Jeune, jolie & fascinée

 photo ozon-jeune-et-jolie_zps098544c2.jpg

Je n’ai jamais considéré la virginité comme quelque chose qu’il fallait à tout prix préserver ni comme quelque chose dont il fallait à tout prix se débarrasser – sauf au moment où, en ayant décidé ainsi, la chose a montré un peu trop de résistance à mon goût. C’est donc doublement surprise que je vois Isabelle, jeune (17 ans) et jolie (genre vraiment1), prendre le premier gus gentil pas trop moche qui traîne pour se faire dépuceler en cinq minutes sur la plage – et pas une plage de galets, hein, une plage pleine de grains de sable prêts à se faufiler partout. Me disant que la fiction permet décidément d’imaginer la vie de personnes qui ne vous ressemblent vraiment pas, je me penche sur cette scène à l’image d’Isabelle elle-même, dédoublée par la magie du montage. Pour la fusion, on repassera : à côté d’elle-même plus que de ses pompes, Isabelle semble se tenir à distance de tout ce qu’elle vit. Elle ne s’en désintéresse pas, non, bien au contraire : elle est totalement fascinée par ce qui lui arrive, au point de regarder les événements comme elle observerait un insecte tentant de se dépêtrer de je ne sais quelle situation où il se serait fourré, le poussant de temps à autre du bout du doigt – pas pour l’aider : pour voir. Son passage à la prostitution correspond à l’étape suivante de la dissection – pas par plaisir sadique : pour voir, pour savoir.

François Ozon a pris soin de la placer dans un univers à l’abri de tout soupçon misérabiliste, tout comme Haneke l’avait fait dans Amour ; même si les deux films ne jouent pas dans la même cour, l’idée est la même : l’humain, rien que l’humain. Ainsi, Isabelle vit dans une famille aimante sans être étouffante. Sa mère, curieuse de la savoir avec son premier petit copain (tiens, ça me rappelle quelqu’un) lui fout somme toute une paix royale, et le petit frère, quoique curieux, n’est pas le moins du monde cafteur. D’une manière générale, la famille, hyper bourgeoise, n’est pas à plaindre : si Isabelle se livre à la prostitution, ce n’est donc pas pour l’argent, qu’elle ne dépense pas et conserve dans une petite pochette sous ses piles de fringue. Et lorsque le psy, à la fin, émet l’hypothèse que c’était pour savoir combien les hommes seraient prêts à payer pour elle qui, connaissant le prix connaîtrait sa valeur, on sent bien que cela ne colle pas ; l’interprétation est trop grossière, malgré son fond de vérité. Alors quoi ?

Pour le plaisir sensuel, sexuel ? Cela n’a jamais l’air d’être l’éclate. Il y a des moments de jouissance, d’abandon, de tendresse même, mais rien qui ressemble au plaisir – y compris dans la masturbation qui, telle qu’elle est filmée, relève plus du besoin que de l’envie. Il y a chez Isabelle une fascination, morbide diront d’aucuns, une fascination pour sa propre personne, presque considérée de l’extérieur – une vision qui, en prenant le sujet comme objet, correspond bien au point du vue du client, entendant jouir du corps mis à disposition par cette curieuse jeune fille de bonne famille, en sous-vêtements Princesse tam-tam. Isabelle se prostitue comme d’autres deviennent anorexiques ou se droguent, explique le réalisateur, soulignant les multiples façons qu’ont les adolescents de se mettre en danger. Mais outre que la prostitution de luxe est plus agréable pour l’œil du spectateur qu’un corps décharné, la fascination y est particulièrement pertinente. Je me suis souvenue, d’un coup, d’un livre de Pascal Quignard où l’origine du mot dépassait l’étymologie :

« Les Romains n’avaient jamais dit « phallus » pour signifier ce que les Grecs appelaient phallos. Ils disaient fascinus et ils appelaient fascinatio la relation qui s’établissait entre le sexe masculin dressé et le regard qui le surprend dans cette contracture2. »
Et plus loin : « La fascination hypnotise et fixe la victime dans sa forme le temps de l’achever (d’en manger la figure). »

Il y a quelque chose de l’ordre de la prédation – non pas des clients envers Isabelle mais d’elle à elle-même. Comprenons-nous bien : elle ne s’emploie pas à se détruire, ne précipite pas sa chute (on ne la voit jamais courir, d’ailleurs, elle marche toujours d’un pas mesuré lorsqu’elle se rend à ses rendez-vous). Le regard qu’elle pose sur elle est attentif, dans l’attente d’elle ne sait quoi, d’un éveil qui ne vient pas, même lorsqu’un client âgé meurt dans ses bras, que l’affaire est découverte, que sa famille, effondrée, la traîne chez le psy et l’enjoint à reprendre une vie normale. Elle sort alors avec un garçon amoureux d’elle mais son espèce de vague à l’âme la fait dériver et l’empêche de vraiment se lier.

Pour se déprendre de sa fascination, il faut cette rencontre avec la femme de l’homme mort dans ses bras, dans l’hôtel même où elle faisait ses passes. Rencontre étrange où la femme (magnifique Charlotte Rampling), qui trouve que son mari a eu une belle mort, trouve aussi Isabelle bien jeune et très semblable à elle-même : mélancolique3. Elle lui demande de se rendre avec elle dans la chambre où elle avait l’habitude de retrouver son mari et de rejouer le cérémonial – sans sexe, cette fois-ci, sans homme, sans fascinus. Isabelle finit par s’endormir et, lorsqu’elle se réveille, en sursaut, il n’y a plus personne sur le lit, pas même son double, sur lequel elle s’était penchée au début du film, sur la plage. D’un coup, les deux ont fusionné, l’objet et le sujet, arraché à sa fascination. Celle qui observait sa propre dissection ressent soudain la douleur, la tristesse de la mort de son client. Sursaut.

On ne sait pas si Isabelle va recommencer à se prostituer ou reprendre une vie plus rangée et, à vrai dire, cela importe peu : tout ce qui compte, c’est qu’elle est à présent capable de désir. Qu’elle le monnaye auprès des clients ou se le fasse offrir par le garçon amoureux ne nous regarde plus : Jeune & Jolie n’est pas un film sur la prostitution (Elle l’était déjà davantage) mais bien sur la fascination qu’elle exerce, notamment sur la bourgeoisie (on le retrouve dans Elle mais vous avez peut-être plus envie de revoir Belle de jour). C’est en ne prenant pas parti que François Ozon est le plus pertinent.

 

1 Marine Vacth est une tuerie. Le cas échéant, pensez à remonter la mâchoire inférieure de l’homme qui vous accompagne avant qu’il ne commence à baver.

2 Pascal Quignard, Vie secrète, éd. Gallimard, p. 105. Il faudrait que je le reprenne depuis le début – raison pour laquelle je ne l’ai jamais fini.

3 Indice qui ne trompe pas : j’ai envie de la secouer comme un prunier, exactement comme Kirsten Dunst dans Melancholia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − deux =