Elysium

Vue aérienne d'Elysium

Elysium, lieu de l’harmonie universelle, dont Bach semble consubstantiel

 
Un film de science-fiction, vraiment ? Accentuer les disparités de richesse en envoyant les beaux quartiers en orbite et rendre spatiaux les vaisseaux qui apportent leur cargaison d’immigrés clandestins suffit à peine à mettre à distance notre société actuelle. En 2154, la science a certes fait des progrès mais celui-ci n’a rien perdu de son ambivalence : pendant que, sur Elysium, il suffit de s’allonger dans un caisson de décompression pour être instantanément guéri d’une fracture ou d’une leucémie, sur Terre, les conditions de travail (à la chaîne) pour créer les robots ont régressé vers la fin du XIXe, début du XXe siècle européen, avec les dangers du XXIe. Le tiers-monde s’est étendu au monde entier, à l’image du Mexique ayant grignoté du terrain jusqu’à installer ses favelas à New-York. La planète bleue n’est plus que terre, sable et crasse – non pas à la manière, très esthétique, d’Oblivion et de ses étendues désertiques ; à celle des décharges à ciel ouvert que l’on peut voir dans tous ces reportages qui donnent immédiatement envie de zapper.

Ce qui fait d’Elysium de la science-fiction n’est donc pas la science. La science n’a pas fait de miracles ; elle n’a aucune influence sur les esprits qui l’emploient à préserver leur corps. Non, ce qui fait d’Elysium de la science-fiction, c’est de croire qu’un homme providentiel peut changer le cours de l’histoire. Un homme qu’une petite sœur des pauvres a remarqué enfant comme un être exceptionnel alors qu’il n’a rien que de très banal : l’intelligence pour monter des coups foireux (mais pas au point de ne pas se faire attraper, puisqu’il sort de taule), des baskets Addidas (fabuleux zoom de placement de produit), un nom simple, Max serait resté un gus paumé parmi d’autres, bien en deçà de son amie d’enfance devenue infirmière, s’il n’avait reçu une dose mortelle de radiations dans un accident de travail. Avec cinq jours à vivre, il ne lui reste plus rien à perdre que l’espoir insensé de s’en sortir en allant sur Elysium. Mais cet espoir, il ne peut pas le perdre car la science-fiction a ceci de commun avec la littérature jeunesse que la désespérance y est interdite. C’est une condition sine qua non : il est possible d’imaginer les pires situations, de monter des hypothèses si catastrophiques que l’on ne s’autoriserait pas à les formuler en d’autres circonstances, du moment qu’il reste de l’espoir, même infime, même fou. Sans cet espoir, aucun spectateur ne se risquerait à affronter l’angoisse, inévitable.

Max n’a donc plus rien à perdre. Son frère l’a très bien compris et pose une condition à lui offrir le ticket (au prix astronomique) pour Elysium : qu’il l’aide sur un coup qui pourrait rapporter gros et qui implique de pirater le cerveau d’un citoyen élyséen. Ah, et de se faire implanter tout un tas de ferraille dans le corps pour disposer de la force nécessaire à la mission – opération (sans anesthésie) à côté de laquelle la crucifixion du Christ est une partie de plaisir. C’est le début de la métamorphose en homme providentiel : la souffrance. Max n’a pourtant rien encore d’un rédempteur ; il assume même si bien son rôle de mercenaire que l’on bascule dans le film de guerre (ellipse de la guerre civile qui aurait fini par éclater en son absence ?). Coups de feu, course-poursuite, chasse à l’homme, coups et blessures le font heureusement atterrir auprès de Frey, son amie d’enfance infirmière, MILF d’une gamine condamnée à court terme si elle n’est pas soignée sur Elysium. Entre désir et altruisme, voilà l’amour du prochain rappelé à notre héros. Pour que le miracle ait lieu, il ne manque plus qu’une étincelle : la frère découvre que les données piratées permettent de reseter tout le système informatique d’Elysium ; et un retournement : les utiliser entraînera la mort du cerveau qui les a illégalement téléchargées. Car il ne doit subsister aucun doute sur la valeur morale du héros : pas de rédemption sans sacrifice, pas de soins pour tous sans la mort d’un homme, auquel on n’accorde que la concrétisation d’un universel (l’amour, la liberté, l’égalité) dans un particulier (la fille de Frey va pouvoir guérir) et non la vie sauve, potentiellement entachée d’égoïsme.

Récupéré par l’idéologie démocratique, ce messianisme religieux se traduit par la régularisation de tous les habitants de la Terre, reconnus citoyens d’Elysium. Ils ne sont pas rapatriés sur Elysium mais des navettes entières de caissons guérisseurs sont dépêchées sur Terre. Pas le paradis sur terre, donc (conçu pour un petit nombre de privilégiés, Elysium serait perdu si toute la population débarquait), mais comme dans la religion, la promesse d’une autre vie… celle que les privilégiés mènent et que cette mission humanitaire à l’échelle planétaire leur permet de conserver. En donnant à tous une chance d’aller mieux (une égalité de droits dans l’accès aux soins), ils ne créent pas l’égalité (de fait) mais régulent l’inégalité pour qu’au moins il ne se trouve plus personne qui n’ait plus rien à perdre. Les habitants de la Terre ne demandaient finalement pas grand-chose : l’espoir. Et les réalisateurs de science-fiction, magnifiques auteurs de paraboles, ne lésinent généralement pas sur ce point.

Mit Palpatine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − sept =