We and the eye of Michel Gondry

« le crack des effets spéciaux cousus main Michel Gondry revient avec un intense huis clos »,
« adroitement trahi par des ouvertures sur le monde extérieur via les réseaux sociaux, liens YouTube et SMS envoyés à la mitraillette »

Étienne Rouillon, Trois couleurs, n° 104. 

 

 

Les films de Michel Gondry que j’ai vus sont un curieux mélange de bric-à-brac (La Science des rêves), de sensibilité (The Eternal Sunshine of the Spotless Mind) et d’humour potache (Soyez sympas, rembobinez !). Presque aucun carton n’a été maltraité pour The We and the I : la sensibilité potache parvient à elle seule à dresser le portrait d’un groupe d’adolescents mouvant et mouvementé.

À bord d’un bus de ramassage scolaire, où se sont aussi perdus quelques civils pour leur plus grand malheur, les groupes sociaux se font et se défont au gré des arrêts et des affinités exclusions successives : caïds/souffre-douleurs, canons/pas sexy, frère et sœurs/bande, ceux qui y étaient/ceux qui n’y étaient pas… La référence récurrente aux invitations qu’une fille canon doit lancer pour son sweet sixteen est révélateur du groupe qui se définit par ce qu’il rejette, avec un système de liste blanche et de liste noire.

Certains tentent bien de se mettre sur liste rouge mais ils n’échappent pas pour autant aux sarcasmes des autres. Car l’exclusion se fait d’abord par le rire, gras comme la crème posée sur le siège juste avant que la victime de l’instant ne s’y assoit ou le beurre étalé sur le sol pour qu’un des collégiens vienne s’y rétamer sous l’œil d’une caméra – vidéo-gag qui est la chose la mieux partagée dans le bus. Cette chute répétée jusqu’à l’écœurement préfigure celle, finale, qui mettra fin au comique de répétition. La tragédie arrive sans qu’on y prenne gare, tout comme la cruauté arrive sans qu’il y ait eu réelle intention de méchanceté. Celle-ci se loge dans l’indifférence, feinte ou réelle, à l’autre et à l’humiliation qu’on lui fait subir pour éviter d’en être soi-même victime.

La violence est diffuse, psychologique plus que physique, jamais sérieuse, toujours ricanante : pas d’agression, de vol ou de racket (on ne taxe que des cigarettes, même pas de joint), seulement de la casse, morale (et que je t’enfonce comme une sous-merde) et matérielle (et que je te défonce ta guitare). Du coup, c’est le Bronx générique et non pas géographique qui est le sujet du film – le groupe et non la classe sociale (même si, évidemment…). On voit comment le We écrase le I, de la même manière que le possesseur de la guitare s’écrase, sans moufter, quand on la détruit devant lui. Pas de rébellion : patient, on attend et on souffre jusqu’à ce que le bus passe devant chez soi – y compris pour donner rendez-vous à un morveux qu’on a mouché comme il se doit devant les autres.

Si la tension s’apaise à mesure que le bus se vide, c’est parce que certaines histoires se sont dénouées à coup de flashbacks texto ou vidéo (mais pas téléphonés pour autant), préparant le spectateur à la fin (apaisée pour le ménager), mais aussi parce que le We s’efface devant le I, au point de ne plus désigner le groupe, défini par l’exclusion, mais le binôme amical ou amoureux potentiel, soudé par affinité. Ce n’est donc pas par manque d’imagination qu’après « The Bullies », « The Chaos », la troisième partie reprend le titre du film. The We and the Aïe.

Je n’en aurais pas mis ma main à couper, mais Palpatine a apprécié. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 5 =