Titanic sur l’Hudson River

En 2009, Chesley Sullenberger a réalisé un amerrissage d’urgence sur l’Hudson River, sauvant d’un crash quasi-certain les 155 personnes à bord de l’Airbus qu’il pilotait. Dire cela n’ôte rien au suspens* de Sully, le film qu’en a tiré Clint Eastwood, même si, comme moi, vous avez loupé cet événement à l’époque. Le film démarre en effet après le sauvetages des passagers et reconstitue peu à peu les événements. L’usage des flashbacks est doublement intelligent : la structure narrative épouse à la fois le trauma (renforcé par les cauchemars du pilote, qui voit son avion se crasher) et l’enquête menée par le comité des transports, lequel, au lieu de remercier le pilote d’avoir ramené les passagers sains et saufs, lui reproche le non-respect des procédures (alors que c’est justement l’instinct du pilote qui a permis d’éviter le pire). D’où les doutes, la bataille et la fin très hollywoodienne, lorsqu’on revient une dernière fois sur le moment du crash, non plus en image, mais à l’écoute de la boîte noire : les enquêteurs ne peuvent qu’être impressionnés par le sang-froid du pilote et de son co-pilote (même pas un fuck ou un my God). Fierté, fin du trauma, et consécration du héros, après avoir rappelé toute l’ambivalence de la notion, déjà questionnée dans American Sniper (sauveur / je-n’ai-fait-que-mon-travail / a-t-il fait son travail ? a-t-il voulu jouer les héros ?).

* On a beau savoir comment l’histoire se finit, l’épisode de l’amerrissage déclenche une furieuse envie d’attraper le bras de son Palpatine. Brace for impact. Cela secoue toujours de s’identifier à un personnage confronté à sa mort. Mais c’est pour mieux partager ensuite l’émerveillement du rescapé devant le miracle, devant le simple fait d’être en vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + 17 =