Beware of the plesiosaur

Panneau triangulaire de circulation routière avec silhouette de plésiosaure

 

Si vous êtes dessinatrice de manga dans un film branché réalité à plusieurs niveaux avec incursion dans la psyché, réfléchissez-y à deux fois avant de dessiner des cadavres et des bestioles pas possibles. Vous pourriez bien finir dans un hôpital dont la technologie est assez évoluée pour permettre à la personne qui vous est le plus intime de vous rendre visite… dans votre cerveau, où un dessin a autant de réalité que la vie que vous vous inventez. D’un coup, les cadavres et les plésiosaures ne font pas bon ménage avec l’inconscient et les trauma refoulés. Les tentatives de Koichi pour décoller Atsumi de sa table de dessin et la faire revenir à elle sont ainsi accueillies par quelques visions d’horreur, qui perdurent bien après ses visites mentales à sa petite amie. La caméra a beau s’attarder d’abord sur le visage terrifié ou dégoûté de Koichi et glisser lentement vers l’objet de l’horreur, je sursaute à chaque fois, même si l’apparition en question n’est qu’un enfant trempé à la mine revêche. Koichi n’en continue pas moins ses visites et on attend.

On attend le retournement : ces effets secondaires sont des perturbations bien trop circonscrites, qui ne remettent pas en cause la frontière entre le réel et le rêve. Le retournement finit par arriver mais Kurosawa, le réalisateur, prend son temps avant de dénouer le traumatisme qui empêchait un retour à la réalité. Il prend tellement son temps que la salle rit parfois quand on repart pour une nouvelle incursion psychique. Ce rire n’a rien à faire là mais reste cependant affectueux ; la romance s’est déployée au rythme tranquille de l’histoire, dans l’espace aquatique de la psyché où même les crayons flottent en l’air, et la tendresse des deux amoureux a fini par nous en faire éprouver pour eux. La beauté de leur visage n’ajoute pas peu à la poésie : tandis que celui d’Haruka Ayase fait oublier à Palpatine qu’il n’aime que les toutes petites poitrines, celui de Takeru Sato me plonge dans des abymes de contemplation soupirante. Cela vaut bien un plésiosaure sans doute.

 

 photo affiche-Real-1_zpsffbb3df4.jpg

Les deux faces du film

 photo affiche-real-2_zps875c2cf7.jpg

Real, quand la réalité est dépassée par le réel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × cinq =