Allegro Barbaro

Béla Bartók et la modernité hongroise 1905-1920
 

affiche de l'exposition

 

Première bonne idée : appâter le visiteur avec un nom connu pour lui faire monter cinq étages et découvrir des peintres dont il n’a jamais entendu parler, alors que leurs toiles, entre fauves et folklore, lui parlent d’emblée. Je n’ai jamais vu la peinture de Sándor Ziffer, Dezsö Czigány ou Róbert Berény et pourtant, leurs tableaux me sont familiers. Les panneaux se chargent de m’expliquer pourquoi : moult analogies cultivées lors de voyages Paris-Hongrie et mûries par une culture propre, où le folklore occupe une place à part entière, beaucoup moins marginale que nos sabots et coiffes bretonnes (encore qu’en ce moment…). Cette prégnance du folklore dans les culture de l’Europe de l’Est, qui m’avaient intriguée dans certains romans de Kundera (lequel s’étranglerait en entendant parler d’Europe de l’Est et non d’Europe centrale), la voilà enfin visible – mais je ne dois toujours pas vraiment saisir, parce que ce n’est pas ce qui m’interpelle : je n’en retiens que les couleurs. Des couleurs, enfin, qui font ressortir la richesse de l’expérience humaine (et pas seulement sa vision) avec une puissance toute expressionniste : je ne me suis pas encore tout à fait remise de ce visage vert – vert ni de jalousie ni de maladie !
 

AutoportraitAutoportrait

Autoportraits de Dezsö Czigány et Sándor Ziffer.

Dans ses Deux Portraitspour orchestre (1907-1908), Béla Bartók fait se succéder l’ « idéal » et le « grotesque ». Dans le même esprit, les peintres hongrois de la nouvelle génération, partis pour la plupart compléter leur formation à Munich puis à Paris, semblent animés de la conviction que l’excès de gravité confine au grotesque : certains autoportraits basculent ainsi de l’introspection dans l’autodérision.

Extrait de la présentation du musée d’Orsay.
 

 Sandor-Ziffer Landscape-with-Fence

Sándor Ziffer, Landscape with fence

 

Seconde bonne idée : contempler la peinture en musique. Les deux arts rentrent autrement mieux en résonance par ce biais qu’en étant juxtaposés sur une chronologie (procédé tellement peu efficace que je suis toujours surprise d’apprendre que tel peintre n’était pas encore mort que tel musicien composait déjà). Et puis, c’est agréable : la scénographie est faite de telle sorte qu’il n’y a jamais collision sonore ; on circule librement dans les espaces aménagés au sein d’une grande pièce, sans personne sur les talons pour vous intimer d’avancer plus vite – seulement l’annonce de la fermeture du musée, à 17h30, un samedi après-midi ! La boutique est déjà fermée quand on sort de l’exposition : pas moyen de savoir si le DVD du Château de Barbe-bleue présenté est disponible à la vente. Cet opéra exerce sur moi une fascination que je ne m’explique pas totalement. Les quelques extraits donnés ont suffi à me donner envie de voir le reste de la mise en scène – peut-être m’aiderait-elle à comprendre pourquoi cela m’avait déjà fait un tel effet en version de concert. C’est en tous cas un prétexte parfait pour retourner voir cette exposition – avec Klari sous le bras, pour ajouter à la musique diffusée celle de la langue hongroise, pleine d’accents mystérieux.

 

Esquisse d'après un tableau de Róbert Berény

Je n’ai pas réussi à retrouver ce tableau (parmi mes préférés) mais une blogueuse en a fait une jolie esquisse à l’aquarelle, qui vous le fera retrouver sans souci lors de votre visite. D’après Róbert Berény, donc.

Mit Palpatine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × quatre =