Spectacle monstre

Julia Roberts et George Clooney à l’affiche, Jodie Foster à la réalisation : me voilà ! Moins coup de poing dans l’estomac que The Beaver, Money Monster est tout aussi bien ficelé. Un téléspectateur débarque en live sur le plateau d’une émission mi-boursière mi-bouffonne et prend en otage le présentateur (George Clooney), qu’il considère responsable de ses économies évaporées dans un investissement foireux. La prise d’otage fonctionne à merveille et on s’aperçoit seulement une fois le suspens retombé que c’était encore plus intelligent que divertissant.

Ce n’est pas pour rien que le film porte le titre de l’émission : si syndrome de Stockholm il y a, le geôlier est moins le preneur d’otage que le film lui-même ou plutôt, le divertissement. En effet, la réalisatrice (Julia Roberts), ange gardien dans l’oreillette de Clooney, prend le pari fou de continuer l’émission1, allant jusqu’à demander au cameraman de s’avancer pour faire disparaître l’ombre du visage du preneur d’otage (Jack O’Connell) et l’équiper d’un micro. Il faut faire entendre ses revendications, faire la lumières sur les magouilles financières à l’origine de son coup d’éclat. La réalisatrice active son réseau, dépêche ses journalistes dans tout New-York pour que la vérité éclate avant la bombe et le film se transforme, semble-t-il, en enquête, sur les traces du patron qui a ruiné ses actionnaires.

On veut savoir le pourquoi du comment ; du moins le croit-on jusqu’à l’apprendre et comprendre qu’on n’a jamais vraiment voulu la vérité, seulement le spectacle de sa mise en scène. Vous vous en foutez, d’où vient l’argent, quand il y en a, lance le criminel en col blanc lorsqu’il est attrapé. Il a raison : on est, la société est, nous sommes profondément indifférents – des monstres d’égoïsme, des monstres d’argent, qui s’intéressent au malheur d’autrui comme à une bête de foire (le preneur d’otage comme pauvre hère de téléréalité). La boutade finale, « qu’est-ce qu’on va bien pouvoir trouver pour la prochaine émission ? », enfonce le clou : the show must go on, divertis ou crève.

Mit Palpatine


1
Pari fou auquel répond l’hypothèse folle du spectateur : et si cette prise d’otage était une mise en scène fomentée par le staff de l’émission pour booster l’audimat ? (J’ai eu le doute.)

Pour mémoire : le passage avec la petite amie du preneur d’otage est vraiment ultime.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 2 =