« Beaucoup de pénis, encore eut-il phallus ! »

À propos de l’exposition Masculin/Masculin

On n’est pas franchement habitué à considérer le nu masculin comme une catégorie esthétique. Orsay le sait bien et mise sur le public gay et féminin pour faire des entrées. Le spectateur attiré par les belles plastiques est pris à son propre piège : il n’aura pas grand-chose d’autre à se mettre sous la dent et certainement pas de quoi bâtir une réflexion sur le nu masculin. Les panneaux, en blanc sur vert tilleul (à quand un équivalent des normes d’accessibilité W3C pour les expositions ?), ressemblent trop à des justifications a posteriori pour qu’on ait envie de les lire in extenso.

Il y a à boire et à manger dans ce bric-à-brac sauce Pinacothèque, de quoi faire son marché, un petit chef-d’œuvre par-ci, une paire de fesses par-là. Malheureusement, l’idéal classique de la virilité n’est pas franchement ma tasse de thé : ça manque de maigrichons, lesquels, confiés à Egon Schiele, ne peuvent qu’être maladifs. Qu’on me fasse une salle « danseur classique » et que ça saute ! Que cette barre entre Masculin et Masculin serve à quelque chose, enfin…

Curieux titre d’exposition, quand on y pense. La logique de la confrontation voudrait une comparaison des nus masculins/féminins. Mais cela impliquait une véritable démarche artistique et intellectuelle, qui interroge notre regard sur ces catégories, quand Masculin/Masculin se contente de présenter un éventail des idéaux de la virilité. Sans confrontation des adjectifs, on attend un substantif, un sexe, des sexes, qui puissent se montrer masculins. Mais Priape n’a manifestement pas été invité à cette petite sauterie. Les sexes se font bien désirer, cachés par de jolis drapés pudiques ou la bienséance qui les veut discrets, au repos. Lorsqu’ils apparaissent enfin, dans une salle qui pourrait choquer un jeune public, c’est tout penaud, parfaite illustration à l’éloge de la demi-molle (le clin d’œil à l’Origine du monde ? Oui, merci, j’ai vu, on pouvait difficilement le louper). Pas étonnant que le nu masculin peine à être reconnu comme catégorie esthétique (du moins pour le grand public, dont je fais partie), me dis-je, confortée dans l’opinion que cet arsenal pendouillant n’est décidément pas très esthétique.

Repensant à cette débauche de muscles saillants, je m’avise seulement maintenant que c’est peut-être ce qui manque : le saillant du phallus. Lorsque les peintres (majoritairement des hommes pendant des siècles) représentent des femmes nues, ils y mettent un peu d’abandon, de lascivité, de chair ; quand ce sont des hommes, des muscles, certes, mais point d’excitation – cachez cette érection que je ne saurais voir. L’adage est repris par le cinéma aujourd’hui : on peut voir une femme entièrement nue mais pas le sexe d’un homme, qui seul fait basculer dans la pornographie (cf. Elles) – c’est quand il est là qu’il y a du sexe. Et après, on s’étonne qu’un metteur en scène se sente obligé d’en faire des tonnes pour une scène de sexe lesbien : il faut y aller de manière un peu musclée, ostentatoire (ici ! scène de sexe, pas de câlins), quand d’une manière générale tout se passe comme si la femme n’avait pas de sexe (à force de s’épiler, faut dire qu’il finit par ne plus rien avoir de visible).

Au final, Masculin/Masculin vaut surtout pour ce qu’elle ne montre pas. À ce titre, le livre d’or est incomparablement meilleur que tous les cartels : l’échec artistique de l’exposition y est flagrant – non parce qu’on y critique le trop d’importance accordée aux photographies de Pierre et Gilles (seule découverte valable pour d’autres), mais parce qu’un grand nombre de visiteurs rend une appréciation sexuée, à l’image de cette femme : « Cela ne m’a pas réconcilié avec les hommes mais belle exposition tout de même. » De ce beau livre d’or, à la lecture croustillante, je retiendrai la meilleure critique de l’exposition qui soit, saillie extrêmement pertinente dans le choix de ses termes malgré son impertinence : « Beaucoup de pénis, encore eut-il phallus !!! »

Mit Palpatine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + trois =