Bruckner power & stream of consciousness

Assister à un concert, c’est souvent écouter l’humeur dans laquelle on est ce soir-là. Sans qu’on s’en rende compte, l’œuvre passe en sourdine et ce n’est que lorsque notre stream of consciousness bifurque avec un peu trop brusquement qu’elle ressurgit soudain, comme composition méritant notre attention pleine et entière. La musique débride le flux des pensées et, la plupart du temps, le canalise : les idées éparses se suivent soudain avec la même évidence que ces notes qu’on a cessé d’écouter mais qu’on entend toujours, et celles que l’on ressassait en boucle sont enfin déroulées.

Inévitablement, dans le processus, on projette une partie de nos humeurs sur la musique. Brahms, qui ne m’enthousiasme toujours pas plus que cela avec son Premier concerto pour piano, en a fait les frais : cette douce résonance résignée, barrée de coups de percussions discrets mais perceptible, n’est-ce pas exactement le sentiment de se sentir prisonnier d’une vie qu’on a pourtant tranquille, et dirigé dans ce sens ? Vous entendez bien les accords sonores du pianiste (d’une force assez incroyable), ces éclats de frustration exaspérée ? Et cette douceur, soudain : peut-être l’apaisement ; une accalmie, en tous cas, assurément. 

Plus rarement, non seulement la musique calme le flux de conscience (en le rendant justement conscient), mais elle parvient aussi à le rediriger. Pour ça, il faut des moyens, il faut la puissance de Bruckner. Maussade, grincheux, euphorique… tout le monde est ramassé dans son tractopelle céleste. Le second balcon devient un vaisseau spatial, d’immenses bras mécaniques se déplient et nous avec. On se redresse sur son siège comme Lincoln sur son mémorial, la poitrine en plus, façon guerrière bardée d’une carapace ultra-sexy jouant dans un film ultra-nul. Et oui, le stream of consciousness n’échappe pas à la pollution des eaux ; des trucs bizarres y flottent, genre un plan des derniers épisodes de West Wing ou la photo illustrant un article de Trois couleurs sur le dernier rôle d’Eva Green. En deux temps trois mouvements, Bruckner a nettoyé ce dépotoir : la Neuvième, ça décolle (de l’humeur poisseuse) et ça dépote ! Manger du lion au petit-déjeuner < Écouter du Bruckner après le dîner.

5 réflexions sur « Bruckner power & stream of consciousness »

  1. C’est dommage que vous n’aimiez pas Brahms car sur mes 4 ou 5 disques favoris, il y en a justement les Fantasien, Intermezzi et Klavierstücke par Kempff.
    Je crois le mois dernier l’avoir écouté une dizaine de fois…c’est dire mon attachement à cet sorte de combat automnal qu’est ce disque.
    Sinon, Brückner aussi c’est bien, surtout passé très fort, à niveau concert, dans une maison de campagne pour motiver les ouvriers qui ont du plâtre sur les mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 10 =