Giselle gît-elle ?

 

Giselle à Toulouse

 

        Vous l’avez certainement déjà rencontré, cette histoire d’une fille qui rêve tant au prince charmant qu’elle en donne le label  au premier venu, qui bien évidemment est vite détrompée –même si l’ersatz de prince est vraiment charmant-, mais par-delà ses cruelles désillusions soutient l’homme imparfait mais cependant aimable lorsqu’il entreprend de se fourrer dans une situation impossible.

      Dans cette perspective, Giselle pourrait apparaître comme le précurseur de je ne sais quelle série télévisée. Transposition au XIX ème siècle où le prince en a vraiment le titre et où l’on n’avait pas encore démystifié le romantisme en naïveté. Théophile Gautier a composé l’argument pour Carlotta Grisi qu’il admirait éperdument et dont il épousa la sœur (si mes souvenirs sont bons). Il y a bien sûr un certain côté poussiéreux à la chose, la petite paysanne, la chaumière, les fantômes peuplant les forêt (et d’un point de vu tout chorégraphique, la pantomime, pas toujours lisible pour le non initié)… mais non dépourvu de pittoresque et de charme. Surtout quand on accepte de se laisser emporter par le ballet, ce qui est inévitablement le cas lorsque vous le dansez et que la musique vous rentre dans la peau. Que vous identifiez un personnage à son thème musical – « Bon, ce n’est pas compliqué les filles, sur les hilarions, vous faites un temps levé vers l’intérieur » dixit notre professeur-répétitrice-Giselle. Je vous entends d’ici… temps levé ? hilarions ? pas compliqué ? à côté Hegel est limpide.

      Dans les grandes lignes, donc, voici l’histoire : Giselle, une petite paysanne qui adore danser tombe amoureuse d’un charmant jeune homme dont elle vient à apprendre le vrai visage : ce n’est pas un simple paysan, mais le prince Albrecht, déjà fiancé à la princesse Bathilde. Giselle en perd la raison et finit par mourir de déraison (c’est beau, romantique et lyrique, vous en rêvez déjà, non ? – toute irone mise à part, la scène de la folie est vraiment un moment génial). Après tant de joyeuses danses, c’est la tragédie, tout le monde pleure, le rideau se baisse. Vient l’acte blanc, où l’on retrouve Giselle, qui en tant que jeune femme fraîchement morte intègre les Willis. Ces jeunes femmes mortes avant leur mariage hantent les forêts et piègent tous les hommes qui viendront se prendre dans leurs filets – pas de pitié, ils danseront jusqu’à la mort. Une sorte de Corpse bride dansé, mais sur la musique d’Adolphe Adam. Vous pourrez toujours venir vous plaindre que c’est mièvre, vous serez reçu, je peux vous l’affirmer. En tant que reine des Willis, je soussigné, Myrtha, déclare avoir tout pouvoir discrétionnaire et tout loisir de me montrer froide, haute, distante, méprisante et par conséquent de vous envoyer bouler danser quand tel sera mon bon plaisir. Ce rôle est un délice. Donc quand Hilarion, amoureux de Giselle (au sens classique du terme) ramène ses pénates sur notre territoire, ni une ni deux, notre nature de mouche reprend le dessus et nous nous jetons sur lui jusqu’à la précipiter dans le lac. Un cas pour l’exemple en quelque sorte, Myrtha n’ayant aucune envie de penser le mal, penser la peine. Naturellement, lorsqu’à son tour Albrecht vient sur la tombe de Giselle, je lance une seconde offensive. Mais la petite nouvelle ne s’en laisse pas compter et tente d’intercéder auprès de moi en sa faveur. Niet. Bien entendu. Mais elle implore et gagne du temps, soutient son cher et tendre dans son épreuve de Marche ou crève Danse et crève, tant et si bien qu’elle parvient à la sauver. Non que je me sois laissée abuser, il ne faut pas abuser des bonnes choses. Mais le gong a retenti sous la forme de trois petits coups de carillon égrainés depuis le village le plus proche : les Willis sont des êtres nocturnes, comme tous les fantômes et le jour les disperse. Giselle a réussi à sauver Albrecht. Ils ne se marièrent point et n’eurent point d’enfants. The end. Enfin un conte qui finit bien.

