Des démonstrations pas si démonstratives

Mon professeur de danse m’a proposé de récupérer pour l’après-midi la place qui lui avait permis de voir deux de ses élèves pendant la matinée ; j’ai évidemment sauté sur l’occasion, d’autant que la journée va crescendo et que l’après-midi est réservé aux grandes divisions. La troisième a beau être réservée aux moins de 16 ans aux dires du programme, il s’agit vraiment d’un âge limite car les élèves en paraissent bien moins que cela. C’est une division où il fait bon avoir des origines étrangères : se détachent, chez les garçons, un asiatique techniquement à l’aise ; chez les filles, une petite métisse qui fait plaisir à voir. J’ai été surprise de voir que toute trace de maladresse n’avait pas encore disparu : le travail du bas de jambe est évidemment très propre mais certains garçons ont des bustes un peu gauches et les bras des filles manquent clairement de souplesse, avec des mains façon pelle à tarte quand l’exercice demande une grande concentration. Ce n’était pas une vue de l’esprit puisque lorsqu’ils sont revenus pour le caractère, Roxana Barbacaru a insisté pour que les filles tiennent leur bras et ne laissent pas pendre leurs mains. Et d’ajouter, faisant rire la salle, que plus on est petit, plus on danse grand. C’est aussi là, filles et garçons mélangés, qu’on se rappelle qu’ils sont très jeunes ; quoiqu’ils ne s’économisent pas dans ces pas librement inspirés de Napoli, leur danse manque encore de caractère, les filles comment à entrer dans le jeu (de séduction) tandis que la fougue affichée de certains garçons ne prend pas toujours sur leurs traits de gamin. Même s’ils manquent encore individuellement d’ampleur, il n’empêche que ce travail de corps de ballet est déjà très agréable à regarder.

C’est avec les deuxièmes divisions que cela commence à danser. Avec l’augmentation de la difficulté technique, les garçons mettent du temps à se synchroniser mais les filles sont très ensemble et leurs exercices s’enchaînent avec fluidité, le tout étant agréablement chorégraphié par Francesca Zumbo, une des seules parmi les professeurs des filles à sembler entretenir le dialogue avec ses élèves (au lieu d’une présentation rigide, elle s’amuse de ce que les pirouettes sont ce qu’elles préfèrent ou souligne leur mérite dans tel ou tel exercice). L’exercice de piétinés qui ouvre leur démonstration me fait justement piétiner d’envie (d’en voir certaines boitiller pour courir me rassure un peu) : d’emblée, l’accent est mis sur l’artistique et même si les jambes s’envolent au plafond, c’est la rapidité des changements de direction et des entrepas qui surprend, le style opéra de Paris en somme, qui n’a pas ici le côté mécanique que sa difficulté engendre parfois – bref, c’est dansant, on en oublie un peu de se demander qui est la meilleure (inévitable tentation de ce genre de manifestation).

Je repère une fille avec une grande bouche dont le seul défaut résiderait dans cette bouche parfois plus ouverte que réellement souriante, ainsi qu’une autre, pas du tout le type liane cette fois-ci : c’est la moins fine du groupe (mais je vois rassure, je suis encore plus épaisse qu’elle – exception faite de la poitrine et en avoir est suffisamment rare pour être identifiant) mais j’aime beaucoup son style, son allure, de jolis épaulements qui n’ont rien de chichiteux. Même si les physiques ne sont pas harmonisés, l’ensemble est harmonieux et le niveau peut-être plus homogène que chez les garçons. Ils sont dans l’âge ingrat, certains de juvéniles gringalets, d’autres avec déjà pas mal de musculature, l’un encore petit garçon, l’autre plutôt jeune homme, avec du beau gosse en puissance (il y avait un qui avait un peu un visage à la Ganio mais sans son côté tête à claque – je confonds peut-être avec la division précédente : contrairement aux filles, la tenue des garçons de change pas de couleur d’un groupe à l’autre, c’est moins facile à mémoriser).

D’une manière générale, les classes de garçons sont plus détendues, comme s’il y régnait une sorte de camaraderie sportive (même si la compétition y reste évidemment présente) ; c’est peut-être à mettre en relation avec le fait que les garçons nous présentent plus des tours de force techniques que de la danse (sauf dans la révérence où de simples pas marchés permettent de deviner des danseurs sous les acrobates) alors que les filles sont en plein processus de ballerinisation.

