Cendrillon fait son cinéma

Peut-être est-ce d’en avoir dansé une variation au conservatoire, d’avoir vu les amies se chamailler en interprétant les deux sœurs puis d’en avoir monté une petite version parodique mais le fait est que j’adore le premier acte de Cendrillon. Les deux sœurs à la barre, l’une exagérement en dehors, l’autre tordu en dedans, sont hilarantes et je suis surprise que presque personne ne rit dans la salle parce que Mélanie Hurel et Ludmila Pagliero sont vraiment très bonnes. Surtout Ludmila Pagliero, même si je ne pensais pas dire ça un jour (ce sont peut-être simplement les rôles de séductrice qui ne lui conviennent pas — car dans la taverne espagnole du troisième acte, elle redevient aussi fade que dans la Carmen qui lui avait valu force critiques pour son grade de première danseuse). Son équilibre arabesque sublime, terminé par un pied parfaitement en crochet, a été le premier éclat de rire que je n’ai pas voulu retenir. Avec sa sœur et Stéphane Phavorin en marâtre, elle ne lésine pas sur les équilibres coincés et les secondes sautées. Au milieu de leur gesticulation, Cendrillon a l’air d’une grande perche chahutée par des morpions. Voire d’une mouche prise dans une toile d’araignée lorsque les habituels méli-mélos de bras (comme le cercle des fées dans La Belle au bois dormant) donnent lieu à un démêlage chaotique.

Agnès Letestu est parfaite dans cette version : elle n’a pas du tout l’air d’une adolescente mièvre qui attend le prince charmant (plutôt d’une vieille personne qui se retournerait avec bienveillance sur ses souvenirs heureux, à la limite). Cela tombe bien car il n’y en a pas, sa place ayant été usurpée par un acteur — vedette, certes. L’implantation du conte dans l’univers du cinéma est savoureuse, à commencer par les décors de gratte-ciel et les panneaux pin-up. Le patchwork traditionnel des divertissements est ici clairement revendiqué et le kitsch innérant à l’exercice, assumé : King Kong et les filles vahinées qui ne veulent pas lui être sacrifiées font un clin d’œil parodique au rituel du sacre, pris en sandwich entre une évasion prisonnière à la Dalton et un film en costume d’époque. Les pitreries peuvent finir par lasser mais j’ai pu apercevoir le fameux François Alu je suis bon public et la nouveauté fait toujours son petit effet. Il ne me restait quasiment aucun souvenir de la vidéo entre le premier acte et le pas de deux final (tout juste l’idée des quatre saisons, bien inutiles sauf à nous faire voir Muriel Zusperreguy, et des heures, impayables en superhéros Playmobil à cache-sexe rose), à croire que je ne l’ai jamais vue jusqu’au bout. Pourtant l’arrivée de Cendrillon en ombre chinoise, précédée et poursuivie par les flash des photographes est assez chouette. Tout comme le mécanisme géant d’horloge/bobine de caméra.

Après, c’est sûr que les tableaux sont un peu surchargés avec tous ces groupes sous-sous-divisés en canons cadencés, selon l’adage de Noureev “un pas, une note”, le tout plombé réhaussé de costumes dorés. Mais le voyage de l’acteur vedette pour retrouver Cendrillon donne aussi lieu à de belles traversées, diagonales inventives, pleines de sauts et de rebondissements. Voir des hommes danser (et non servir d’accoudoir ou de porte-manteau) est toujours plaisant. Et les adages ont beau ne pas être vraiment ma tasse de thé, il n’est pas désagréable de contempler Agnès Letestu déployer ses longues pattes. On en oublie l’agressiveté du soulier pailletté qui permet à l’acteur vedette d’écarter la famille les prétendues prétendantes, quoiqu’il n’en ait guère besoin pour reconnaître Cendrillon. Car le vrai ne s’obtient pas après avoir écarté le faux, il s’intuitionne (oui, Cendrillon peut faire ressurgir mes cours sur Descartes). Il ne lui fait pas l’affront de lui faire essayer la chaussure, il la voit, les deux font la paire. Et voilà Cendrillon qui se révèle phénix, comme si ce qu’elle avait balayé tout le ballet durant de ses petits retirés brossés n’était pas le sol mais un ancien soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − quinze =