Elles

Elles n’est pas un film sur la prostitution estudiantine. C’est un film sur une rédactrice d’Elle (ou tout autre magazine féminin) qui fait un papier sur la prostitution estudiantine, nuance. Il ne s’agit donc pas tant de décrire une réalité que de montrer la difficulté qu’on peut avoir à l’admettre. Je dis on parce que même sans être une bourgeoise du XVIe arrondissement, je suis par les préjugés de mon éducation plus proche d’Anne, la journaliste, que de Charlotte et Alicjia, dont j’ai pourtant l’âge et le profil d’étude. Préjugés : pas nécessairement un jugement préconcu et moralisateur, plutôt une absence pure et simple de jugement. Ni pour ni contre la prostitution (contre le proxénétisme en revanche) a priori, je l’associe pourtant spontanément à une activité déplaisante. Une spontanéité à base de media et du jus de corps dans lequel on baigne dans le métro, probablement. Dans une rame, combien d’hommes supporterait-on comme clients ? Vu sous cet angle, le jeu de “qui est baisable ?” n’en reste pas un très longtemps…

Pourtant, les deux étudiantes, si elles ne prennent pas nécessairement leur pied à chaque fois, ne prennent pas pour autant leurs jambes à leur cou. Leur aplomb désarçonne Anne, qui s’était préparée à recueillir le témoignage (i.e. la complainte) de jeunes victimes et se retrouve face à deux business women bien dans leurs baskets. Le propos de Malgorzata Szumowska, la réalisatrice, n’est pas de dire que la prostitution est une activité idyllique (une scène complètement traumatisante où Charlotte se fait sodomiser avec le goulot d’une bouteille se charge de nous le rappeler tout en subtilité) mais de la réinscrire dans un contexte social dont on l’exclue un peu vite. D’ailleurs la scène traumatisante l’est presque moins pour Charlotte, que cela n’empêche ni de dormir ni de sourire (et de s’asseoir ?), que pour le spectateur, qui ne voit rien mais serre les fesses (entre ce film et la place mal placée d’Orphée et Eurydice, c’est dingue ce que la culture veut du bien à mes fessiers). 

Ce qui la dégoûte, laisse sur elle une odeur qui ne part pas et lui donnerait presque envie de vomir, ce ne sont pas les pipes qu’elle taille à des hommes qui ont l’âge d’être son père, comme la juxtaposition des plans nous le laisse croire ; c’est la médiocrité qui colle, la saleté du HLM banlieusard dans lequel elle a été élevée, duquel elle s’est “élevée” jusqu’à une prépa, et dans lequel elle revient les week-ends, l’absence de l’argent, qui, elle, a une odeur… et les pulls en acryliques, ajoute-t-elle à l’intention d’Anne, très propre sur soie (spéciale dédicace à Palpatine, qui a la fibre compréhensive niveau textiles).

Un second plan sans transition se charge d’enfoncer le clou : Charlotte couche avec un jeune homme frêle qu’on suppose immédiatement être Thomas, son petit copain, tant la scène irradie de blancheur, depuis les draps et la peau du jeune homme jusqu’au sourire de Charlotte, lumineux comme l’immense fenêtre qui déverse sur eux une lumière béate. Ils finissent, elle lui tripote les cheveux, lui sort et compte les billets. Raté : Thomas, c’est le plan suivant et finalement, on se dit qu’on préférait le plan cul. Pour faire bonne mesure, Charlotte est soupçonnée d’être jalousement amoureuse du client ; elle lui pique son téléphone pour fouiner dans les numéros, mais ça ne va pas bien loin (jusqu’aux toilettes où elle s’enferme un instant – comme un caprice d’adolescente à la tristesse vite passée).

