Alcatraz

La première chose à laquelle je pense, en entrant dans la salle où les nouveaux prisonniers devaient prendre une douche et enfiler l’uniforme, c’est : Auschwitz. Ambiance.

Palpatine devant la fenêtre de la cantine

Palpatine à la cantine (la boutique-souvenirs commercialisait des cuillères, réplique du modèle utilisé à l’époque pour manger… et creuser).  

 
– Which language? nous demande le mec des audioguides.
– Is the French really French or is it an American voice speaking French?
– I fear it’s an American speaking French.
– OK, English then…

Je n’ai pas regretté ce petit exercice de compréhension orale : les accents participent grandement à rendre la visite vivante. Moi qui ne suis pas fan des audioguides, j’ai été bluffée. Les Américains ne sont pas les rois du storytelling pour rien. Pas de numéro à taper pour entendre un blabla qui vous rive à l’endroit où vous vous trouvez : le narrateur guide vos pas comme un vrai guide, tournez à droite, faites quelque pas, levez la tête… On se laisse faire d’autant plus volontiers qu’on remarque vite à quel point les déplacements en deviennent fluides : jamais de groupe amalgamé devant un point d’intérêt. On effleure du bout des pieds l’impact des balles sur le sol lors d’une tentative d’évasion mémorable ; on lève le nez en imaginant (mal) grimper par les conduits d’aération ; on rentre dans une cellule d’isolement en préférant ne pas imaginer l’obscurité totale une fois la porte refermée ; on frémit du manque de soleil dans les travées centrales et l’on est saoulé par vent infernal dans la cour (le visiteur est aussi pressé de rentrer que le prisonnier l’était de sortir).

 

Vue sur la baie

 

Vue du financial district depuis l'île d'Alcatraz

 

Parmi les différentes tentatives d’évasion historiques reconstituées in situ, se trouve celle de L’Évadé d’Alcatraz, que j’ai découvert à mon retour. C’est le genre de film que je n’aurais pas forcément regardé s’il ne faisait écho à un voyage récent, tourné sur des lieux où je suis allée, mais qui m’a mis dans le mood pour regarder, quelques jours plus tard, Papillon, qui m’a émue alors que je ne m’y attendais pas. Cette volonté farouche de s’en sortir dépasse la condition du prisonnier ou plutôt l’étend à tout homme, prisonnier de sa finitude. S’en sortir, d’où, de quoi ? Être libre, de faire quoi ? Ne pas crever, ne pas crever là, plutôt mourir que de crever là, plutôt mourir que d’attendre la mort… Et si s’en sortir, c’était en finir ? Vertige. Sauter pour ne pas tomber. Mais quoi : n’est-ce pas censé voler, un papillon ? 

 

Le ciel depuis la cour intérieur de la prison

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − deux =