Saoule kitchen


La bande-annonce de Soul Kitchen ne permet pas de trancher entre humour gras (friteuse comprise) ou fait maison.
Un peu comme à la lecture d’un menu, on ne sait pas à quoi s’attendre. Tant mieux, il faut goûter avant de dire que l’on n’aime pas… il se pourrait même qu’on en redemande.

 

 

Les ingrédients ont beau être simples à la limite du fade (le looseux qui a plus l’air d’un squatteur que du proprio, la copine trop belle -et lisse- pour lui, le frangin taulard qui s’amourache de la serveuse rock’and roll, sans oublier, avec les amis et les amours, les innombrables emmerdes qui vont avec : dettes, fisc, rupture, embrouilles, disputes), tout le sel est de savoir les accommoder. Fatih Akin a visiblement le coup de main : la sauce prend très bien (même si on ne sait pas vraiment ce qu’on a dans son assiette – c’est ainsi que la Sachertorte tient son goût d’orange d’un mélange de citron et d’abricot !). Il en va du film comme de la cuisine, c’est aussi une affaire d’illusion et de mise en forme, le chef complètement toqué en fait la démonstration à notre héros avec un plat d’allure gastronomique préparé en dépeçant des poissons panés.

 

 

 

Le résultat est en/r-elevé : grand-mère qui davantage hurle « Ruhe ! » pour rétablir non pas le silence gêné qui suit les disputes mais les conversations de l’immense tablée ;

 

blocage de dos qui entraîne une réplique mémorable à l’injonction de la police (un petit braquage pour croire se sortir et finir par s’enfoncer dans le merdier) de ne pas bouger : « pas de risque, j’ai une hernie discale » ; méthode « douce » du guérisseur traditionnel qui lui débloque le dos à l’aide de cordes ;

 

et toujours le regard ahuri de Zinos, (anti)-héros joué par Adam Bousdoukous, complètement dépassé par les événements qui vont de mal en pis. Beckett a raison, le malheur fait rire. Pas d’arrière-goût amer, on revient à une normale, pas trop happy-end pour ne pas écœurer, mais assez pour ne pas rester sur sa faim : le frangin retourne en taule, Zinos rouvre son restaurant grâce à l’argent de son ex-copine, et fait la preuve de son apprentissage culinaire en préparant un dîner pour la belle kiné qui l’a débloqué. On ne se prend pas au sérieux : ce sont bien les personnages qui nous font rire, et non eux qui se croient drôles.

 

Belle  (et bonne) brochette : le vieux loup de mer, qui ne paye jamais son loyer et bouffe gratis ; la serveuse rebelle ; le gentil taulard surnommé “le comte de Monte-Christo” par la précèdente, qui trouve cela très romantique ; Kinos, qui régale tout ce beau monde ; son (ex)-copine ; un acolyte ; le chef aux couteaux effilés. Après le bateau ivre, la cuisine…

 

Soul kitchen, âme de l'(arrière-)cuisine plus que nourriture de l’âme (soul kitchen et non…cooking), est aussi déjantée que son chef Shayn (Birol Ünel) dont on n’a aucun mal à croire qu’il puisse être devenu lanceur de couteaux dans un cirque. Second degré et alcools plus forts, jusqu’à la débauche (excès d’aphrodisiaque dans les desserts) donnant un sens très concret à la boutade « il a baisé le fisc, le fisc l’a baisé » : on pourrait dire du réalisateur qu’il « a l’air bourré à jeun » (ce qui me convient parfaitement, c’est mon état en boîte de nuit). L’humour ne tombe jamais à plat et les petits sont mis dans les grands. Une comédie cuite à point. Barrée.

 

Comment ça, un film sur la bouffe ne pouvait que me plaire ? Surveillez votre langage et vos arrières, le chef est un killer, plus sanguin que le taulard, et affûte en permance ses couteaux.

 

(la générique mériterait aussi qu’on s’y attarde, véritable exercice de style – soul)

 

2 réflexions sur « Saoule kitchen »

  1. De toutes façons j’adore Fatih Akin. Et un film allemand – et de qualité! – en France, c’est trop rare pour être négligé. Et si je ne me trompe Birol Unel était déjà génial dans “Head-On”.

    Mais pourquoi j’ai pas encore vu ce film, moi?

    1. Je n’ai plus qu’à dénicher “Head-on” en DVD, si je comprends bien. (J’avais écris “rien”, mais ça, c’est ce que je connais).
      Et puis entendre de l’allemand, c’est géant. Même si ce n’est que “fünf und vierzig euros” (c’est déjà dans la bande-annonce, je crois).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 4 =