         Le paradoxe dans le rôle d’un Willis, c’est de devoir donner d’impression d’immatérialité, de légèreté et d’évanescence tout en vous sentant terriblement matérielle dans vos pointes. Le long tutu blanc vaporeux ne suffisant manifestement pas à donner l’impression de légèreté tant recherchée, Myrtha passe sa vie à sauter. A la nuance près que Myrtha ne saute pas comme un petit cabri folâtre mais comme l’être désincarnée qu’elle est. Quand sur la version de l’Opéra de Paris (grâce soit rendue à Arte) vous remarquez que Marie-Agnès Gillot est essoufflée, vous blêmissez. Vous avez déjà la pâleur, c’est un bon point. Et lorsque vous vous mettez à répéter, alors là, vous êtes tout à fait dans le rôle : morte. Défunte élégante et non pas cadavre rigide cependant : nous sommes en plein romantisme, pas dans le feuilleton du jeudi soir à la morgue. Même s’il ne vous est désormais plus possible de mourir de honte, vous vous conduisez avec classe et dignité, sans rire – même quand votre fleur-baguette ponctue à contretemps votre geste aimable pour donner quelque ordre. Cette baguette peut donner lieu à des scènes fort comique à réserver uniquement au making-of de la chose. A un moment de ma variation, je cours de chaque côté de la scène pour lancer mes rameaux magiques dans les coulisses. Mais selon les deux principes qui veulent qu’il n’y ait pas de coulisses dans un studio de danse, et que l’on se dirige toujours dans la direction vers laquelle on porte son regard, j’ai attaqué une des mes consœurs Willis à coups de fleurs. Toujours dans la catégorie bonus du making-of, vous avez :

         le doux bruit des pointes neuves qui vous donne l’immatérialité d’un éléphant rose  lors même que vous êtes censée ne pas toucher terre. Comme quoi, le monde immatériel des idées est bien bas.

         Hilarion qui saute toujours de désespoir au milieu de
la ronde infernale des Willis… mais de profil au public.

         Dans le premier acte lorsque Giselle passe montrer à ses amies le collier que viens de lui offrir Bathilde et que les petites jouant les amies en question regarde d’un air au mieux interrogateur, au pire morne, le collier en perles de rocailles que Giselle leur montre avec un air extasié : «  Je sais que vous demandez ce qu’elle fiche là à nous montrer toujours son même collier. Mais il faut jouer la comédie. Sur scène on aura quelque chose d’un peu plus voyant, mais il faut imaginer. Là, je vous montre un truc incroyable ! Bathilde vient de me donner un véritable joyau ! jouez la comédie, ayez l’air un peu étonnée ! je ne sais pas moi, imaginez que c’est une rivière de diamant de chez Cartier ! »

         Et j’étais sur le point d’oublier l’élément central de notre dernière répétition : les bandeaux. Non pas des bandeaux comme dans le lac des cygnes, non. Des bandeaux de cheveux ; les cheveux qui masquent les oreilles avant d’être ramenés en un chignon de gouvernante puritaine. Avec le bout des oreilles qui dépasse façon Mr Spok, c’est totalement sexy ! Et que dire de cet ornement délicieusement désuet lorsqu’il est oxymoriquement combiné avec une tunique de danse d’un design assez moderne et d’un chauffe difforme ?  Nous n’avons donc pas manqué de nous payer notre propre tête. Néanmoins, il faut reconnaître à cette coiffure seyante le mérite de nous plonger de suite dans la peau d’une jeune fille angélique et pulmonaire du siècle dernier (enfin avant dernier pour être exact). On se consolera en pensant à Virginia Woolf.

