Concours du corps de ballet de l’Opéra, rideau

Concours et bonne marche de la maison

Chance pour les jeunes, risque d’injustice pour les plus expérimentés, le concours est une institution contestable, à l’image de cette note sur 10, « donnée par la Régie de la Danse et basée sur l’assiduité et la conscience professionnelle au cours de l’année écoulée », qui accompagne celle sur 20 du concours proprement dit et peut autant être un moyen de rattraper un danseur qui s’est manqué ce jour-là que de discriminer à la (trop grande) gueule du client.

Cependant, on oublie souvent, en critiquant cette formule, qu’une nomination discrétionnaire, comme c’est le cas pour les étoiles, n’est pas plus garante de justice et de légitimité. À ce niveau, le concours a au moins le mérite d’une relative exposition – sinon au public, du moins à la presse. Quelle autre solution pourrait-on imaginer ? Un vote du public, qui ne tiendrait pas compte de ce que l’on a besoin d’un premier danseur qui soit assez grand pour être le partenaire de telle étoile, que cette danseuse-ci se blesse régulièrement et n’est pas le choix le plus solide pour occuper une place centrale dans le corps de ballet, etc., etc. ? Tout choix est nécessairement excluant et parfois, lorsqu’on est face à un groupe d’artistes tous plus talentueux les uns que les autres, la seule bonne décision possible est d’en prendre une (c’est pour ça qu’une seule coryphée a été nommée *cough, cough*). Les injustices qui ont (eu) pour nom Emmanuel Thibault, Mathilde Froustey ou Sarah Kora Dayanova sont mises en avant par le concours mais prennent probablement leur origine ailleurs, dans leurs relations avec la direction et la perception qu’en ont leur hiérarchie. Attendons de voir ce que donnera le changement de règne côté management et ressources humaines.

(Remuant tout ça, je me prends à rêver d’une journée de gala ouverte au public, où chaque danseur, quel que soit son grade, pourrait présenter la variation de son choix, sans être sanctionné par la décision d’un jury.)

 

Le who’s who des balletomanes anonymes


  Impressions danse

  

  

  Danses avec la plume

  

  

  Le Petit Rat

  

  

  À petits pas

  

  

  Danse-Opéra

  

  

  Une saison à l’Opéra

  

  

  Palpatine

 

  

Lire aussi le déroulé d’un concours type, minute par minute, comme si vous y étiez d’Amélie, ainsi que son palmarès personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − dix-huit =