Dreams are dreams

Autant Emma Stone m’a ravie dans Irrationnal Man, autant Kristen Stewart, que j’aime pourtant beaucoup, m’a semblé déplacée dans Café Society. Une scène en particulier m’a laissée perplexe : on l’y voit faire une tête de dix pieds de longs alors que son amant annonce vouloir quitter sa femme ; manifestement, elle n’est pas réellement intéressée ou plutôt si, par son argent et ses relations. Lorsque l’homme lui fait remarquer que cela n’a pas l’air de lui faire très plaisir, elle plaide la surprise et l’émotion ; on se dit qu’elle lui doit bien ça, lui donner le change, puis on aperçoit la main-colibri, qui assure que son cœur bat vite, et surtout le sourire-néon qui l’accompagne. Doute : est-ce le personnage, Vonnie, qui joue trop bien ? l’actrice qui joue mal ? Ou pas assez ? Kristen Stewart racontait en interview ne pas aimer trop répéter, parce que cela minait toute spontanéité dans son jeu ; or il n’y a rien de moins spontané que le milieu hollywoodien perpétuellement enjoué dans lequel évolue son personnage, ni de moins naturaliste que la manière surjouée qu’a Woody Allen de le mettre en scène. Mais peut-être est-ce justement ce qui a plu au metteur en scène : lorsque Vonnie se met à jouer à la grande dame, on le perçoit comme un jeu, une attitude sociale. L’affectation est d’autant plus exacerbée que l’on n’associe pas l’actrice à la garde-robe légère de son personnage ; elle traîne avec elle un charme du garçon manqué qui nous fait inconsciemment penser que Vonnie serait beaucoup mieux à la cool avec Bobby, nouveau best friend aspirant boyfriend interprété par Jesse Eisenberg (qui, à l’inverse de sa partenaire, se fond parfaitement dans le décor allénien)…

Le triangle amoureux amant-Vonnie-Bobby donne au film sa dynamique, mais vaut surtout par son inscription dans un paysage plus large : d’une part, parce que cela donne une galerie de personnages secondaires magnifiquement caricaturés-mais-pas-de-fumée-sans-feu (le frère mafieux, impayable) et de pointes savoureuses (le judaïsme qui aurait plus de clients s’il vendait une vie après la mort), et d’autre part, parce que cela crée un effet de zoom out qui empêche l’identification prolongée avec Vonnie-Bobby et fait ressortir le caractère drolatique de la vie. Le focus n’est plus sur l’instant présent, mais sur le parcours d’une vie, de plusieurs vies même, qui font ressortir son caractère anecdotique. Un choix peut faire dévier une vie, il n’en reste pas moins essentiellement accidentel – et par là-même guère différent du hasard. C’est comme ça. Cela aurait pu être autrement, mais c’est comme ça ; il faut se rendre à l’existence, sans céder à la tentation de recourir au destin (embrassé ou manqué).

Si tout cela n’a pas de sens, il ne reste plus qu’à en rire ou à faire sens de cette absence de sens, c’est-à-dire à faire œuvre. Rien de plus esthétique que les rebuts de la vie. À ce compte, il n’y a pas plus belle histoire d’amour qu’une histoire manquée, avortée ou impossible : n’ayant plus rien de pragmatique, elle est tout entière disponible pour l’esthétique. Dans ces opérations de chirurgie narrative, j’ai toujours l’impression de me prendre un petit coup de blues-bistouri : je ne suis et ne serai probablement jamais la fille dont on rêve. Et c’est tant mieux : je suis celle avec qui l’on vit. Dreams will be dreams, boys will be boys, de ta boue j’ai fait de l’or, encore, encore !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + un =