Bulles de BD, 2019 #9

Le Chevalier d’Éon, tomes 1 & 2, d’Agnès Maupré

Comme j’aime le trait et les couleurs d’Agnès Maupré ! Au lieu d’être enfermée dans un contour noir qu’elle colorie, la couleur ici trace son chemin : arrête du nez, pommettes et mentons rouges, veines de statue et perruques bleues, dalles violettes… c’est un régal de couleurs. Au point que les bibliothécaires ont cru à une BD jeunesse, au retour du premier tome et à l’emprunt du second :
– La jeunesse, ça s’enregistre à l’étage, normalement.
J’ai repensé à la case où le chevalier dort tout nu sur le dos (je vais commencer une collection de dessins de messieurs tout nus sur le dos), puis à celle où la tsarine, ayant essayé d’égayer sa bite un peu flasque, lui reproche de lui rappeler son âge, et j’ai répondu sobrement que les couleurs pouvaient laisser penser que c’était un ouvrage jeunesse mais que ce n’était point le cas. Si jamais on me fait la même remarque au retour du second volume, je l’ouvrirai à la page où l’on annonce au roi en plein coït que sa favorite est morte – perruque de travers et bedaine au-dessus du corps labouré. Le cul n’est jamais bien loin du sexe – lequel ne fait ici aucun doute : le chevalier d’Éon est présenté comme un homme, qui a commencé sa carrière de travesti pour raison d’État. Il est seulement amusant de voir que chacun est persuadé qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme selon l’accoutrement dans lequel il l’a vu(e) en premier. Une vie haute en couleurs et des couleurs qui amortissent les quelques allusions graveleuses qu’elles ont l’élégance de faire passer pour bon enfant. L’ensemble se déguste comme un bonbon un peu piquant – une aventure de jupons et d’épées.

(Dernière bulle en bas pour vous montrer non les bottes du chevalier, mais le dallage – la dessinatrice y excelle ; on a envie de les collectionner comme les azulejos lors d’un voyage à Lisbonne.)

Les Jours qui restent, d’Éric Dérian et Magalie Foutrier

Ce dessin m’a trop bien fait sourire pour que je ne le choisisse pas comme extrait, même s’il ne dit rien de la thématique de l’ouvrage, vivre avec une maladie chronique, ni des existences qui s’y croisent et s’y construisent joliment en la dépassant.

Bulle du haut : allégorie de ma pause déjeuner, lorsque je détaille le menu des restaurants en mangeant mon sandwich.

Trois albums de Sempé : Sentiments distingués, Quelques citadins et Beau temps

Sempé, je connaissais sans connaître. Oui, le trait tremblotant de vie, reconnaissable entre mille, l’humour facétieux, élégant, oui, oui, notre dessinateur du New Yorker à nous, quoi. Mais j’avais toujours croisé ses dessins. Là, j’ai pris rendez-vous avec eux, un album puis deux autres sous le bras, j’ai détaillé les foules, en me demandant combien de lecteurs avaient remarqué tel personnage dans le fond ; j’ai essayé de deviner ce que dirait la légende aux seules attitudes, pour mieux me laisser surprendre ; j’ai cherché ce qui semblait évident, comment le dessin sautait aux yeux (souvent, au choix : la perspective, l’usage parcimonieux de la couleur, l’épaisseur et la graisse du trait…). Je suis épatée par son sens de la foule (comment il suggère sans tout dessiner et néanmoins réserve des amusements à qui la détaillerait) et j’aime tout particulièrement la manière dont il croque la joie, les bonheurs du quotidien se confondant avec l’extase religieuse – chez lui, même les statues des églises sont débonnaires.

“Même les punks attendent que le feu passe au vert…”

Berlin 2.0, d’Alberto Madrigal et Mathilde Ramadier

Pas accroché des masses à cette BD qui cherche à montrer l’envers du décor, de Berlin la capitale alternative cool qui, underground et start-upeuse, est aussi un repère d’emplois mal rémunérés, sans salaire minimum, qui peut se révéler hostile à qui a grandi avec la sécurité sociale.

Mais gloire au Frühstück, et à ce dessin de feu d’artifice, qui ressemble étrangement à la vue que nous avions eu de notre chambre d’auberge de jeunesse le soir du Nouvel An avec Palpatine, il y a 9-10 ans de cela – un souvenir cher parce que le feu d’artifice n’était pas que dans le ciel.