 

Tout ça pour dire que si le cœur vous en dit, venez nous voir samedi et dimanche prochain au théâtre de Fontenay-le-Fleury.

Le proverbe réifié tu fluidifieras.

         … ou Mens insana in corpore insano.

Quelques vérités générales à glisser dans le trousseau de l’hypokhâgneux (eh oui, l’esprit hypokhâgneux, ça s’épouse – et je pressens que le divorce sera douloureux) :

Ne remet jamais à aujourd’hui ce qui était pour hier.
Ce qui est fait n’est plus à faire
. Juste à refaire.
10 de perdu, 1 de retrouvé. Quand ce n’est pas 0.
Abondance de biens ne nuit pas. Vous étudierez la valeur polysémique du terme en italique.
A l’impossible, nul n’est tenu. Mais tu essayeras tout de même, c’est le principe du jeu.
L’appétit vient en mangeant. En travaillant aussi, ton corps l’apprendra à tes dépends.
Après la pluie, le beau temps. Ou l’orage, faut voir. Et les moussons peuvent durer.
Beaucoup d’écrit pour rien. Le brouillon tu ne compteras pas.
Bien mal acquis ne profite jamais. On attend donc tous avec impatience que l’énergumène préparant ses khôlles avec une heure d’avance ET le Gaffiot ET la grammaire ET la traduction se tôle au concours blanc.
Chose promise, chose due. Un élan enthousiaste pour éviter une désignation de volontaire à ses camarades peut se regretter. *également disponible : chose promise, chose sue.
Comme on fait son lit, on se couche. Et justement, on n’est pas près de dormir.
L’eau va à la rivière. Prévois une gourde. En souvenir d’Hussein.
Alea jacta est. A se répéter après tout devoir rendu. Advienne que pourra.
La fin justifie les moyens. Au regard des statistiques des admis à Normale, la réciproque ne l’est peut-être pas.
Les grands esprits se rencontrent… et vous laissent souvent en dehors de la discussion.
L’habitude est une seconde nature. De ne pas travailler, tu culpabiliseras. Tout tu analyseras.
Heureux au jeu, malheureux en amour : l’hypokhâgne est très ludique.
Redde Caesari quae sunt Caesaris. Tes citations toujours tu expliciteras.
Le mieux n’est plus l’ennemi du bien.
Mieux vaut tard que nocturne.
L’oisiveté est la mère de tous les vices.
Qui ne dit mot consent
. Ou n’a rien compris.
Toute peine mérite salaire. Vous vous demanderez pourquoi il y a des communistes ^^

 

A glisser dans la trousse de secours de l’hypokhâgneux :

La littérature française, du XVIème siècle à nos jours.
Un paquet de Granola.
De l’anticerne.
Un blog.

 

(desert theatre street)

           Samedi matin. Depuis que le portable a égrainé le réveil, tout a été pris dans une spirale d’activité routinière. Quelque soit l’heure de la sonnerie, les dernières minutes sont toujours une course contre elles-mêmes. Le manteau : attrapé et enfilé dans la cavalcade silencieuse des escaliers. La porte du hall s’ouvre avec un décrochement sonore, le détecteur de mouvements a à peine intimé à la lumière de s’allumer que j’ai déjà la main sur la poignée dorée de la porte d’entrée. Quittant l’agitation, j’entre en coulisse. La porte s’est refermée sur la lumière, calfeutrant le bruit de son acolyte en verre. Je suis entrée dans le silence et m’avance à la dérobée. Mes pas ralentis sont furtifs parmi les façades cartonnées qui les guident. Le labyrinthe est limpide – désert même. La toile monochrome met en scène la solitude urbaine. Désert habité. Au coin de la rue le lampadaire marque la sortie de secours. Un bruit passe dans le rougeoiement de deux veilleuses, emportant d’hypothétiques acteurs, personnages esseulés d’un décor abandonné. Sous un projecteur blafard, la boîte aux lettres fait le pied de grue. La laissant à son solo, je continue en travelling. Vision chaotique d’une chaussure qui recule toujours devant l’autre – rembobinage de l’absurde. Déjà la monotonie est rythmée par l’écho du macadam. J’entends que les techniciens finissent de plier la toile de la nuit dans son carton, elle file au dépôt dans un crissement de rails. Quand mon pas s’est accéléré, le théâtre des gens s’est installé, mon œil public s’est glissé derrière le rideau. Quand je suis arrivée au bout de la rue, les coulisses s’étaient évanouies. 

