Fantasia à Pleyel

Dimanche matin (de la semaine dernière), la moyenne d’âge a chuté de 50 ans à Pleyel. Pour un peu, je me serais sentie vieille au milieu des gamins, venus pour le ciné- quand leurs parents venaient pour le -concert. Symptôme sans appel lorsque je découvre des dessins animés qui ne figurent pas dans MON Fantasia : « C’était mieux avant », quand la texture des peaux de cétacés n’étaient pas repoussante de réalisme numérique et que les baleines ne volaient pas dans les airs. Des baleines dans les airs… on aura tout vu – sauf les hippopotames en tutu et les flamands roses au yoyo, qui manquaient cruellement à l’appel. Heureusement, Dukas se décarcasse et l’apprenti sorcier a fait tourbillonner tous ses balais-bassons. Rhapsody in Blue fait également partie des meilleurs moments : son swing new-yorkais et sa narration polyphonique très structurée changent des évocations animistes de la nature, où tout est libre jeu de formes et de rythmes. L’abstraction ne doit pas être facile à appréhender par les gamins (les questions qu’on entend de-ci de-là me rappellent que je n’ai à peu près jamais regardé la cassette d’un bout à l’autre d’un coup) ; elle correspond davantage à la rêverie esthétique d’un adulte. Les images prennent le relai de ces métaphores que j’aime provoquer lorsque j’assiste à un concert. Plus besoin de les filer, elles défilent devant mes yeux. L’imagination est au repos, il n’y a plus qu’à se laisser emporter par l’onde dans les miroitements lunaires de Debussy (impressionniste, donc), par les roulé-boulés de Donald et Bacchus (je me souvenais des centaures – ce sont eux, je crois, qui ont donné envie à ma cousine de faire de la flûte traversière) ou par les grands cheveux de demoiselle nature qui manque de se faire réduire en cendres par l’oiseau de feu volcanique. D’une manière générale, les forces du mal, auxquelles est associée une certaine puissance tellurique, sont plus inspirantes. Les grands élans de l’orchestre donnent lieu, à l’écran, à de formidables jaillissements : c’est de là que je tiens mon image d’arbre qui pousse à n’en plus finir et je suis persuadée que les nuées de chauve-souris qu’éructe la musique de Beethoven sont à l’origine du projecteur de Batman. Une fois rattrapé le petit décalage entre l’orchestre et la projection, cela fait vraiment de l’effet. Mais le plus fantasiaque reste, avec l’Apprenti sorcier, Casse-Noisette : la danse des champignons est – découverte – un régal de pizzicato. Vraiment, rien de tel que le muet pour donner envie de fredonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 4 =