The Assassin

The Assassin ? Mais tu es sûûûûûûûûûûre ? Je veux bien, mais c’est une chinoiserie, c’est contemplatif, ça va être super lent, une feuille qui remue dans le vent, tu vas râler. Deux minutes avant, Palpatine m’apprenait que The Revenant était classé comme western et que ça n’allait du coup probablement pas me plaire. Déçue de ne pas pouvoir apprécier DiCaprio dans le rôle qui lui a valu un Oscar, me voilà de surcroît vexée : je suis la fille qui n’aime rien (que le mainstream), surtout pas la lenteur, et tant pis si j’ai kiffé être initiée au no d’Amagatsu, ça ne compte pas, La Sapienza non plus, que je suis pourtant allée voir seule de mon plein gré, ça ne compte pas ; on ne peut pas changer, hein, on n’aime pas la lenteur, on n’aime pas la lenteur, c’est comme ça. Autant dire que, ne serait-ce que par pur esprit de contradiction, j’étais fermement décidée à kiffer ma race.

Prophétie auto-réalisatrice ou mauvaise foi poussée à son comble, j’ai kiffé… et passé une bonne part du film à m’interroger sur cette idée de lenteur. C’est-à-dire entre deux pensées bizarres, qui, dans une attention flottante, vous tombent dessus comme l’insecte dans la fleur dont on filmait le frémissement au soleil : est-ce que le réalisateur a remarqué ce point noir à l’écran ? Est-ce qu’il s’est est contenté ? Est-ce qu’il a choisi ce plan précisément pour cela ? A-t-il attendu qu’un insecte tombe là ? Et ces biquettes silencieuses, ce n’est pas possible ; les biquettes ne sont jamais silencieuses – sauf à dormir ; il a post-synchronisé les biquettes avec des chants d’oiseaux, non ? Et ces soies bigarrées sont-elles anachronique ou trahissent-elles notre habitude à imaginer le passé en sépia, noir et blanc ? Quand la lenteur devient-elle de l’ennui ? Est-ce que je m’ennuie, d’ailleurs ? Je n’en sais fichtre rien ; c’est plutôt bon signe.

Ce qui est lent est lent soit par contraste, par rapport à un mouvement plus rapide, soit par rapport à notre attente. Mais l’attente, c’est justement le film qui la construit. Bien souvent, ce qui m’exaspère n’est pas la lenteur en elle-même, mais l’absence de réflexion ou de construction narrative dont elle est le vecteur – typiquement, les interminables échanges de regards pseudo-profonds et les bouts de déserts sans virevoltant : le western, mesdames et messieurs (annonce en fanfare auprès d’un saloon clairsemé d’ivrognes endormis). Je ne déteste pas la lenteur ; je hais les longueurs. Je ne déteste pas l’immobilité ; je hais l’errance – le film qui ne sait pas où il va (ou parfois le personnage, quand le film épouse un peu trop bien son point de vue) ou que l’on ne peut pas suivre (les coussins doivent encore se souvenir de ma frustration devant Mulholland Drive – je les ai mordus). En somme : je ne déteste pas l’attente ; je hais la frustration.

Or The Assassin, en nous plaçant d’emblée dans une perspective contemplatrice, ne crée pas de frustration relative à la lenteur. Si frustration il y a – et frustration il y a chez ma voisine qui a regardé sa montre à intervalles de plus en plus rapprochés –, c’est de peiner à suivre l’intrigue. Intrigue qui tient paradoxalement en une ligne : Yinniang, devenue maîtresse dans l’art de tuer mais pas de carapacer son cœur, se voit assigner pour épreuve de tuer son cousin, gouverneur de la province de Weibo. Sauf que… le cousin s’avère être également l’homme auquel Yinniang était promise, par la mère de celui-ci ; mais la mère était en réalité la belle-mère, qui est morte en regrettant d’avoir trahi Yinninang et laissé son beau-fils faire un mariage politique ; et la femme à qui le gouverneur raconte tout ça n’est pas sa femme, comme je l’ai cru pendant toute la scène, mais une concubine qui lui ressemble affreusement une fois toute apprêtée1. Ajoutez à cela des considérations politiques du fait que Weibo est une province autonome sur laquelle lorgne l’Empire, et vous trouverez vous aussi que l’herbe bouge beaucoup trop vite ! Difficile de fixer l’information ; il faut généralement attendre la scène qui suit pour s’assurer qu’on a compris celle qui précède. (J’aurais bien embauché Gondry pour qu’il me dessine des petits schémas sur le côté. Un arbre généalogique et une carte géopolitique, déjà. Ou alors des infobulles sur les personnages, ce serait pas mal, aussi.)