 

Je me jette à l’eau (douce)

             Pas de grand secret à vous avouez, ni aucune tentation de concurrencer l’inconnue de la Seine. Je me suis simplement jetée dans l’étude ô combien passionnante de l’eau douce. Douce mais pas tendre ; me le rappelle la liste des ouvrages à étudier, réduite à son minimum il va sans dire. Quinze livres. Non mais, est-ce que j’ai une gueule d’assoiffée ? Décidant qu’il n’était plus temps de me noyer dans un verre d’eau en envisageant l’addition salée que représenterait une absence de sueur étudiante, je suis allée à la bibliothèque pour emprunter quelques-uns de ces ouvrages, et les lire, le cas échéant. Pas de cas de conscience à avoir dans le choix, il n’en reste plus que trois. Je me suis plongée dans la lecture de celui qui paraissait le moins effrayant. Un folio ne saurait être totalement mauvais. Titré d’un subtile jeu de mot comme je les aime : La ruée vers l’or, de Roger Cans. En collaboration avec le Monde ; ça fait tout de suite plus sérieux. Mais c’est surtout la promesse (tenue) d’une écriture journalistique, assez éloignée du jargon des géographes [ mais pourtant, la reproduction sociale et le périproductif, ça a tellement de charme ! De la poésie à l’état pure… et vous la reniez ? –Sans vergogne.] Même si les analyses sont truffées de hauteurs de barrage, diamètres da canalisation, kilomètres d’étendues, mètres cubes  d’eau, débit des fleuves et *mode Timon on* j’te raconte pas l’prix des travaux (en francs mais pour ce que ça gêne… les sommes versées à droite et à gauche ne représentent plus rien quand elles sont exprimées en milliards) … j’ai bien du mettre de l’eau dans mon vin et avouer que certains passages se boivent comme du petit lait (vous noterez la modalisation, je n’ai pas encore attrapé d’insolation).

Vivre d’amour et d’eau fraîche

                  …va devenir de plus en plus sportif, et pas seulement à cause du prince charmant planqué dans ses comptes contes. Le ressource en eau est constante, mais le double effet de la pollution et du « boom démographique » complique l’équation. D’autant plus que l’on est victime des caprices du ciel : « L’ensemencement des nuages à l’iodure d’argent n’a jamais donné de résultats probants. Les danses et les prières non plus. » Je pourrais peut-être chanter, en revanche. Non ? Alors plus question de gasillage… in some times, you won’t say « to spill money like water » unless it is… for water.

Versailles ? Ca coule de source !

               Combien d’autre vous savent comment le Roi Soleil a fait en sorte que ses magnifiques rayons puissent se refléter dans le Grand Canal ? – Ne dites pas tous, ça pourrait me contrarier. Le roi a fait venir son architecte et lui a dit que, ma foi, la Seine n’était pas fort éloignée, et qu’il n’avait qu’à l’apporter. Car tel est mon bon plaisir. « Mansart, fin courtisan, lui répondit : « L’eau montera jusqu’au ciel s’il plaît à Votre Majesté. » » Toujours est-il que Mansart réussit à dégoter un Néerlandais dégourdi des méninges et qui lui a construit une immense machine à Marly, qui fournissait 5000 tonnes d’eau par jour et coûta la bagatelle de 8 millions de francs-or. Le pouvoir discrétionnaire a parfois du bon. Surtout pour aller bronzer à la pièce d’eau des Suisses.

