Strauss et Schu-machin

La souris, souffrant de flemmingite aiguë, a dû annuler sa participation à la chroniquette de ce concert, après qu’Anja Harteros, souffrante, a dû annuler la sienne et que le chef a préféré Schubert au gruyère.

 

Parfois, quand j’ai plus de dix chroniquettes en retard, j’envisagerais presque d’utiliser mon blog comme base de données :

SELECT reference FROM concerts WHERE title = ”Tod und Verklärung” AND composer = ”Strauss” ;
> Concert au théâtre des Champs-Élysées

INSERT INTO concerts (”new_comment”, ”new_WTF_comment”) VALUES (”Je ne sais pas si Marek Janowski manquait d’allant ou si, au contraire, il allait trop vite, comme le suggérait Palpatine, mais je n’ai pas été transfigurée comme lors de la première écoute. Même si c’était beau, évidemment.”, ”Le chef avait un air de gravure.”) WHERE title = ”Tod und Verklärung” AND composer = ”Strauss” ;

 

Mais à la pièce suivante, je m’aperçois que je me suis emmêlée les pinceaux dans les numéros de symphonies et que je n’ai aucune donnée sur la huitième de Schubert : mon plan tombe à l’eau, il ne me reste plus qu’à m’extasier devant le <instrument> ? </instrument>. Un jour, j’apprendrai à distinguer les vents. Et Schubert de Schumann et de tous les Schu-machin, nom d’un chou à la crème.

 

Puis, comme il manque déjà beaucoup trop de mots, je n’ai plus aucun scrupule à vous donner mon impression des Métamorphoses en image : un nuage de cordes, où je ne trouve aucune des images ovidiennes que j’attendais.

 

Montage nawak

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × trois =