Bruckner power & stream of consciousness

Assister à un concert, c’est souvent écouter l’humeur dans laquelle on est ce soir-là. Sans qu’on s’en rende compte, l’œuvre passe en sourdine et ce n’est que lorsque notre stream of consciousness bifurque avec un peu trop brusquement qu’elle ressurgit soudain, comme composition méritant notre attention pleine et entière. La musique débride le flux des pensées et, la plupart du temps, le canalise : les idées éparses se suivent soudain avec la même évidence que ces notes qu’on a cessé d’écouter mais qu’on entend toujours, et celles que l’on ressassait en boucle sont enfin déroulées.

Inévitablement, dans le processus, on projette une partie de nos humeurs sur la musique. Brahms, qui ne m’enthousiasme toujours pas plus que cela avec son Premier concerto pour p