L’Opéra de trois sous

Parce que le peu que j’ai entendu de Kurt Weill m’avait fort plu, que le nom de Robert Wilson me rappelle ma fascination pour son Pelléas et Mélisande et Einstein on the Beach (et parce que j’avais été frustrée de ne pas voir la mise en scène pour le Dialogue des Carmélites), j’ai demandé à Palpatine de faire une exception tarifaire et de nous prendre des bonnes places pour L’Opéra de quat’sous au théâtre des Champs-Élysées. Je n’aurais jamais pensé qu’en ayant déboursé 55 € chacun, il faudrait rester plié en deux pour voir la scène, et deviner le début des surtitres parce qu’un projecteur masquait le prompteur – c’est tout bonnement scandaleux.

Autant vous dire que j’ai un peu de mal à déglutir quand je retrouve dans la mise en scène tout ce que j’avais détesté dans The Old Woman : des lumières éblouissantes au sens littéral du terme (il faut mettre sa main ou sa place en visière pour pouvoir lire les surtitres), des claquements sonores difficilement supportables (je parviens à anticiper certains bruitages désagréables comme la tringle du rideau fictif que l’on écarte, mais impossible d’anticiper et de se boucher les oreilles pour les claquements), des visages grimés et une gestuelle clownesque que je ne peux m’empêcher de trouver ridicule, même si je la sais outrée à dessein (typiquement : deux mains en l’air, bouche ouverte). Ma consternation est à son comble lorsque je retrouve chez les canailles les mêmes pitrerie que celles des enfants perdus dans Peter Pan, lui aussi de Wilson et du Berliner Ensemble. Sérieusement, 55 € pour ça ?

Peut-être parce que j’ai payé ce prix-là et plus sûrement parce qu’il y en avait pour deux heures avant l’entracte (puis 40 minutes), je me suis employée à juguler l’exaspération naissante. Les comédiens, à gueuler, ne m’ont pas facilité la tâche. Heureusement, il y a Johanna Griebel qui joue Polly, une gamine qui s’enfuie pour se marier avec le chef de la canaille, Macheath : l’ambivalence de son personnage est merveilleusement rendue par un chant cristallin et des embardées tonitruantes, qui tranchent avec la voix nasillarde adoptée dans les passages parlés ; derrière la gamine facilement embobinée, on aperçoit tout autant “la beauté de Soho” que sa mégère de mère. Grâce à elle, je commence à entrevoir le sublime de la bassesse, qui fait tout l’éclat de cette pièce-opéra. Les tics wilsoniens, qui fonctionnaient à vide (un peu comme l’esthétique rabâchée de Tim Burton) retrouvent leur grinçant. Les visages blancs, le mime, les pauses maniérées, qui n’étaient qu’affectation au début de la pièce, concourent soudain à l’effet de distanciation, qui marche à plein. Peut-être fallait-il seulement laisser une proximité s’installer avec les personnages pour instaurer efficacement une distance… laquelle, posée d’emblée, m’a empêchée d’entrer dans la pièce. Les flat characters de Wilson tombaient à plat dans une intrigue qui les veut plus round, fusse pour mieux les dégonfler ensuite. Quand la suite arrive, c’est bon, c’est un régal.

Je me mets à entendre la gouaille dans des voix jusque là uniquement criardes, et la froide mécanique de la musique populaire se réchauffe dans une atmosphère cabaret – le bleu omniprésent cède d’ailleurs la place au rouge pour une scène de maison close très réussie. Ce théâtre de marionnettes devient humain, trop humain ; les vérités dérangent, mais n’exaspèrent plus ; comme sous la plume de Dickens, chacun en prend pour son grade. On traîne avec délice dans les bas-fonds de la société, qui ne sont pas ceux où l’esthète décadent s’encanaille, ni non plus ceux que condamnent la morale. La morale, d’ailleurs, n’a plus cours, l’art rejoignant en ce point la pauvreté (Erst kommt das Fressen*, dann kommt die Moral : la bouffe d’abord, la morale après**). On ne juge plus, on ne s’apitoie toujours pas : on applaudit (de manière littérale et bruyante lorsque le personnage demande ce qu’est le casse d’une banque en comparaison de la fondation d’une banque). On se repaît de la bassesse, des délations, des trahisons, de la mesquinerie, de la lie de l’humanité – et de sa beauté crasse, involontaire.

(À la sortie du théâtre, le public s’écarte machinalement des mendiants. Brecht a raison : on supporte mieux d’être la cause de la pauvreté que sa vue…)

 

* “Fressen” s’utilise normalement pour les animaux ; c’est “essen” pour les hommes.
Et pendant qu’on est dans la traduction : l’opéra de quat’sous en vaut trois en allemand (Das Dreigroschenoper)…

** Dans ce registre, j’aime beaucoup aussi la chanson où Polly raconte qu’elle a dû repousser les avances de prétendants comme-il-faut, mais se devait de ne pas écarter celles du voyou qui, lui, ne sait pas ce qui convient à une dame (mais très bien à une femme)… Cette histoire de morale qui dit quand une femme doit ou non se donner m’a rappelé une remarque semblable de la narratrice de Ce qu’ils disent ou rien (Annie Ernaux), punie en fonction d’un code social dont elle ne maîtrise pas la casuistique…