C’est comme les intrigues d’opéra baroque, résume Palpatine à la sortie : il ne se passe rien, mais on a du mal à suivre. Mais comme à l’opéra, on s’en fout un peu, en fait. Prima la musica, sur ce coup-là. Certes, on a besoin de comprendre la parole, au moins dans les grandes lignes, mais ce qui fait qu’on est là et qu’on y prend plaisir, c’est l’air. La brume qui glisse sur le lac au crépuscule. La bouche close de Yinniang. Le bonhomme de papier vaudou qui se replie dans l’eau. La nonchalance avec laquelle Yinniang arrête le sabre lancé dans son dos par l’homme qu’elle vient d’épargner, attendrie par l’enfant qu’il tient dans ses bras.

On glisse sur les visages : il faut une blessure physique pour que Yinniang, dans la douleur de devoir tuer l’homme qu’elle aime, s’autorise une légère crispation faciale, et ses uniques pleurs sont pudiquement cachés derrière un pan de tissus (mais le soupir de ses sanglots, ah !). Inutile d’espérer voir étalées les motivations psychologiques des uns et des autres : on ne pénètre pas la psyché. La seule profondeur qui s’offre à nous, dans ces conditions, est la profondeur de champ. Alors que dans les films occidentaux, les intérieurs sont souvent des décors, que l’on voit à peine et dont, au mieux, on se sert inconsciemment comme béquille pour caractériser le personnage, ce sont ici des espaces dans lequel l’œil est invité à pénétrer, à s’attarder – des espaces que l’on se retrouve nous aussi à habiter. Les intérieurs sont traités comme les paysages, et les paysages ne sont pas des panoramas : ils le sont peut-être au premier abord, lorsque la beauté de l’image vous fait immédiatement ajouter la Chine à votre wish-list touristique, mais ne le restent pas longtemps ; la caméra s’attarde le temps qu’il faut pour que le paysage de carte postale s’anime, pour que l’air, les silhouettes, les insectes et l’œil y circulent, et qu’à s’y promener, on se sente habiter cet espace. Extérieur comme intérieur. L’opposition s’efface, faisant affleurer la continuité entre intérieur et intériorité.

La profondeur de champ mène et se confond à la profondeur des sentiments, justement parce qu’il n’y a rien à approfondir, qu’il faut, qu’il suffit de glisser d’un visage à un autre (et le premier est alors tenu en hors-champ), d’une scène à une autre, d’un instant à un autre, avec toute la grâce (aisance et pudeur) que l’on peut. On glisse ainsi le long du fil noué de l’intrigue, on suit ses intrications, par-dessus, par-dessous, dans quelle boucle il passe, on suit son cheminement sans chercher à le dénouer, seulement pour savoir si déjà on le peut. Après avoir déroulé le nœud en pensée, Yinniang prend la décision de ne pas le trancher – et de laisser ainsi, inextricablement emmêlées, les considérations du cœur et de la cité, de sorte que l’on n’est plus sûr que l’ordre désobéi n’ait pas été une épreuve de vie mûrement réfléchie. Je décide moi aussi de ne pas trancher et de me laisser hanter par la beauté de Shu Qi – Yinniang, ses lèvres, ses yeux, ses cheveux libres comme ceux des hommes, des guerriers, quand ceux des femmes sont relevés dans des coiffures extrêmement raffinées, et sa manière pudique de se battre au poignard pour signaler sa présence ou révéler son identité. C’est dingue l’attrait que peut exercer la force qui émane de la beauté2… (Je peux maintenant vous l’avouer : j’avais surtout envie de voir The Assassin à cause d’elle, de l’affiche.)


1
Ce n’est pas un problème d’Occidentale mal accoutumée aux traits asiatiques ; j’ai un problème récurrent de reconnaissance des personnages : il a fallu que barbe blanche n° 1 meure dans le Seigneur des anneaux pour que je capte qu’il y avait deux personnages à longue barbe blanche – tu m’étonnes que je ne comprenais rien. C’est peut-être pour cette même raison que je ne suis pas spécialement fan des films policiers : trop fatigants à suivre ; il me faut une concentration et un temps fou pour comprendre qui magouille quoi avec qui.
2 Lecture du moment : The Art of Grace ; et lecture du jour : « Une femme qui attaque à mains nues : jouissif ? »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 11 =