Le Dos crawlé

Même petite, même alléchée par la couverture de Sempé, je n’ai jamais pu lire Le Petit Nicolas. Les tournures de phrases enfantines, avec des « M’sieur », des « drôlement » et des ruptures syntaxiques qui ne prétendent même pas à l’asyndète, ça me hérisse le poil. Alors j’ai commencé Le Dos crawlé d’Eric Fottorino comme la soupe à la grimace. La première page aurait pu être rédhibitoire s’il n’y avait eu cette phrase : « Oncle Abel fait le beau métier de délivrer les gens de leur passé vu qu’il est brocanteur. » L’image a presque réussi à me faire oublier la tournure grammaticale ; elle m’a en tous cas invitée à passer outre pour découvrir, une fois habituée à ces tics de langage (comme lorsqu’on poursuit une discussion sans plus prêter attention aux tics nerveux de son interlocuteur), une foule d’images dans ce goût-là. On les prête à un enfant parce qu’elles sont décalées mais elles témoignent surtout d’une vision poétique.

« L’enseigne du casino s’allume avec ses lettres rouges sauf le « s » qui reste éteint. On dirait une boche où il manquerait ne dent. »

« Certains jour oncle Abel il a le Groenland partout sur la figure tellement il est pâle et Lisa elle porte la Roumanie sur sa figure aussi vu qu’elle est fermée de long en large comme une poutre. »

« Je vais dans la cuisine où on entend les mouches voler. Je suis englué dans mon ennui comme elles le matin dans les taches de miel qu’on laisse sur la toile cirée après le petit déjeuner. »

Dommage que l’auteur ait recouru au puéril de l’expression (artificel – à treize ans, le narrateur est un peu vieux pour parler comme ça), les images auraient suffi à traduire la vision enfantine. Peut-être s’agissait-il de mettre à distance le monde des adultes, celui de l’oncle de Marin mais aussi celui des parents guère tendres de Lisa, dont il est amoureux. « J’ai fini par savoir que les parents de Lisa étaient partis en Suisse. Son père pour des opérations avec une banque et sa mère pour une opération sur son nez ou sur ses seins. » Le ressac de ce monde en arrière-plan fait affleurer les profondeurs, et les derniers rayons de l’enfance teintent de nostalgie ce long été de plage. Je me suis léchée les doigts à l’évocation des goûters, tartelettes dont on laisse le trottoir, chocolatines, chichis, pêches bien juteuses, sorbets, glaces et gaufres qui vous sucrent le nez. Et je me suis laissée surprendre par la pirouette finale, dont l’énormité empêche l’histoire de glisser comme du sable entre les doigts, tout en étant atténuée par sa brièveté, pour un peu un détail qu’on oublierait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 18 =