I like to be in America

L’Ouverture cubaine de George Gershwin superpose la fente d’une queue-de-pie à l’échancrure d’une chemise hawaïenne. Les maracas se fondent si bien aux avant-bras du percussionniste que chaque coup me fait penser au salut d’un de ces chats en plastique dans la vitrine des restaurants asiatiques (malgré l’anachronisme géographique).

 

Dans la biographie fantaisiste que j’étais prête à lui faire, Marguerite Duras s’est inspirée de la Symphonie n° 4 de Charles Ives pour écrire l’Amante anglaise, un nouveau roman policier où l’on connaît la coupable mais pas le mobile. Car c’est un mobile de sons que j’entends, composé d’éclats de miroirs noircis qui s’entrechoquent doucement et dont on découvre que certains, magnifiquement rouges, ont trempé dans le sang – un mobile de meurtre là où le compositeur entendait « la question que l’esprit humain se pose sur le sens de la vie » (rien que ça).

Et puis, plus prosaïque, j’entends les voisins d’à-côté quand les cuivres se barrent en coulisses et ceux de l’immeuble d’en face lorsque la harpe et les deux trois autres instruments installés en bergerie jouent les quelques mesures qui leur sont dédiées dans ce que le programme qualifie de « forêt de sons » mais que je verrais davantage comme une jungle urbaine. Un bassoniste y joue du coupe-coupe pour se frayer une place jusqu’à l’arrière du piano, d’où il se met à diriger une partie de ses collègues. Puis, autre sécession, un altiste excentré se lance dans un solo, faisant la fierté de son pupitre qui tape vigoureusement des pieds lors des applaudissements. Belle cohésion entre les musiciens ; il n’y a manifestement pas qu’au public que cette soirée atypique fait du bien.

 

A Jazz Symphony de George Antheil, « un cocktail hyper-vitaminé à consommer sans modération », tient plus du jus ACE (carotte, orange, citron) que le serveur, en tenue blanche et noire mais pas pressé, vous sert sous la forme d’une petite bouteille Pago. C’est bon, c’est rafraîchissant mais on se serait attendu à quelque chose d’un peu plus explosif pour la sortie de cette symphonie compactée de huit minutes. Quelque chose comme le bis qui suit, sur une espèce de xylophone-grattoir qui exige des mains d’argent (j’ai cru voir un gros Félix le chat).

 

Premières mesures des Danses symphoniques de Leonard Bernstein : les trois percussionnistes claquent des doigts, au fond et autour de l’orchestre, comme la bande des Jets qui encerclerait les Sharks. Reprise : ils sont rejoints par tous les musiciens qui ont les mains libres, le tubiste en tête, poing en l’air. On est pris d’une irrésistible envie de danser et on s’attendrait presque à voir débarquer The Mask pour un duo endiablé, lorsque l’orchestre se met à crier Mambo ! sous la direction plus qu’enthousiaste d’Ingo Metzmacher, véritable petit pois sauteur.

 

OK by me in America.

Mit Palpatine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =