Bright Star

Photobucket

 

Tsk, tu n’es pas romantique ! soupire Palpatine alors que je n’ai pas pu retenir un nouveau sarcasme. Faux. Je suis très (comédie) romantique. Est-ce ma faute s’ils passent leur temps à (re)cueillir des fleurs et des pleurs, dans ce film ? Je préfère associer l’amour au sexe plutôt qu’à la mort. Et ne garder du poème de Keats que ce qui, entre les étoiles et la tombe, le ramène sur terre :

Pillow’d upon my fair love’s ripening breast, 
To feel for ever its soft fall and swell, 
    Awake for ever in a sweet unrest, 

Je trouve belles les mains qui s’effleurent et les bouches qui s’entremêlent, ridicules les papillons sur les doigts et les lettres sur le cœur, terrible le corps qui s’effondre et s’étouffe à la mort de l’amant. Kundera a eu raison de Jaromil, son poète puceau ; le poète romantique ne le serait peut-être pas resté s’il n’était mort jeune ou avait pu trouver sa coy mistress. Je ne suis pas certaine de pouvoir à nouveau apprécier pleinement la poésie si elle continue d’être si platoniquement étreinte de lyrisme. Mais le cliché de la fille superficielle amatrice de fanfreluches développé en couturière de mode, si. Et la frimousse de Ben Whishaw, plus encore.

 

Photobucket

 [Vous ne trouvez pas qu’il a un petit côté Nicolas Leriche à 25 ans ?]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × un =