Ça fera quat’sous et mille mercis

Allez savoir pourquoi, malgré son titre, j’ai toujours pensé que l’Opéra de Quat’Sous était une pièce de théâtre. Il faut dire que je ne me suis jamais penchée sur le cas Brecht et que je n’avais jamais même entendu le nom de Kurt Weill. La suite pour orchestre de vents jouée par l’Orchestre de Paris a été une heureuse découverte : ces pages musicales se feuillettent comme un album photo numérique, où les clichés, entourés d’un cadre blanc crénelé comme un timbre géant, s’animent quand on les regarde, toujours en noir et blanc. Et pourtant, les extraits sont colorés (hop, un petit verre de vin rouge) et pleins de gouaille avec leurs fausses fanfares. De quat’sous. Drei Groschen. Threepenny. (C’est l’inflation en France ou on est juste Marseillais ?) Dès qu’on commence à être un peu trop à son aise, à confondre cuivres et zinc, la musique s’arrête et nous renvoie à la page du dernier cliché revisité, figé dans cet un-deux-trois soleil musical. Ce sera toute l’idée que je me fais de la distanciation brechtienne.

Ville morte oblige, le Concerto pour violon en ré majeur de Korngold dessine des toits devant moi (des toits d’illustration, à l’aquarelle et au pastel, avec quelques paillettes discrètes à l’occasion). Le survol de mouette majestueuse mène l’essentiel du concerto, qui finit cependant en courses et glissades ludiques de tuile en aiguille. Gil Shaham, antithèse du poète maudit avec son éternel sourire d’imbécile de génie heureux, chevauche encore mieux la mouette que Harry l’hypogriffe. Son aptitude au bonheur semble inégalable et la chaconne qu’il donne en bis donne envie de jouer à la marelle.

La Cendrillon de Prokofiev, je l’ai dans les pattes et, ce que je connais par cœur, mes oreilles l’entendent mieux. Surtout lorsqu’on voit les deux sœurs incarnées par deux violonistes, dont le second tente de prendre la place du premier (violon). Cucendron est un régal – à dandiner du cul sur son fauteuil. Et je ne suis pas la seule : sans même être emportés par une houle d’archers, les têtes et les bustes swinguent dans l’orchestre. Les bassons prennent des airs de saxophone alors qu’ils se font manches à air, tombant, tournant et se regonflant en même temps que le vent. Le chef, bien en train depuis l’Opéra de Quat’sous, danse carrément : le mouvement part des genoux, entraîne le bassin et finit dans la baguette. Bientôt, deux pépins de sueurs apparaissent entre ses omoplates : il a beau être haut comme trois pommes, sa direction est survitaminée. L’attention qu’il montre en traversant les rangées pour aller serrer la main de quasiment chaque pupitre achève de me le faire apprécier. James Gaffigan, on se reverra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × quatre =