V&A pour cette fois

Le Victoria & Albert Museum n’est pas un musée que l’on visite pour ce qu’il contient (même si je ne dis jamais non à la sensualité d’un Rodin, serait-il difficile de savoir auquel des deux personnages appartient une main) mais pour lui-même. Je ne parle pas tant d’architecture (dont je peine encore à comprendre et apprécier l’art), que de l’accumulation de collections hétéroclites : statues, ferroneries, fragments colossaux de monuments reconstruits, vêtements anciens, costumes, salon de musique importé d’un château démoli, robe ketchup ou sièges design vieillots. On y trouve même une barre de danse à laquelle j’ai rejoint une visiteuse asiatique pour un happening improbable, futile et réjouissant. Nous avons échangé nos adresses mails, peut-être plus pour parfaire le moment que pour réellement s’écrire ; je ne sais déjà plus où elle se trouve dans mes affaires.

Après ces pas de danse, j’ai parcouru les salles au pas de course avec Palpatine pour guide. Si vous n’êtes pas amateur de beaux-arts et d’artisanat, c’est ainsi que je vous recommanderais de visiter ce musée, pour qu’il reste agréablement surprenant. La suggestion du chef : ajouter quelques traits de dérision et se lancer dans un safari photo.


La religion peut nuire à la santé.
À pratiquer avec protections.

 

N’admirez que la grandeur (le sentiment religieux des églises tient avant tout à la démesure de leur architecture – et le même effet peut être obtenu dans un semblable temple laïc) et ne culpablisez pas de ne pas contempler : il s’agit de reproductions à l’origine destinées aux étudiants des beaux-arts. Si vous aviez l’échelle, vous verriez qu’on ne s’est pas moqué d’eux et qu’on n’a pas mégoté sur le matériau – à ce demander si la voyage en Italie et autres n’aurait pas été plus rentable.  

 

Il est venu le temps des cathédraaaaaaleuh pixels,
le monde est entrééééé dans un nouveau millénaire.

 

Et pour vous achever
(demandez donc à la statue d’à côté) :

 

La qualité des photos est vraiment pourave, mais c’est le problème du gigantisme de pixel : il est très difficile de réduire proprement un mammouth. Si vous avez des suggestions de logiciels ou autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + treize =