Kitri killeuse

Ravie d’avoir une place pour la pré-générale de Don Quichotte, je le suis plus encore lorsque je vois apparaître Mathilde Froustey sur scène. Je la voyais bien dans le rôle. Difficile en effet de ne pas la voir : elle qui n’est déjà pas du genre à se faire prier en temps normal a carrément bouffé du lion. Sa pantomime a beau être bon enfant (parfait lorsqu’on sait que la soirée leur est réservée), le premier qui emmerde Kitri, elle le décapite d’un développé. Même un fétichiste renoncerait alors à se trouver dans ses chaussons… Au-delà de la fatigue physique, qui rend plus épuisant de contrôler sa force que de la laisser déborder (il faut être en forme pour pouvoir s’économiser), cette débauche d’énergie révèle le besoin qu’à Mathilde Froustey, survoltée-révoltée, de se défouler. Il faut dire que le résultat du concours de promotion ne se justifierait que par une nomination extraordinaire, en vertu du précédent établi par celle de Mathieu Ganio alors qu’il était encore sujet.

Un peu trop rapide, un peu trop brusque… c’est le trop-plein qui s’évacue. Tant pis pour le tour à la seconde du dernier acte ; il peut bien être sacrifié si c’est pour ensuite aborder l’ensemble des représentations avec davantage de sérénité. Car une fois que les corps se sont échauffés et que les esprits se sont apaisés, les personnages se dessinent : Pierre-Arthur Raveau, découverte miamesque, donne une classe certaine à la fougue de Basilio, tandis que Kitri est tour à tour séduisante (mouvements un peu plus lents, qui donnent le temps à la sensualité de s’exhaler), piquante (les fameux équilibres de la miss, qui flirtent avec la musicalité et semblent toujours vous narguer) et espiègle (la Coppélia-attitude, avec les pieds flex et le buste désarticulé qu’elle se fait brinquebaler de son amoureux à son prétentieux prétendant).

Du reste de la distribution, on retiendra Laura Hecquet en danseuse de rue (entre ça et Cappricio, elle fait beaucoup la danseuse, en ce moment – il faut dire qu’avec le profil qu’elle a…), un peu raide au premier acte mais bien plus voluptueuse au troisième ; Héloïse Bourdon en reine des Dryades, qui suit l’exemple de Mathilde pour faciliter le travail des photographes avec un magnifique équilibre attitude (en prenant des chaussons moins bruyants ou en ne forçant pas les glissades vers l’écart, ce sera parfait), et le chef des gitans dont je ne connais pas le nom et dont je veux connaître l’identité et plus vite que ça ! Il supplante en sexytude le toréador qui, malheureusement pour moi, rayonne de gay-itude (ou d’application, je ne sais pas, après tout) jusqu’au premier balcon, alors que celui du Bolchoï m’avait laissée dans un état proche de la pâmoison.

Et c’est là que le bât blesse : lorsque le souvenir des Russes ressurgit. Certes, il ne s’agit que d’un filage et les danseurs sont probablement fatigués par les répétitions sans être galvanisés par une salle comble, mais les ensembles, parfaitement au point, manquent pourtant de mordant. Sans aller jusqu’à la fougue slave, on attend plus d’ardeur, de sémillant ; il faut non seulement y aller mais se laisser aller : ce ballet n’a d’intérêt que s’il est drôle et affriolant, que si le corps de ballet est aussi crâneur que les toréadors (pas en vert sapin de Noël, par pitié) et aussi aguicheur que Kitri. Je veux que l’on m’agace, que diable ! – comme le toréador agace le taureau. L’opéra s’est peut-être un peu trop appliqué à nous faire voir rouge en programmant Don Quichotte un an seulement après le passage du Bolchoï. À voir. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 6 =