Alcina

Je ne lis pour ainsi dire plus : sans que je m’en aperçoive, les opéras ont pris la place des romans dans mon exploration de la psyché humaine. On y scrute avec la même temporalité, lente, dense, les détours de l’âme humaine sans passer (uniquement) par le langage ; en passant outre ce filtre rationnel de notre esprit, qui empêche parfois de comprendre ce qui n’est pas rationnel, la musique nous touche plus directement – et l’on est souvent touché sans savoir pourquoi sur le moment. Quelque chose résonne, qu’il faut l’aide du livret pour embrasser. Dans l’Alcina d’Haendel, quasiment chaque phrase est répétée deux, trois fois ou plus : la première fois s’apparente à la lecture (des surtitres), on assimile le sens, dont on se pénètre ensuite à la répétition. On a le temps de s’installer dans la musique, dans ce qu’elle évoque et suscite – c’est la temporalité lente des sentiments. On s’en imprègne jusqu’à ne plus pouvoir douter de ce qui est ressenti (que cela soit par les personnages ou le spectateur, qui finissent par se rejoindre), jusqu’à ce que la révélation d’une nuance de sentiment apparaisse, dans un moment d’une grande limpidité.

Ce qui reste d’Alcina n’est pas l’histoire pleine de personnages à l’identité trouble, double ou cachée à coups de travestissements et de quiproquos1 (on est pris d’une légère envie de se flinguer à la relecture du livret, pourtant plus ou moins clair lorsqu’on suit l’action à mesure et in situ ; la velléité de prendre un crayon est découragée par le nouveau schéma actanciel que l’on découvre à chaque phrase). Ce qui reste d’Alcina, ce sont quelques scènes rares et en premier lieu : l’air d’Ombre pallide, interprété par la magnifique Myrtò Papatanasiu. Alcina vient de perdre dans le même mouvement son pouvoir et son amant. Elle qui charme les hommes avant de les changer en rochers, ruisseaux et animaux se voit à son tour métamorphosée : de magicienne redoutable, elle est devenue cette femme recroquevillée, qui projette une ombre trop grande pour elle. Se soutenant contre le chambranle de la porte du palais, sa souffrance sort dans un souffle. La magie simulait l’amour des hommes mais non le sien : elle qui n’a jamais pris le risque d’être aimée des hommes qu’elle désire se voit abandonnée et sa souffrance est réelle. Son amant, délivré par sa fiancée, la quitte en même temps que ses chimères : sans liberté de l’être aimé, pas d’amour véritable ; il faut pouvoir être quittée pour pouvoir être aimée2 – Alcina en fait l’amère découverte lorsque le charme cède.

La seconde scène qui m’a à ce point marquée vient en contrepoint de la première, à la toute fin, lorsque Ruggiero revient sur ses pas, vers Alcina, au moment où sa fiancée l’entraînait au loin. On est habitué à suivre les héros, à cheminer avec eux aux côtés du bien, à vouloir que tout se termine pour le mieux, mais cette fois, la victoire laisse une impression étrange ; le retour de la fiancée a quelque chose de petit bourgeois, d’étriqué, qui ne satisfait pas. Elle ne voit pas ce que Ruggiero perçoit, au-delà d’un trop évident syndrome de Stockholm : le mal, l’ensorceleuse qu’elle combattait était avant tout une faiblesse, une si grande peur de se voir abandonnée par des hommes au cœur de pierre qu’elle préférait les réduire immédiatement à cet état. Le triomphe a un arrière-goût de tristesse, Robert Carsen3 l’a parfaitement compris et discrètement souligné : Ruggiero qui lâche la main de sa fiancée pour se retourner sur Alcina, c’est dire qu’on aurait pu aimer cette femme, si elle l’avait permis. Il n’y a plus désormais de place que pour l’empathie de Ruggiero, une très belle empathie, empreinte de tristesse, au milieu de la pauvre joie sinon d’avoir retrouvée sa fiancée, du moins d’échapper au même sort qu’Alcina, à sa vie à demi-vécue.

 

(Bien contente que l’accompagnatrice haendelienne en titre de Palpatine se soit désistée, au final. Je ne m’attendais pas à une telle découverte.) 

 

1 Le duo comique formé par Sandrine Piau et Cyrille Dubois est quand même très fun – surtout lorsque le général d’Alcina, habillé en maître d’hôtel, se met en garde une cuillère à la main.

2 J’ai retrouvé ça dans Her, récemment.

3 Il y a aussi des messieurs tout nus dans sa mise en scène (mais si, les rochers, enfin !), ce qui n’est pas désagréable – mais je crois que j’ai surtout un faible pour les grands pans de murs lambrissés, qui font toujours leur petit effet sur moi à l’opéra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × deux =