La Colline aux coquelicots

Sans coquelicots mais avec des drapeaux que Umi1 dresse chaque jour au mât de son jardin en souvenir de son père marin avant de prendre le chemin du lycée, où elle liera connaissance et destin avec un (in)certain Shun.

Cela fait longtemps que je n’avais pas regardé de dessin animé. Mais quand c’est un film d’animation, ce n’est pas pareil, les adultes ont le droit. Et quand c’est un Miyazaki, ils en ont même le devoir. Il sera néanmoins de bon ton de ne pas trop s’extasier dans la mesure où il s’agit d’un Miyazaki fils et qu’un fils est d’abord prodigue avant d’être prodige.

L’histoire n’a rien d’exceptionnel (du moins pour un scénario) mais les gestes du quotidien sont si délicatement rendus qu’on est sereinement béat devant un réveil ensommeillé-ensoleillé ou la préparation du repas. L’occasion de se rappeler que le dessin repose sur une schématisation culturellement reconnue : je n’ai aucune idée de ce que sont les croquettes marron et blanches que partagent Shun et Umi et ne dois de reconnaître les poissons frits qu’à la queue de sirène qui dépasse d’un triangle coloré.

À côté de cela, ou plutôt derrière, les décors fourmillent de détails, qu’il s’agisse d’un muret entouré de végétation (on croirait voir une peinture devant laquelle sont filmés des personnages dont on dirait d’eux seuls qu’ils sont dessinés) ou du foyer des élèves, nommé le Quartier latin. Le lieu est fidèle à l’image d’étudiant bohème de son homologue parisien et en décline les petites idioties-idiosyncrasies avec beaucoup d’humour : le club de philosophie compte donc un unique membre, le cul entre deux escaliers ; le club d’astronomie qui étudie les taches solaires depuis dix ans déclare pour seul résultat de ses travaux que l’univers est ancien et leur étude récente ; et tous s’accordent pour dire qu’en ces lieux, la poussière est culturelle. J’ai visiblement pensé à la même chose que Palpatine qui faisait sa petite tête de manga, les yeux plissés par le rire.

La Colline aux coquelicots ne fait pas d’éclats mais avance par petites touches avec délicatesse et retenue, à l’image de ses personnages, toujours simples et polis – sauf lorsqu’ils leur faut surmonter leur pudeur, ce qui fait que, curieusement, les aveux sont hurlés et non murmurés. Un cri du cœur, en fait. Pour que le dessin animé passe tout en douceur.

 

1 Cela donnait quelque chose comme « Youmi », d’où le « que » non élidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 6 =