Lose is beautiful (4)

Chapitre 4 : C’est la fin des carrot cakes

Il était hors de question de commencer l’année aussi mal qu’elle avait fini. J’ai donc pris un solide petit déjeuner — solide au vu des circonstances : un biscuit à l’avoine, méticuleusement coupé en morceaux, détrempés dans un peu de thé, comme un sucre dans une cuillère à absinthe. J’ai ainsi avalé au petit-déjeuner un cinquième de ce que j’avais mangé la veille en une journée, régime qui suffirait à peine à me rassasier pour un seul repas en temps normal.

C’est donc un peu faiblarde que je suis arrivée au musée Courtauld. Alors que Palpatine défaillait au sens figuré devant une toile de Cranach, j’essayais d’éloigner le sens propre en respirant comme si j’avais un stéthoscope dans le dos. Dans la salle des impressionnistes, je me suis mise à redouter celle du XXe, non seulement parce que les atrocités de ce siècle n’ont pas été que politiques, mais aussi parce que la salle se trouvait à l’étage, après un escalier dont chaque marche m’aurait ôté un millimètre de vie verte, eu-je été un Sims. Heureusement, Palpatine avait chipé je ne sais où une dosette de sucre et j’ai pu finir la visite sans avoir à ramper.

J’ai laissé le fail de l’après-midi aux Wagnériens qui n’ont pu endurer leurs cinq heures de délicieuses tortures à cause de places au prix un peu trop aigu. Je me suis réjouie un peu vite de leur malheur puisque, le lendemain, Covent Garden me renvoyait le boomerang : pas de backstage tour ce jour-là. Entre les séances loupées, complètes et les jours off, c’est une véritable malédiction ; je ne sais pas si je visiterai un jour les coulisses de ce théâtre.

Coeur brisé, évanouissement, gastro, et occasion ratée font déjà un beau week-end loseux. Mais le pire dans tout ça, c’est que Fortnum & Mason ne fait plus son carrot cake. Et ça, c’est intolérable. On ne me supprime pas ma consolation, même une consolation en différé à manger une fois l’estomac remis d’aplomb. En lieu et place de la généreuse part découpée dans un grand gâteau moelleux, il y a un petit cylindre “individuel” qui, sans doute sous la mauvaise influence du cupcake, exhibe des couches de crème entre des rondins de feu le gâteau aux carottes. Et cette chose mesquine qui ignore qu’un glaçage ne se trouve que sur le dessus usurpe désormais le nom de carrot cake. Il n’y avait plus qu’à retourner en France, après le sacrilège d’un séjour à Londres sans un seul salon de thé (alors qu’il y avait, ô ironie tragique, un Richoux juste à côté de l’hôtel).

A King Cross, j’ai tout de même goûté une mince pie, tartelette de Noël aux pommes et cranberries, dont j’ai vite compris le nom : ventre mécontent de l’acidité, mince ! Le fin mot de l’histoire.

Bilan du séjour : 1 gastro, 0 salon de thé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 2 =