Gouaille gutturale

La semaine dernière, l’Orchestre de Paris nous invitait dans le Berlin des années folles. Wilkommen und bienvenue, welcome… on se croirait dans Cabaret. Heidi, Christina, Mausi, Helga, Betty, Inge… und Ute, aurait-on envie d’ajouter, tant Ute Lemper, micro à la main1, se fond dans ce décor hollywoodien de bas-fonds berlinois. Sa voix gouailleuse nous emmène dans un road-trip américain où chaque ville représente l’un des sept péchés capitaux. Surprenamment, le livret de Bertolt Brecht ne dépeint pas les péchés comme une tentation à laquelle l’individu tantôt résiste tantôt cède, mais comme une ornière dans laquelle la société le prend et le fait déchoir. Cynisme et naïveté donnent ainsi au ballet de Kurt Weill un ton étrange, étrangement entraînant ; l’adhésion est aussi inéluctable qu’un sourire en coin. J’adore – et goûte la joie goguenarde des mots allemands qui roulent sous la langue comme un gros bonbon et claquent comme une bulle de chewing-gum.

La suite de l’Opéra de quat’sous me plaît toujours autant, et je découvre avec un égal bonheur l’ouverture de Nouvelles du jour, de Paul Hindemith, ainsi que la Suite dansante d’Eduard Künneke, qui n’usurpe pas son nom. À un moment, le chef, pied droit, épaule droite en avant, abaisse tête et baguette d’un coup, comme un danseur de rap abaisserait l’index. Pour un peu, je me serais attendue à ce qu’il croise les pieds, face volte-face dans un détourné de chaussures cirées, queue-de-pie planante, et finisse dans un éclair sur pointes, genoux pliés, main sur le chapeau qu’il n’a pas, avec un Ouh ! à la Mickaël Jackson.

C’est le genre de soirée que l’on aurait envie de faire continuer indéfiniment, quitte à tourner soi-même la manivelle de l’orgue de barbarie. Comme celui qu’il y a sur scène ne joue pas de manière mécanique, c’est avec plaisir que l’on accueille les prolongations d’Ute Lemper et Thomas Hengelbrock, décidément pas avares en bis !

 

1 Heureusement sinon, placée de côté derrière elle, je n’aurais rien entendu. Les deux basses et deux ténors qui l’accompagnaient, pas ou moins sonorisés, étaient par moments difficilement audibles, alors qu’ils avaient l’air d’envoyer sévère.

 

Ça fera quat’sous et mille mercis

Allez savoir pourquoi, malgré son titre, j’ai toujours pensé que l’Opéra de Quat’Sous était une pièce de théâtre. Il faut dire que je ne me suis jamais penchée sur le cas Brecht et que je n’avais jamais même entendu le nom de Kurt Weill. La suite pour orchestre de vents jouée par l’Orchestre de Paris a été une heureuse découverte : ces pages musicales se feuillettent comme un album photo numérique, où les clichés, entourés d’un cadre blanc crénelé comme un timbre géant, s’animent quand on les regarde, toujours en noir et blanc. Et pourtant, les extraits sont colorés (hop, un petit verre de vin rouge) et pleins de gouaille avec leurs fausses fanfares. De quat’sous. Drei Groschen. Threepenny. (C’est l’inflation en France ou on est juste Marseillais ?) Dès qu’on commence à être un peu trop à son aise, à confondre cuivres et zinc, la musique s’arrête et nous renvoie à la page du dernier cliché revisité, figé dans cet un-deux-trois soleil musical. Ce sera toute l’idée que je me fais de la distanciation brechtienne.

Ville morte oblige, le Concerto pour violon en ré majeur de Korngold dessine des toits devant moi (des toits d’illustration, à l’aquarelle et au pastel, avec quelques paillettes discrètes à l’occasion). Le survol de mouette majestueuse mène l’essentiel du concerto, qui finit cependant en courses et glissades ludiques de tuile en aiguille. Gil Shaham, antithèse du poète maudit avec son éternel sourire d’imbécile de génie heureux, chevauche encore mieux la mouette que Harry l’hypogriffe. Son aptitude au bonheur semble inégalable et la chaconne qu’il donne en bis donne envie de jouer à la marelle.

La Cendrillon de Prokofiev, je l’ai dans les pattes et, ce que je connais par cœur, mes oreilles l’entendent mieux. Surtout lorsqu’on voit les deux sœurs incarnées par deux violonistes, dont le second tente de prendre la place du premier (violon). Cucendron est un régal – à dandiner du cul sur son fauteuil. Et je ne suis pas la seule : sans même être emportés par une houle d’archers, les têtes et les bustes swinguent dans l’orchestre. Les bassons prennent des airs de saxophone alors qu’ils se font manches à air, tombant, tournant et se regonflant en même temps que le vent. Le chef, bien en train depuis l’Opéra de Quat’sous, danse carrément : le mouvement part des genoux, entraîne le bassin et finit dans la baguette. Bientôt, deux pépins de sueurs apparaissent entre ses omoplates : il a beau être haut comme trois pommes, sa direction est survitaminée. L’attention qu’il montre en traversant les rangées pour aller serrer la main de quasiment chaque pupitre achève de me le faire apprécier. James Gaffigan, on se reverra.