Mimi cracra l’eau elle aime ça…

               L’eau, ce n’est pas seulement une molécule chimique, un enjeu géopolitique, une ressource sacrée. C’est aussi les stations d’épuration (mais si vous avez l’occasion d’en éviter la visite, vous ne vous en porterez pas plus mal, soit dit entre nous) ; les micro-organismes anaérobies qui sont injustement moins connus que Packman, alors qu’ils nous évitent le « péril fécal » (amis d’Afriques noires, bonsoir !) ou encore les égouts, sans lesquels Les misérables ne seraient pas tout à fait ce qu’ils sont. L’eau et ses dérives forment un grand mythe littéraire. Oui, bien sûr, il y a non solum Moby Dick, Le vieil homme et la mer, et ses 20 000 lieues en dessous… sed etiam La Fontaine qui n’a jamais si bien porté son nom : «  Car chacun a de bonnes raisons d’estimer que l’eau qui coule sur son territoire lui appartient, ou d’agir comme si. Alors que chacun sait, sans avoir lu la fable du Loup et l’agneau, que l’eau courante appartient à tout le monde. »
Pour le côté mimi. Pour le côté cracra, la politique lave son linge sale devant vous, c’est la « tentation de la corruption » comme dit très correctement R. Cans. Navigation en eaux troubles ; l’eau n’est pas toujours limpide : les versements non plus. Après on s’étonne de ses déboires. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin, elle se casse.

… tant pis si ça mouille, elle fait des patouilles !

              Et puisque la guerre de l’eau n’aura pas lieu (tout de suite), procédons à la bataille (corse ?) !

«  Cette menace d’inondation en cas d’orage ou de pluies exceptionnelles, et donc de pollution par le débordement des égouts, n’est pas une vaine phobie. […] Pour les enfants des rues de Phnom Penh, ces débordements sont une aubaine car cela permet de patauger à loisir et de capturer à la main les poissons-chats sortis des égouts. »

«  On comprend que l’inventeur américain du jeu de Monopoly ait mis les compagnies des eaux en bonne place sur la parcours du capitalisme triomphant. C’est un métier sûr, où l’on ne connaît jamais la faillite et où les revenus sont assurés. » Tout est rentré en réflexivité… faites vos jeux !

Méfiez-vous de l’eau qui dort

              « On ne fait pas la guerre pour l’eau, mais la goutte d’eau qui manque peut faire déborder le vase de l’indignation et déclencher les hostilités. » « un élément universel simplissime, composé d’une molécule d’oxygène et de deux molécules d’hydrogène, peut, par une étrange alchimie, se transformer en or. » Sublimes métaphores finales.

Et méfiez-vous de l’eau tout court, il y a un moment où la goutte d’eau fait déborder le vase. J’imagine que s’étant trop mouillé dans son travail, l’auteur a tout balancé par-dessus bord.  « A première vue, l’eau est une matière qui a tout pou décourager l’appât du gain. […] Elle ne suscite aucun effet euphorisant, à la différence de l’alcool ou de la cocaïne. » Relié à quelques remarques sur la bière, on pourrait se demander si l’auteur ne pourrait pas se lier d’amitié avec le spécialiste d’Afrique noire – et de ses débits de boisson.

 
           Je ferme le robinet des pleurs, finalement, ce n’était pas la mer à boire. Seulement dommage que je ne sois pas un végétal chlorophyllien, parce qu’avec tout ce que j’ai absorbé comme eau sous le soleil torride du mois de mai, je serai devenue une belle plante. Quant à savoir si cette eau douce est bénite, rdv après le concours blanc.

 

 

Aurélien Aragon

 
 

En ouvrant sur le mystère de cette fenêtre, j’ai retrouvé le goût de la lecture – le plaisir de tourner et pages et non plus des pages tournées. 
 
…”Les fenêtres” de Baudelaire…
… the prince of Aragon in The Merchant of Venice
… rêverie onomastique…
… j’aime bien la lettre A (pure narcissisme direz-vous), et les prénoms en -ien…
… pas alien non plus…