Quai d’Orsay

affiche du film

 

En déjeunant, Palpatine et moi regardions The West Wing. Je ne vous raconte pas le choc des cultures avec Quai d’Orsay : la dynamique de l’aile ouest laisse place aux couloirs étroits des bureaux mansardés ; le président, Nobel d’économie, à un ministre des Affaires étrangères qui stabilotte les rapports comme les Fragments d’Épicure ; la marche mesurée du senior staff, alliant réflexion et volonté, à l’inertie du cabinet dont le directeur pique du nez en réunion, régulièrement réveillée par l’agitation perpétuelle du ministre. Celui-ci passe toujours en coup de vent : les papiers qui volent à son arrivée et affolent les secrétaires, à la recherche de presse-papiers improvisés, deviennent une running joke poussée jusqu’au générique où l’on nous assure qu’aucune porte du quai d’Orsay n’a été maltraitée durant le tournage. Il faut dire que les drôles d’animaux qu’on y croise sont d’une autre espèce : une conseillère aux dents longues (qui trouvera toujours une manière de vous baiser, parce que c’est comme ça qu’on montre son amour en politique), des paresseux aux divers domaines d’incompétence et un ministre-Taz peuplent la jungle qu’Arthur, le petit nouveau promu aux « langages », découvre avec des yeux ronds d’explorateur déboussolé – et nous avec.

Ultra-choupi (les petites rides autour des fossettes, sur un visage juvénile, ça me fait craquer), Raphaël Personnaz forme avec un Thierry Lhermitte en très grande forme un drôle de duo, qui fournit au film deux pôles entre lesquels Bertrand Tavernier fait circuler les tensions (plus ou moins) politiques pour un traitement toujours survolté de l’incompétence d’un ministre pince-sans-rire et de son équipe. Les imitations qu’Arthur est toujours prêt à faire de ses collègues pour sa copine ne font que souligner, par leur mise en abyme, le ton joyeusement parodique de l’ensemble.

 

Premier jour d'Arthur, en imper, face à Alexandre, déjà en train d'asséner des vérités générales le doigt en l'air

Mot d’ordre en rythme ternaire : légitimité, lucidité et efficacité
 

Je ne saurais dire si ce film aux accents toonesques1 est passé comme une lettre à la poste grâce ou en dépit de mon cruel manque d’intérêt pour la politique : c’est à peu près comme ça que je perçois les choses. On ne sent que trop un fond de vérité dans l’incapacité du ministre à prendre des décisions et l’inefficacité de son personnel mais, plutôt que de s’en désoler, on prend avec le réalisateur le parti d’en rire. Et pas qu’un peu : la scène du Stabilo m’a achevée ; j’ai tellement ri que je me suis cognée la tête sur le fauteuil de devant. Au final, une belle représentation de l’esprit français : on y trouve dépeints ses travers (le dîner où le ministre étale son vernis de culture littéraire devant une poétesse à qui il n’en laisse pas placer une est assez énorme) par un maniement de l’ironie des plus adroits. Il n’y a plus qu’à lire la BD. 


1 « un divertissement joyeusement absurde dans lequel la politique ressemble à un cartoon de Tex Avery », dixit Trois couleurs, « quelque part entre Bip Bip et Dominique de Villepin » pour Anouk Brissac, dans Illimité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + quatre =