Carpe noctem

Les vampires d’Only lovers left alive ont depuis longtemps dépassé la base de la pyramide de Maslow : la chasse à l’homme étant soooo XVth century, c’est désormais à l’hôpital qu’ils s’approvisionnent en sang. Leur O négatif, ils le boivent dans des coupes raffinées et des poses extatiques. Allergie fatale au soleil et éternité aidant, les vampires cultivent un carpe diem bien différent. Ils font ce que l’urgence de vivre nous empêche de faire : profiter de la vie sans hâte – et sans profit, Adam ayant jadis offert une de ses compositions à Schubert pour qu’elle passe à la postérité (Christopher Marlowe, le vieil ami d’Eve, se serait quant à lui plutôt fait usurper son identité…).

Vampire romantique qui a trop traîné avec Byron en son temps, Adam collectionne désormais les guitares des années 1970 – un timing qui rend sa nostalgie appréhensible par le mortel qu’est le spectateur. Les siècles passés suggèrent un vécu en quelques noms et photos sans pour autant encombrer par leur folklore : Eve, qui garde de la tendresse pour la photo de son troisième mariage avec Adam, en 1800 et des poussières, communique avec lui via son smartphone et met en garde sa gentille sotte de nièce, qui gaffe tous les 80 ans, contre le sang empoisonné des humains. Les zombies, comme ils les appellent dans un renversement de perspective inattendu, ont réussi à gâcher leur propre sang, eux qui ne savent pas vivre, ne savent pas s’enivrer de tous les arts et savoirs.

Il faut voir le frisson qui parcourt Eve lorsque, faisant ses bagages pour rejoindre Adam à l’autre bout du monde, ses mains parcourent les plus grandes pages de la littérature, plient les reliures d’ouvrages en anglais, allemand, italien, espagnol, français, arabe… et devinent des siècles d’art et d’humanité par le geste de l’aveugle qui parcourt des lignes de braille. Les doigts semblent aspirer le passé et l’inspiration des auteurs se mêle au souffle d’Eve. Dans ce même souffle, on l’entend murmurer le nom latin de toutes les espèces qu’elle entend, de toutes les plantes qu’elle rencontre et de toutes les essences de bois qu’Adam lui donne à toucher. Ses guitares sont appréciées au toucher, avec la sensualité d’un amateur de vin et la précision d’une datation carbone. Les connaissances d’Adam et Eve sont toujours une renaissance au monde et une renaissance conjointe : ils se maintiennent l’un l’autre en vie, leur amour l’un pour l’autre se mêlant à l’amour des belles choses.

 

photo jim-jarmusch_only-lovers-left-alive

(En plusieurs siècles d’inventions, ils ont manifestement loupé celle du peigne.) 

 

Alors même qu’ils ont traversé les siècles se dégage d’eux une impression de fragilité. Adam, qui compose à présent de la musique rock, a sorti un album pour entendre ce que cela donnait, comme pour s’assurer de son existence par un quelconque écho. On ne sait pas vraiment si sa tendance suicidaire fait partie du personnage romantique ou si la lassitude guette. La seule chose dont on soit sûr, qui revient avec autant de régularité que cette théorie d’Einstein qu’il compte encore et encore, c’est son besoin de retrouver Eve, indéniablement plus douée dans la jouissance des savoirs et des arts (d’un humain, on dirait simplement plus optimiste) : sans illusions sur le monde, elle n’est pas pour autant désabusée. À eux deux, yin et yang inversé, ils oscillent entre léthargie et béatitude, bercés par la lenteur et la triste beauté des choses. Leurs promenades nocturnes dans les ruines modernes de Detroit les place au cœur d’un monde qui n’en finit pas de passer – Adam et Eve, derniers hommes d’un monde à chaque instant tout juste disparu. L’urgence n’est pas, comme on le croyait, de saisir le jour mais de savoir le laisser passer : à ce compte, les morts sont ceux qui savent le mieux vivre.

Only lovers left alive. On ne saura pas, au final, si ce sont Adam et Eve ou ce couple de jeune amoureux, qui feront les frais de la rupture de stock de sang des deux amants : Ars longa, vita brevis, l’amour des arts et savoirs se fait le soutien aussi précieux que précaire de vies infinies, où le monde doit sans cesse nous être offert renouvelé par le regard de celui qui (vous) aime.

Mit Palpatine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 6 =