L’aplomb de ces filles dérange. Il dérange Anne. Il dérange l’ordre des choses. Ce serait si simple de les plaindre, pas besoin de se remettre en question. Avec son regard provocateur (plus racaille que femme fatale), Alicjia accuse sans sourciller celui de la journaliste. Elle prend un malin plaisir à défendre ses clients, ces clients qui sont “tes types normaux”, insiste Charlotte, “pas des pôv’ types”, et à sourire de cette femme qui est du bon côté, du côté qui stigmatise. Quitte à se faire baiser par la société, Alicjia préfère encore s’asseoir sur son hypocrisie et se servir de son cul pour prendre de l’argent à ceux qui l’ont bordé de nouilles. Elle ne se laisse pas faire à son arrivée à Paris par le propriétaire qui consent à lui louer un studio à un prix modique pour peu qu’elle complète en nature ; elle ne passe pas non plus à la casserolle lorsqu’un étudiant sensible à ses charmes lui propose de l’héberger pour l’aider, mais on sent que c’est à partir de ce moment qu’elle décide de tirer profit de la situation (“tu dois avoir l’habitude, non ? Tous les mecs doivent avoir envie de coucher avec toi”) avant qu’on ne profite d’elle.

Forcément, tout ça, quand tu habites un appartement assez grand pour que le traverser te suffise à prendre soin de ta ligne, que tu prends ta journée pour servir au dîner des coquilles Saint-Jacques* au patron de ton mari, et que tu balises grave parce que ton aîné aux cheveux en pétard vient d’en fumer un, c’est un brin culpabilisant. Encore plus que de ne pas avoir acheté des céréales bio et de laisser le cadet massacrer des pixels animés, c’est dire. S’il lui a été difficile d’entendre que les clients étaient des types normaux, c’est parce que ça pourrait être son mari, certes, mais aussi parce que si elle ne peut plus dire “ils”, elle ne peut plus non plus dire “elles” (“qu’est-ce qui tu dis que ce sont des putes ?”, finit-elle par lancer à son mari). “Elles”, ce sont ces filles qu’on tient à l’écart — de sa pensée mais aussi de la société. Société dont elle est une privilégiée.

[Elles… qu’on voudrait reléguer dans le coin de l’affiche]

Tout au long du film, Anne essaye en vain de démasquer la peine chez ses deux interviewées, et ce n’est pas faute de les avoir questionné sur toutes les craintes que la prostitution lui inspire. Seulement, quand on leur tend une perche, Alicjia et Charlotte s’en foutent. Anne s’en rend presque malade et finit par capituler ; ce serait tout de même un comble que la privilégiée soit la plus nevrosée de toutes. La moindre des choses est de savoir apprécier ce qu’elle a quand celles qui n’en ont pas le quart ne se font pas de noeud au cerveau. Tout ça finit par un petit-déjeuner qui n’échappe au Ricoré que par les traits fatigués mais sereins d’Anne et le portable consulté distraitement par son mari. Après la débâcle de la veille (et que je te plante en plein milieu du dîner, et que je revienne hagarde au milieu de la nuit, en me jetant sur toi), c’est joli mais un peu pompeux ; je m’attendais à chaque instant à l’entendre dire : « Cela a un très beau nom, femme Narsès. Cela s’appelle l’aurore. » Mais plus que de renaissance, c’est un sentiment d’inachevé qu’Elles laissent, elles si parfaitement antithétiques, si parfaitement para-doxales. A prendre systématiquement le contrepoint du cliché, on finit par le détourer et le faire apparaître en creux.

Il n’y a donc qu’une seule chose qui m’a choquée, c’est que le film soit interdit aux moins de douze ans. On parle quand même d’un film où une fille entièrement nue assise sur un piano se masturbe les cuisses écartées avant de se faire prendre en levrette, et où on comprend sans le voir qu’une autre se fait sodomiser avec une bouteille en verre. Douze ans. Alors oui, on ne voit pas de sexe d’homme. Mais alors, quoi, une toison pubienne, comme il n’y a rien qui dépasse, ce n’est pas un sexe, pas besoin d’interdire aux moins de seize ans ? Y’a quelque chose qui me dépasse.

* Saint-Jacques gluantes, cuisinées à mains nues. Tout comme d’autres ingrédients peu râgoutants ou le massage des pieds qu’Anne fait à son père sénile. Ce constant pétrissage relativise celui de la chair auquel se livrent les deux étudiantes…

2 réflexions sur « Elles »

  1. Tu réfléchis pas mal sur le genre féminin ces temps-ci, ou je me trompe?
    A part ça, tu me donnes presque envie d’aller voir le film. Il doit être assez dérangeant, surtout quand on est plus dans la situation d’Anne que celle d’Alicjia et Charlotte.
    Et tu m’as fait rire, avec la femme Narsès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + cinq =