Lose is beautiful

Cette fin d’année à Londres restera dans mes tablettes comme un “voyage à anecdote”, expression pittoresque pour évoquer un certain art de la lose. Tout un roman…

 

Chapter 1: The omen

En partant de chez moi l’avant-veille du départ à Londres pour rejoindre Palpatine, je fais tomber mes clés. La poignée de la porte me semble un peu poisseuse et quand j’examine le porte-clef dans la paume de ma main, je constate plusieurs fissures. Ce porte-clé, remis par Palpatine voilà maintenant deux ans, est un petit coeur en plastique rempli d’un liquide rouge où baigne, en compagnie de quelques paillettes, un autre petit coeur en plastique rouge, embroché par une flèche de Cupidon. Objectivement, c’est atrocement moche, nous sommes d’accord, aucun problème là-dessus. Palpatine en était parfaitement conscient lorsqu’il m’a remis en riant de ma grimace la “love key“, ancien achat de charité. A l’usage, elle s’est révélée rudement pratique, sa grosse forme permettant de retrouver aisément ses clés au fin fond d’un sac en vrac (et dieu sait que je fais le baudet depuis que je suis aventurée dans cette garde alternée). Dans la poche, je l’avais sous la main pour me rappeler le second degré qui a fait notre complicité ; il était entendu que la tendresse ne devait pas tourner à la kitschounerie, tout entière contenue dans le porte-clé (j’espère ne pas devenir un bisounours parce qu’il s’est déversé). En somme, la love key s’était parfaitement intégrée, jusqu’à former une boucle kundérienne :

Un seul porte-clés. La clé de chez moi accrochée à un autre summum de kitschounerie offert par la famille qui m’avait hebergée lors de mon stage de danse en Alabama, et sur lequel on pouvait lire “I can’t help it if I’m good-looking”.

Deux porte-clés. Après une période d’essai, où j’ai surtout essayé de ne jamais oublier le trousseau du jour, j’ai incisé mon porte-clé et y ai ajouté la love key. 2 en 1. Le gros coeur ironique tire la langue au premier porte-clé. Il était temps, j’allais finir par le prendre au pied de la lettre.

Un unique porte-clés. Un jour, le premier porte-clés en a eu assez de n’être plus pris au sérieux et il s’est cassé. Toutes les clés sont restées sur le même porte-clés, celle de Palpatine et celle de chez moi, qui est devenue synonyme de chez ma mère tandis que chez Palpatine, je faisais comme chez moi. (Pour éviter un chez nous abusif ou un chez ma mère qui laisse penser que ce n’est plus chez moi, j’ai pris l’habitude de dire à Ivry, à Versailles.)

Et voilà que la boucle casse avec le gros coeur. J’ai le coeur gros, forcément, et les mains dégoulinantes, fatalement. Opération à coeur ouvert : d’un mouchoir, je fais un sparadrap au porte-clés blessé et je file attraper le train. Mais voilà que bientôt le seul mouchoir à portée d’une seule main est détrempé alors que le petit coeur n’a pas fini de verser sa bile. Impossible de le ranger sans dégueulasser mon sac, impossible de mettre mes gants, j’ai le coeur sur la main et les doigts gelés par le liquide qui continue de couler. Enfin je retrouve Palpatine et,

contrite, lui avoue que j’ai le coeur brisé. 

3 réflexions sur « Lose is beautiful »

  1. Ma pauvrette.

    Requinque ton coeur brisé, et passe une très bonne année 2012

    (par contre, quelque chose me dit que je vais me régaler de cette série de billets)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 − un =