Pianistes siamoises et violon suspendu

Contrairement aux Animaux de Poulenc, je ne me sens pas l’âme d’une enfant modèle. J’ai encore envie de bavarder avec JoPrincesse quand les musiciens cessent de s’accorder et que le chef rentre en scène. Pas très concentrée, je rate une grande part du safari musical, même si j’entends le nasillement d’un canard du côté des bassons et que j’aperçois un aristochat agiter ses petites pattes blanches au-dessus des percussions, après m’avoir surprise au piano. Le carnaval avance masqué, on dirait un cortège d’animaux non pas costumé mais déguisé en foule urbaine. Renseignements pris, il s’avère que c’est précisément l’intention du compositeur : ne garder que les personnages humains des Fables de la Fontaine, quitte à pratiquer l’anthropomorphisme inversé. Plutôt drôle pour un compositeur qui me fait à chaque fois penser au poulain des tablettes de chocolat. Toujours en train de chercher la petite bête, je sais. Et je l’ai trouvée : c’est une grosse coccinelle qui dirige l’orchestre à coups d’envolées de 30 centimètres sur le côté.

 

 photo P1010651-copie_zpse61a708d.jpg

 

S’avancent ensuite les solistes siamoises pour le Concerto pour deux pianos enmineur1. Les sœurs Labèque, décrites par Palpatine comme la terreur des pianos, ne sont pas si redoutables. Si j’étais un piano, j’aurais bien plus peur de Berezovski – même si je m’abandonnerais facilement à ses frappes et caresses alternées. Le toucher des sœurs Labèque est de l’ordre du piquant, avec des doigts-stilettos assortis à leur talons aiguilles. Penchée sur son clavier, Katia en est de temps à autre brusquement éjectée, cheveux électrisés, comme une sorcière ébouillantée par les projections de son chaudron. Sa sœur Marielle, en face, offre une image plus apaisée (moins liftée, surtout, selon @IkAubert) mais l’une comme l’autre surprennent par des instants clairs et légers, perdus au cœur de la vallée orchestrale, comme des lucioles (une fée ?) sous cloche. Il reste quelque chose de la pureté enfantine chez ces sœurs un peu frappadingues, une joyeuse dureté qui les fait taper du talon dans un bis jazzy endiablé – le cliquetis de l’aiguille en guise de métronome (je soupçonne Katia d’y avoir mis des fers à claquettes). Je suis encore émerveillée par la solidité de ces chaussures.

 

 Katia-au-piano

 

Pendant la cinquième symphonie de Tchaïkovski, ce sont d’autres talons que l’on entend, tandis qu’ils s’esquivent aussi discrètement que possible vers la sortie : une violoniste a fait un malaise, raccompagnée par sa voisine. La place est immédiatement comblée par le collègue de derrière, show must go on, mais le violon est resté suspendu au pupitre par la crosse. Ce violon, c’est exactement mon esprit en concert : suspendu au milieu de l’orchestre, il n’a rien à y faire, mais il est parfaitement à sa place, très content d’être là, parfaitement incongru. On peut bien l’oublier, qu’importe : il est solidement arrimé, on finira par le retrouver à la fin de la pièce, quand il aura été mille fois frôlé par des caresses musicales. Certaines l’auront touché, d’autres n’auront même pas été conscientes, le faisant seulement dériver vers de nouvelles idées, curieusement associées. Et de temps à autre, il se réveille là, un peu vide, un peu sonné par ces drôles de pensées, qu’il essaye d’ajuster à ce qu’il entend, surpris que tout soit déjà si différent.

 

 photo violon-suspendu

 

Revenue à moi, j’ai à peine le temps de chorégraphier un adage que je reste suspendue en grand développé à la seconde, prise de cours par la fin du mouvement – à côté de moi, JoPrincesse a déjà imaginé le ballet en entier. Heureusement, il me reste encore un mouvement pour remarquer le nouveau bassoniste, plutôt mignon malgré des difficultés d’ordonnancement capillaire propres à ce pupitre (petite pensée pour Palpatine avec cette vue dégagée sur Lola, qui a dirigé tout le concerto des sourcils entre deux pom pom), et essayer de déterminer la composition de la baguette du chef. Il faudrait demander confirmation à Ollivander, mais je penche pour un crin de licorne et une carapace de scarabée en poudre. Avec davantage d’expertise, je me lancerais bien dans la rédaction d’un catalogue raisonné de la baguette. Il y aurait sûrement une pince de crabe, une écaille d’hippocampe et un poil de toon dans celle de Paavo Jarvi. Ou bien une dragée de Bertie crochue, allez savoir.

 

1 Ce qui est pratique, c’est que, placé en pair ou impair, tout le monde y trouve son compte.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − quatre =