observer l’escalier central et les gens qui s’y agitaient, on a fini par discuter en oubliant un peu le cadre – par où l’on rejoint ce qui fait le charme du lieu, sa capacité de mise en scène.

 

5 réflexions sur « Rat de bibliothèque d’Opéra »

  1. “elles sont hors du monde puisqu’elles le contiennent virtuellement dans leurs pages, prêt à surgir à la moindre lecture.”

    Oui, c’est ça.

    Et je sais ce que tu veux dire par “je ne trouve cet opéra beau que par les ballets auquel je viens assister.”
    Ca me faisait cet effet-là au début.

    1. Oui. L’opéra. Les ballets. Mais surtout Le ballet. Auquel j’ai eu tant de mal à me résigner. J’aime toujours rentrer dans ce lieu mythique, à l’atmosphère lourde du velours rouge, à l’excitation des murmures d’avant spectacle…
      Je ne savais pas qu’il contenait une bivliothèque. Et ta première photo à fait resurgir un souvenir/ rêve d’enfance auquel je n’avais pas pensé depuis longtps.
      Belle, dans la Belle et la Bête de Dysney (enfance j’ai dis!) se trouve dans une bibliothèque immense, avec une echelle qui glisse sur les rayonnages.
      J’aurai adoré avoir une telle bibliothèque, remplie de livres de toutes sortes, de tous auteurs de tous horizons… Jusqu’a ce que mon rêve s’écroule, et que je decouvre que non seulement les bibliothèques n’etaient que très rarement fréquentées que par moi, que mon intimitée avec les livres etait donc toute aussi inexistante, et comble de l’horreur, qu’elles n’étaient pas en hauteur avec des echelles qui glissent et menacent de tomber mais en longueur, avec des livres a portée de main.

      De ce jour, je me suis mise a préférer les librairies.

    2. Bamboo >> Au début… plus maintenant ?

      Bulle >> Te résigner au ballet ? Ou te résigner à faire une croix sur le corps de ballet de l’opéra de Paris ?
      Quant à la Belle et la Bête, j’ai un vague souvenir d’en avoir vu un vieux film en noir et blanc, où les larmes de la belle deviennent des pierres précieuses, mais nul souvenir d’une bibliothèque – je dois tout confondre. Les bibliothèques de manoir romanesques ne sont pas les municipales, c’est certain ! Tu as raison de préférer les librairies, meilleur moyen pour se constituer un embryon de bibliothèque rêvée (limitée par la place disponible, la hauteur de plafonds et les moyens, parce que vu le prix des livres de poches, il faudra repasser pour les volumes reliés en cuir – et faire une croix sur l’échelle- mais il n’empêche). Et puis, je suis très possessive avec les livres, j’ai du mal à abandonner le support de ma lecture dans les rayonnages anonymes.

    3. Garnier, son lac sous-terrain, son fantôme, sa ruche sur le toit (un mythe s’est glissé au milieu, sauras-tu le retrouver ?), j’ai appris ce week-end qu’en fait la bibliothèque avait été déménagée : à la base, elle était derrière les bureaux de l’AROP (une salle ronde dans leurs dépendances, à présent, si j’ai bien compris), c’est-à-dire tout en hauteur (un large et ouvert escalier descendant donne directement sur l’amphi, depuis la grande salle qui sert aux assemblées générales).

      J’essaierai de mener l’enquête…

    4. Non, me resigner au corps de ballet de l’opéra de Paris.

      Pour la bibliothèque de mon enfance, c’est dans la version disney, au debut je crois… Donc pas de noir et blanc et pas de pierres precieuses… Mais c’est une version que je regarderais bien si tu te souviens de qui elle est, fais moi signe!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + neuf =