I can’t stand this odd woman

Wilson. Baryshnikov. The Old Woman est vraiment le spectacle pour lequel j’ai réservé les yeux fermés. Le problème, c’est que j’ai presque dû les garder ainsi pendant le spectacle lui-même. Au sortir de la pièce, voici quelques préceptes / conseils / demandes / suppliques / exigences que je souhaiterais transmettre tout ensemble aux metteurs en scène, régisseurs et programmateurs.

 

Différents angles de vue tu testeras

Un spectacle est fait pour des spectateurs. Cette tautologie implique que la pièce ne soit pas uniquement réglée pour la vingtaine de personnes centrées, sur le siège d’une desquelles le metteur en scène s’est assis pour les répétitions – d’où la nécessité, cher metteur en scène, de voyager dans la salle pour adopter différents angles de vue sur votre travail. C’est indispensable dans les salles à l’italienne, où la visibilité est toujours un sujet sensible, mais aussi dans les salles plus récentes de type auditorium. Repérer les principaux écueils (tournant dans le fer à cheval qui fait manquer le jeu des entrées et sorties de coulisses pour la moitié de la salle, piliers particulièrement mal placés et nombreux, balcon trop avancé qui masque la visibilité des surtitres et étouffe le son, feuille d’acanthe sur le trajet de l’œil…) devrait permettre de limiter les dégâts, en adaptant ce qui peut l’être.

Il aurait été très facile, en l’occurrence, de supprimer les néons figurant les feux de la rampe ou de baisser sensiblement leur luminosité, de manière à ce qu’ils n’aveuglent pas les cinq premiers rangs – ou, si cela tient à cœur au metteur en scène, de condamner lesdits cinq premiers rangs. Encore aurait-il fallu pour cela que le metteur en scène et/ou le régisseur s’y assoie un moment, pour évaluer la gêne de cette barrière lumineuse. Je ne vous raconte pas le plaisir que c’est quand on porte en plus des lunettes : la lumière s’étire verticalement sur les verres pour vous flinguer les yeux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. J’ai essayé de mettre mon écharpe devant en paravant mais cela n’a pas été très concluant (sans compter que cela cachait les pieds de Baryshnikov et ça, c’est une hérésie pour une balletomane, même lorsqu’il a enfilé sa casquette de comédien). J’ai fini par adopter la technique d’une dame devant moi, qui tenait son programme devant ses yeux comme une Espagnole son éventail. Ah, oh, ces belles lumières de Wilson sur lesquelles on peut enfin se concentrer !

 

Mollo sur la sono tu iras

Un dilemme ne tarde pas à se présenter : tenir le programme pour préserver ses yeux ou se boucher les oreilles pour atténuer les cris et les bruits métalliques, qui ponctuent chaque changement au sein de la scène ? Drôle d’idée tout de même que de sonoriser des comédiens dont la partition comprend un certain nombre de passages où ils hurlent à gorge déployée. Le recours à la technique devrait au contraire permettre de maîtriser le son, de l’amplifier pour conserver la texture des murmures en rendant les paroles intelligibles (mission accomplie) et de le rendre supportable lorsque la voix donne son maximum (échec complet). Ce qui sauve à peu près de la surdité, c’est que chaque scène fonctionne par répétition d’une séquence de paroles, d’actions et de bruitages, qui permettent, après le coup initial, d’anticiper un minimum les impacts sonores à venir.

 

L’absurde (ironie) tu poétiseras

Répétitions et rupture sont en effet, dans cette pièce, les deux composantes de l’absurde. Les scènes s’enchaînent sans transition, abruptes comme les meubles stylisés qui parsèment la scène et les changements de lumières. Au tranchant de la mise en scène répond un texte curieusement flou de Daniil Kharms, flasque comme une vieille peau. Les répétitions des deux comédiens, qui commencent perchés sur une planche et finissent avec des becs de perroquet sur la tête, hésitent entre l’anaphore poétique et le radotage d’une petite vieille. En émerge peu à peu l’histoire, bien arrosée de vodka, d’un homme qui trouve un cadavre chez lui : il ne sait que faire de cette vieille dame morte, terrifiante (et encombrante lorsqu’on veut y amener une dame bien vivante). La peur de la vieillesse, l’horreur de la mort et l’incompréhensibilité de la vie se figent dans le rire jaune d’un mime, cruel d’indifférence, dont la tristesse a par contrecoup quelque chose de réconfortant. Autant que peut l’être un clown, c’est-à-dire.

 

Les clowns tu signaleras

Comme on signale les scènes de sexe ou de violence dans les films, on devrait indiquer que cette pièce contient des scènes de clowns. Les clowns ne m’ont jamais fait rire. Ils ne m’ont jamais fait pleurer non plus. La seule émotion qu’ils suscitent en moi est l’exaspération (peut-être leur en veux-je d’une indécision des sentiments qui est aussi mienne). À chaque fois que les tooneries de Baryshnikov sont sur le point de me faire sourire ou les traits et l’articulation de Willem Dafoe sur le point de m’émouvoir, le clown ressurgit à travers leur visage grimé et leurs cheveux grisés, crispe l’instant qui devient instantanément sa propre parodie.

Pourtant, on a affaire à deux comédiens extraordinaires. Baryshnikov ne sait pas faire un mouvement qui ne soit un geste, dense de présence, tandis que son acolyte conserve une voix grave même dans l’aigu, lourde de vécu (la légèreté est dans la parole du premier et dans la gestuelle du second, comme si chacun était plus enthousiaste de ce qu’il connaissait moins). Les plis de leur visage, qui, accentués par le maquillage, deviennent bien autre chose que des rides, me fascinent – en particulier les simili-ouïes de la mâchoire de Willem Dafoe1, comme si toute la pièce prenait vie et respirait par là.

 

De la conclusion, bonne note tu prendras

Le propre de l’art est de rendre intranquille (un jour, je lirai Pessoa et je m’apercevrai que j’emploie complètement de travers ce mot que j’adore), de désarçonner le lecteur, le spectateur ou l’auditeur (peu importe), loin de ses habitudes de pensée. Mais que l’art nous mette dans l’inconfort ne signifie pas qu’il doit agresser nos sens ; ce n’est pas parce que le spectacle est inconfortable qu’il dérange nos a priori. Que le théâtre s’occupe du sens propre de l’inconfort et le spectateur pourra se soucier du sens figuré !

 

Une belle chronique et de belles photos chez Fomalhaut

1 J’y suis ! C’est le Bouffon vert de Spider-Man !   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × un =