Gravity

As usual, full of spoilers – et remarques diverses et variées : pour une chroniquette express, allez directement là où le gras est le plus dense.

 

Il ne se passe rien dans ce film. Du coup, je suis intriguée que ma cousine, pas contemplation ni masturbation intellectuelle pour deux sous, affiche son enthousiasme sur Twitter. Palpatine se sent conforté dans son interprétation a priori : l’absence de scénario est compensée par de l’action, beaucoup d’action, sans signification. Que fait-on alors du Petit Rat philosophe, qui semble avoir également apprécié ? Intriguée, je suis. Puis, dans une interview d’Alfonso Cuarón de Trois couleurs, je lis ça :

« […] C’est assez différent de Gravity, mais il y a la même idée qui consiste à se servir des scènes d’action comme de métaphores pour convoquer des thèmes plus profonds. À partir de ce script, on a commencé à discuter de notre envie de faire un type de cinéma très épuré du point de vue narratif, avec peu de dialogues, en se concentrant sur d’autres manières de transmettre des idées et des concepts. Les scènes d’action peuvent remplir ce rôle. »

Et ça :

« Aujourd’hui, beaucoup de films grand public fonctionnent à la manière des fictions radiophoniques, à tel point que si vous fermez les yeux pendant la séance, vous ne perdez rien de l’intrigue. Tout est expliqué, tout est dit. […] Quand je dis que j’ai des doutes sur la place du scénario, cela ne veut pas dire que je n’aime pas les histoires au cinéma. J’adore les œuvres avec de bons scénarios, mais je pense que dans un film, l’histoire est secondaire par rapport à la cinématographie. Ce n’est qu’un outil du cinéma parmi d’autres. L’expression cinématographique peut être purement abstraite. La cinéma a plus à voir avec la musique qu’avec la littérature. Je suis méfiant quand on considère que le récit est le point central du film, car le récit peut apporter trop d’illusions. C’est un travers humain que d’embellir notre histoire ou notre identité par la chronique. »

 

J’ai enfoncé mes lunettes sur mon nez, rajouté la seconde paire devant et me suis jetée dans l’espace. La bonne nouvelle, c’est que la technique 3D semble avoir fait des progrès depuis le Pina de Wim Wenders : cela ne me déclenche plus aucun mal de crâne. La mauvaise, c’est que l’on comprend vite pourquoi Ryan (Sandra Bullock), la scientifique de la mission qui fait équipe avec un astronaute de profession, a envie de vomir son petit-déjeuner. Lorsqu’une pluie de débris la propulse loin de la navette (ces idiots de Russes ont fait exploser à distance un vieux satellite sans se poser la question de savoir si leurs anciens copains de la guerre froide étaient en l’air – presque sans rancune), la caméra se met à tourner avec elle et l’on se rappelle avec effroi les quelques lignes du début du film, rappelant une ou deux lois de physique dans l’espace, dont le principe d’inertie qui veut que le mouvement soit infini. Je n’ose pas imaginer le nombre de vocations d’astronautes brisées par cette scène. Quelques autres, à l’estomac plus solide, auront tenu jusqu’à s’apercevoir que le champ visuel et la mobilité corporelle, extrêmement réduits dans les scaphandres, ne vous donnent aucune emprise sur votre corps – vision anxiogène à l’opposé de la représentation ludique de l’apesanteur.

 

Ryan relié à Matt, la Terre en arrière-plan

 

Voilà posées les bases pour le film d’action catastrophe. Pour la relation à soi et à l’autre, il faut revoir quelques notions des forces : « si vous jetez une balle dans l’espace, non seulement cette balle ira tout droit infiniment, mais la force que vous avez utilisée pour la lancer en avant vous projettera en arrière. » C’est Matt qui pousse Ryan en avant (« Les dames d’abord ») pour s’éloigner d’elle et démarrer son sac à dos propulseur grâce auquel il va la remorquer, en espérant qu’ils atteignent tous deux la prochaine station orbitale. Cet espèce de cordon ombilical qui la relie à Matt (George Clooney – Œdipe a du bon, parfois) est ce qui vient contrarier son inertie – dans tous les sens du terme : physique et psychologique. Parce que c’est là que l’on s’éloigne radicalement du film d’actions classique, où la volonté de survie du héros est un présupposé : on n’est pas certain que Ryan, qui n’a plus de mari et dont la petite fille est morte quelques années plus tôt, veuille vraiment s’en sortir. Ce qui tient le spectateur en haleine (je ne me suis pas ennuyée une seule seconde) n’est plus la question de savoir si elle va survivre mais si elle va retrouver la volonté de vivre, qu’elle survive effectivement ou non. Le rôle des péripéties n’est pas d’abord d’entretenir le suspens (même si mes ongles ont perdu quelques millimètres) mais de secouer l’héroïne, de la confronter à la peur de l’infini (la mort, dans l’espace) pour que l’instinct de survie, qu’elle tente d’étouffer en diminuant les quantités d’oxygène, se réveille. Les différentes navettes qu’elle emprunte pour atteindre celle qui lui permettra de rentrer sur Terre sont comme autant d’étapes vers la renaissance à soi : ce n’est pas pour rien que la capsule tombe dans la mer et que le film se termine quand, titubant sous le poids de la gravité, elle se relève et marche enfin, mal assurée mais sauve.

 

Ryan, en position de Foetus

 

La métaphore est plus fine qu’il y paraît : les mots schématisent ce que l’action fait passer de manière beaucoup plus nuancée – à l’exception de la scène-pivot où Ryan semble avoir baissé les bras et, tentant vainement de rétablir la communication avec Houston, capte des paroles d’une langue qu’elle ne parle pas, accompagnées d’aboiements et de cris de bébés. Heureusement, les larmes qu’on cherche à nous tirer donnent lieu à un formidable tableau esthétique lorsque celles de Ryan, au lieu de couler, se transforment en bulles d’eau et flottent autour d’elle. L’humour, oublié depuis qu’on avait perdu Matt dans l’espace, refait alors surface, avec le pilotage à l’aveugle de la dernière navette, chaque pays n’ayant étiqueté les boutons que dans sa propre langue – et le Chinois n’est pas franchement intuitif.

De mémoire, ce passage est la seule concession faite à la musique hollywoodienne. Le reste du temps, la bande-son aurait plutôt tendance à adopter la perspective de la caméra embarquée, donnant à entendre la respiration et la voix de Ryan : on évite ainsi que se prolonge le silence oppressant que l’on nous donne à entendre au début (c’est-à-dire si ces crétines de gamines, arrivées dix minutes après le début du film, n’avaient pas froissé des papiers pendant cinq bonnes minutes encore). Aux scientifiques de formation qui râlent systématiquement sur ce point (n’est-ce pas, Palpatine et @_gohu ?) : le réalisateur a bien pris en compte le fait que le son ne peut pas se propager dans l’espace ; révisez plutôt vos points de vue. Comme son titre le suggère, Gravity ancre sa puissance métaphorique dans les lois de la physique. Gare à vous si vous persistez à y voir un film métaphysique : le Petit Rat a menacé d’envoyer lire Kant en allemand quiconque usurperait ce terme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × trois =