Le processus est achevé en première division : un bataillon de filles longilignes, graciles, aux mouvements déliés. Toute en blanc devant le cyclo bleu, on ferait bien d’en garder quelques-unes pour Apollon musagète. D’un coup les physiques sont harmonisés – mais pas nécessairement harmonieux : en première division, on ne mange plus (une seule exception, une fille au visage très doux, avec une jolie présence). Alors que les deuxièmes divisions, toutes roses, commençaient à être féminines, les premières ont achevé d’être délavées (la troisième division était en rouge) et de femmes en puissance sont devenues des danseuses, éternellement filles. Ces brindilles en font des tonnes, la métamorphose est assez spectaculaire, j’ai été vraiment surprise de la marche qu’il y a a d’une division à l’autre. Le niveau de la classe est si homogène que je suis bien en peine d’imaginer qui pourrait être engagé dans le corps de ballet.

Il y a plus de différence chez les garçons (un rouquin, un brun et un blondinet sont pas mal – y’en aura pour tous les goûts), quoique chacun y ait ses points forts et ses points faibles et qu’aucun ne soit vraiment au-dessus du lot. Côté physique, l’évolution est encore plus surprenante que chez les filles non devenues femmes : ils sont si baraqués qu’ils semblent danser la tête dans les épaules. Quoiqu’il en soit, dans le bouquet final de la classe de pas de deux, filles et garçons forment de beaux couples de danseurs prêts à être intégrés au corps de ballet – jusqu’aux personnalités qui se sont, semble-t-il, un peu émoussées.

 

J’en suis ressortie avec l’envie de faire d’infinies séries d’échappés et de retirés (la batterie ? – sans façon, je la leur laisse), tirez-en les conclusions que vous voyez. Pour rappel, si les démonstrations désignent bien l’ « action de montrer concrètement au public en quoi consiste tel art ou tel sport », elles sont aussi (pourraient aussi être) le « signe extérieur qui manifeste les sentiments qu’une personne éprouve ou feint d’éprouver, ou ses intentions ».

7 réflexions sur « Des démonstrations pas si démonstratives »

  1. J’ai passé tout mon dimanche à Garnier pour voir les deux parties (je n’avais vu que les plus grands l’année dernière). J’ai aussi été impressionné par les progrès d’une division à l’autre. Le passage de la première division garçon a été tout particulièrement spectaculaire.

    1. Je n’y fais même plus attention mais effectivement… la danse est un monde où les filles le restent éternellement ; les mentalités évoluent toujours plus lentement que les moeurs et il est finalement assez récent qu’on accepte que les danseuses soient aussi des femmes, qui peuvent également devenir mères sans mettre fin à leur carrière.

    2. Si on parle d’harmonie physique, et de corps restés au stade de “demoiselle”, je trouve que ça se fait surtout en entrant dans le corps de ballet, et que les 1ere divisions ont encore, pour quelques unes, une allure plus femme.

      J’ai beaucoup aimé la classe de caractère. Malgré les maladresse et quelques gaucheries, il y avait beaucoup d’allant, et le prémisse de ce qu’ils-elles seront dans quelques années à Garnier.

    3. Curieux quand on y pense, cet aplanissement progressif qui fait moins ressembler à des femmes celles qui le deviennent davantage…

      Et le caractère, oui… l’année dernière, quand j’arrivais en avance à mon cours du mercredi, j’aimais bien regarder le cours de caractère qui finissait – notamment une fois, une chorégraphie sur un banc qui était totalement réjouissante, un beau travail de groupe (c’est souvent le cas en caractère, en fait, et donne beaucoup de force et de chaleur à la danse) avec des mouvements synchronisés ou en cascade du plus bel effet.

    4. C’est passionnant ce que tu dis de la féminité des danseuses et de la ballerine idéale; et d’autant plus intéressant que je suis allée voir le lac des cygnes et qu’après coup ça me frappe, cette image de la femme enfermée dans un corps qu’elle ne maîtrise pas, qui n’est gracieux que parce qu’il n’est pas seulement celui d’une femme – et en plus la sensualité n’était que du côté des danseurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × quatre =