Dame, auto, lunettes et fusil

La dame à l’auto. Non. La dame dans l’auto. La dame dans l’auto avec un fusil. Et des lunettes, merde. La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil. Le film adapté du roman de Japrisot, quoi. Je n’ai pas lu celui-là, mais Piège pour Cendrillon m’a laissé un souvenir très vif et l’adaptation d’Un long dimanche de fiançailles m’a révélé Gaspard Ulliel. Alors bon. J’ai argué une alerte rousse, name-droppé Stacy Martin, et Palpatine s’est joint à moi. Heureusement qu’il n’y a pas eu de scène lesbienne avec Freya Mavor, parce que je crois qu’il ne s’en serait pas remis.

Il faut dire que Joann Sfar joue sur l’image de la secrétaire ultra-sexy made in les années 19501. Son film n’est même que ça : une image, ultra-léchée, qui ne se laisse pas pénétrer. Grandes lunettes, bouche incroyablement pulpeuse et toujours entrouverte, croix chrétienne en or, tailleur crayon puis mini-robe saharienne en talons. On y revient toujours en gros plan, comme on revient sans cesse sur des incohérences de plus en plus troublantes, des inconnus qui la reconnaissent, un pansement antérieur à l’agression qui le nécessite, un voleur séducteur à l’identité trouble… et un cadavre apparu dans le coffre de la voiture.

Qui est cette dame dans l’auto, Dany ? Le double est, à l’instar du doute, omniprésent : Dany permute sans cesse ses deux paires de lunettes, dialogue avec son reflet, invective l’autre avec qui on la confond, et jure ses grand dieux qu’on la confond pour mieux, l’instant d’après, confondre son interlocuteur, rejetant sur lui la folie qui la guette. Est-elle folle, retorse, simplette ? Joue-t-elle à l’être ? Est-elle jouée ? Qu’a-t-elle fait ? Les soupçons affluent : Dany est, par excellence, objet de fantasmes.

 

Dany, son reflet et leurs lunettes

 

Pour semer le doute et faire affleurer la folie, Joann Sfar emprunte à l’esthétique du clip : ralentis renversants (qui, en célébrant le pouvoir de ses jambes infinies, masquent sa démarche de bambi apeuré), split screens (rassemblant tous les hommes qui la matent), flashs back ou trash sans lien apparent (coups et blessures, à venir ? déjà passés ? inventés ?), raccords a-chronologiques motivés par le seul mouvement (les cheveux qui volent volent-ils sous l’effet de la jubilation ? d’une agression ?) et coupures fréquentes, y compris pour le même plan (le procédé est particulièrement efficace quand Dany parle à son reflet dans le miroir : est-ce elle ? son reflet ? de la schizophrénie ?). Sur le plan stylistique, c’est une réussite : Joann Sfar traduit brillamment le soupçon de folie, génial et glaçant, que j’avais expérimenté à la lecture de Piège pour Cendrillon et qui se retrouve manifestement dans cet autre roman de Japrisot.

Sur le plan narratif, en revanche, le résultat est plus mitigé : tout comme Dany, qui a décidé de bifurquer sur un coup de tête, on ne sait pas où l’on va. L’intrigue n’est dévoilée qu’aux trois-quarts du film, lequel tient uniquement par la fascination qu’exerce la dame dans l’auto… à tel point que la frustration remplace le suspens comme moteur narratif. La caméra caresse le mystère, encore et encore. D’abord délicieusement agacé, on finit par s’irriter : ne sait-elle pas, cette pimbêche, ne sait-il pas, ce réalisateur, que tant va la cruche à l’eau qu’elle se casse ? À la mer, oui, pardon, tu voulais voir la mer, Dany… Surimpression de son visage et des vagues… On finirait bien par avoir envie de la foutre à la baille.

1 S’y est superposée l’image d’Eva Green dans White Bird ; son personnage n’est pas secrétaire, mais fait partie d’un même imaginaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + neuf =