Onéguine

— Et vous allez où ?
— A Garnier.

Heureusement, l’opéra a une légitimité qui m’a acquis a priori la clémence du professeur auprès duquel j’ai écourté ma présence. Après quelques fausses peurs dues aux facéties de la ligne 13 (c’est dingue le nombre d’émules que fait Anna Karénine en cette période de fête), la souris prend place au poulailler. Les bancs de l’amphithéâtre sont si inconfortables que pour éviter de se prendre la barre (et les genoux de la voisine) dans le dos, il faut se cambrer comme une duchesse qui aurait oublié son faux-cul. On prend même sa snobinardise, puisqu’il est impossible, là on l’on est, de ne pas prendre les personnages de haut. De fait tout le drame de la première et deuxième partie me semble un peu rapide, un peu puéril ; et si Onéguine ne tuait pas Lenski, on dirait simplement qu’il faut que jeunesse se passe : qu’Olga en profite, Tatiana s’en remettra. 

On prend plaisir à voir Myriam Ould-Braham charmante à être ainsi charmée par Lenski, en l’occurrence, Josua Hoffalt, que l’on voit décidément pas mal en ce moment, sans songer à s’en plaindre. Mais c’est McKie qui suscitait la curiosité. J’imagine très bien Pink Lady baver sur ses réceptions de sauts ou ses grandes arabesques. Le danseur issu de la John Cranko School (et de la Kirov Academy of Ballet, tant qu’à faire), sans être spécialement fougueux, a cette prestance qui en fait un “danseur noble” et un excellent partenaire pour Aurélie Dupont, laquelle, en véritable actrice, subjugue par sa retenue (là où une comédienne serait en surjeu). Il est d’ailleurs très curieux de la voir aux côtés de Myriam Ould-Braham : étonnant comme deux danseuses que j’apprécie autant peuvent être si différentes ; le jour et la nuit, et pourtant aussi éclatantes. A faire l’enfant, Myriam paraît paradoxalement moins naïve qu’Aurélie, censée être l’aînée. Celle-là est d’une légèreté et d’une vivacité dont je ne me lasse pas, celle-ci, plus ancrée dans le sol, paraît la jeunesse même à force de maturité.

C’est au troisième acte que cette maturité trouve pleinement à s’exprimer. La jeune femme a laissé place à l’adulte, la bourgeoisie, à la noblesse et partant, le drame à la tragédie. Tatiana aime toujours Onéguine mais elle aime aussi son mari, un vieux général pour qui il n’est pas possible d’éprouver la même passion mais qui campe un personnage digne, aimant et aimable. Le pas de deux final lors duquel elle repousse son désir pour Onéguine me rappelle La Dame aux camélias (une affaire de John — ou de mise en scène, semblable avec le divan et la psyché-porte). Je ne sais pas si c’est ce parrallèle ou le fait d’avoir suivi toute la scène aux jumelles, mais les personnages m’ont été incroyablement plus proches que lors des deux premiers actes que j’étais loin de trouver poignants. Tandis que ce pas de deux final…

Les pas de deux sont d’ailleurs le point fort de la chorégraphie de Cranko, qu’il s’agisse de la promenade en arbesque plongée d’Olga qui regarde Lenski par-dessus son épaules, des demoiselles qui voltigent au bras de ces messieurs dans de gigantesques assemblés (bonjour les abdos) ou de l’altercation acrobatique et plus encore passionnée d’Onéguine et Tatiana. Autre pas remarquable, les courrus sur pointe en sixième, légers pour Olga, toute primesautière, mécaniques pour Tatiana lorsqu’elle est rejetée par Onéguine au premier acte et s’éloigne à reculons comme une somnanbule (ce sont d’ailleurs les mêmes pas que l’on retrouve dans la chorégraphie de Roland Petit — un jour, il faudra que je m’amuse à retracer les différentes significations attachées à un même pas).

Le ballet ne m’a pas bouleversifiée comme je l’aurais cru mais j’ai passé une bonne soirée. Les entractes n’y sont pas totalement étrangers, passés sur le canapé en velours vert d’eau du salon privé à regarder le plafond de la galerie se refléter dans le ciel de la rue Auber ou devant le sapin gigantesque qui me fait retrouver les proportions de quand j’étais petite. Lumières rouges, odeur verte. Reflets sur le cadran de l’horloge, il n’est pas encore minuit.