Polichinelle pédophile

Spotlight est l’équipe d’investigation du Boston Globe qui, au début des années 2000, s’est penchée sur la question des prêtres pédophiles, révélant une affaire d’une ampleur sans commune mesure avec les cas a priori isolés qui avaient motivé l’enquête.

Aujourd’hui, grâce à leur travail, le sujet n’est plus un scoop, et Tom McCarthy ne commet pas l’erreur de recréer un faux suspens pour tenir le spectateur en haleine. La question n’est pas de savoir si l’équipe va y arriver, mais comment. Spotlight est ainsi à mille lieues des séries policières dont la télé nous abreuve, où il suffit de rentrer trois informations dans une base de données mystère pour qu’un nom se mette à clignoter sur l’écran et que l’inspecteur débite à toute vitesse, mais c’est bien sûr, le pourquoi du comment. L’enquête est lente, méticuleuse : il faut exhumer les coupures de presse de l’époque des faits (non, non, pas numérisées : découpées et classées dans des enveloppes) ; contacter les victimes de l’époque ; les inciter à parler ; convaincre leur avocat de leur accorder une entrevue ; se déplacer pour les interviewer, en les aidant à surmonter la gêne ou la colère associés aux souvenirs ; toquer aux portes ; essayer qu’elles ne se referment pas trop vite ; prendre des notes, des kilomètres de note sur des bloc-notes Rhodia, pouvez-vous m’épeler, les noms, les noms ; éplucher des tomes et des tomes d’annales, ligne à ligne, en s’aidant d’une règle pour ne pas en louper une, sur les traces des prêtres mutés après un scandale étouffé ; faire du forcing auprès des avocats que l’Église a dépêché pour signer des accords à l’amiable avec les familles des enfants violés ; surmonter les clauses de confidentialité, la déontologie peu éthique, le silence, le tabou ; faire parler, confirmer et rassembler, recouper, sans décevoir les victimes qui acceptent de se confier et les témoins qui mettent en jeu leur carrière ou du moins leur réputation, sans éveiller les soupçons des journalistes concurrents, et sans céder aux flatteries ou aux menaces des représentants de l’Église.

Ce faisant, le film évite le double écueil du moralisme et du sentimentalisme. Les enfants, population menacée, restent ainsi hors champ – ceux de la ville, dont on entend les rires au détour d’un parc, et ceux du journaliste, qui colle sur la porte du frigidaire la photo d’une maison du voisinage en leur enjoignant de ne surtout pas s’en approcher. Les seules victimes mineures que l’on aperçoit, brièvement, derrière la vitre du cabinet d’avocat, sont en plein coloriage. Celles que les journalistes interrogent sont désormais adultes (quand elles ne se sont pas suicidées entretemps). Et là encore, les victimes ne sont pas maintenues dans leur statut de victime : si les journalistes leur demandent des précisions, c’est pour prendre la mesure du crime commis à leur encontre ; une fois que l’on a compris ce dont il s’agit (attouchements, masturbation, fellation…), on passe sans s’attarder – concevoir, oui, mais pas imaginer. Le montage alterne ainsi des entretiens simultanés, coupant court à la curiosité malsaine ou à l’identification malaisée. Le sordide est évacué autant que faire se peut, pour mettre en avant le mode opératoire des prêtres qui, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ne choisissent pas les enfants qui leur plaisent, mais ceux qui, influençable, isolés, provenant de milieux défavorisés, seront sans défense. L’une des victimes insiste : ce n’est pas seulement un acte sexuel ; c’est un ascendant complet que ces hommes prennent sur les enfants, opérant moins par la force que par la persuasion. Le seul prête pédophile que l’on voit de tout le film le confirme par sa déclaration stupéfiante : oui, j’ai bien eu des relations sexuelles avec des enfants, mais non, ce n’était pas un viol, je connais la différence, j’ai été violé.

Les journalistes de Spotlight sont plus soucieux d’empêcher les abus de continuer que de voir les criminels condamnés. Ils ne cherchent pas tant à comprendre le comportement des prêtres pédophiles que sa reproduction et perpétuation au sein de l’Église. C’est d’ailleurs la demande explicite de leur éditeur en chef (un des rares à n’avoir pas été élevé dans la foi catholique – il faut toujours un outsider) : s’attaquer non pas à des individus mais à l’institution. Le parti pris de la réalisation (l’absence de sentimentalisme et de moralisme soulignée plus haut) sert parfaitement cet objectif et incite le spectateur à dépasser le pathos pour réfléchir aux mécanismes institutionnels et sociaux impliqués dans l’affaire. L’ampleur du phénomène est déjà quelque chose (il faut voir la tête des journalistes lorsqu’un spécialiste de la question leur dit que les 13 cas qu’ils ont recensés à Boston lui semblent un nombre sous-estimé et que, si l’on s’en tient à la statistique de 6% – 6% des prêtres pédophiles ! – 90 serait un nombre plus plausible), mais la complaisance qui l’entoure constitue le cœur du scandale : les prêtres criminels ont été couverts par leur hiérarchie ; l’Église était au courant et n’a rien fait. Enfin si : elle a, nous apprend le générique, rapatrié l’un de ces gradés complices au Vatican, dans l’une des plus prestigieuses églises de la chrétienté… Spotlight ne nous laisse pas pour autant déchaîner notre ire, car nous sommes mis face à notre propre responsabilité, en tant que membre de la société. Tous ceux qui ont oeuvré à la révélation du scandale ont été, d’une manière ou d’une autre, complices : l’avocat qui a aidé les journalistes en a pendant des années tiré un bénéfice financier ; le chef de l’équipe avait ignoré la liste de noms que ledit avocat lui avait envoyé il y a de cela des année ; et tous ont, à un moment donné ou à un autre fermé les yeux, par peur, par paresse ou par déni, sans y penser. Pas coupables, mais responsables. Inutile de se battre la coulpe, intervient le rédacteur en chef : l’essentiel est d’agir, enfin. Il n’empêche : cette prise de conscience fait que l’envoi chez l’imprimeur, qui devrait être le couronnement de leurs efforts, est plus amer que victorieux. Il faut bien la pagaille du standard téléphonique, le lendemain, jour de la publication, pour se dire que quelque chose a été débloqué et qu’il est encore possible, peut-être, de croire en l’homme. (Même si quelque part, quand on voit le magma de névroses et de complaisance qu’est la société humaine, il semble plus facile de croire en Dieu qu’en sa créature – malgré les crimes commis par ses représentants terrestres…)

 

Bien réalisé, le film est aussi particulièrement bien joué, avec une brochette de bons acteurs : Liev Schreiber (qui ressemble à @_gohu, un truc de dingue), Mark Ruffalo et son visage soucieux (Hulk dans les Avengers !), Michael Keaton (Birdman !), Rachel McAdams et son parfait sourire navré ou encore John Slattery qui joue toujours au golf (Roger dans Mad Men).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + six =