À la recherche de Vivian Maier

À la recherche de Vivian Maier, c’est une histoire de cartons : des cartons d’affaires, des cartons de journaux et surtout des cartons de pellicules, trimballés de maison en maison par une étrange gouvernante, puis acquis à une vente aux enchères par un certain John Maloof, fils de brocanteur, qui espérait y trouver de quoi illustrer le livre d’histoire qu’il avait entrepris. Déception… et surprise : les photos sont de bonne facture. Après tirage de quelques-unes, il s’avère même qu’elles n’ont rien à envier aux plus grands photographes : les parallèles avec Willy Ronis, Lisette Model, Diane Arbus ou Robert Franck, frappants de similitude, témoignent de la même acuité du regard.

Commence alors la double quête de John Maloof : chercher à connaître la photographe et à faire reconnaître son travail. Pour ce qui est de la seconde partie, c’est vite vu : la publication des photos sur internet au fur et à mesure de leur numérisation, puis l’exposition que John Maloof organise et le livre qu’il publie rencontrent un franc succès (bingo), mais un succès populaire qui ne lui ouvre pas la porte des musées (dead end). Le documentaire fait rapidement la mise au point là-dessus. Là, on ça se révèle plus complexe, c’est lorsqu’il s’agit de tirer au clair l’identité de la photographe : c’est cette quête-ci principalement que relate le documentaire.

Parvenu à ce point, l’ex-khâgneux aura un petit accès de Contre Sainte-Beuve : quoi, l’œuvre découverte, évacuée une fois sa valeur démontrée, n’aura été qu’un prétexte pour se pencher sur la vie de son auteur ? L’ex-khâgneux se renfonce dans son siège, frissonnant d’un plaisir coupable dont il ne pourra cependant pas être accusé : comment aurait-il pu se douter que, sous son titre proustien1, À la recherche de Vivian Maier donnerait dans l’Enquête spéciale pour esthète ? Dédouané par la référence littéraire, l’ex-khâgneux plonge avec délice dans le roman-photo et s’aperçoit peu à peu que, si la vie de l’artiste ne saurait expliquer ses clichés, c’est encore et toujours de l’humain dont il s’agit, dans les portraits volés de l’artiste comme dans les revirements de son étrange psyché.

Les témoignages contradictoires des familles où Vivian Maier a été employée esquissent le portrait d’une femme un peu barrée, qui trimballait sa vie avec elle dans des monceaux de cartons mais redéfinissait son identité à chaque changement de foyer : il ne fallait l’appeler que Vivian ; elle se fâchait si on l’appelait Vivan : c’était Mrs Maier ; non, Mayer. Les anecdotes se succèdent et la parfaite nanny est soupçonnée de maltraitance, sans que l’on puisse déterminer quelle est la part de névrose et d’imagination enfantine. Ce n’est bientôt plus la vérité, schizophrénique, qui importe mais l’acte même de témoigner : le mystère qui entoure Vivian Maier fait surgir tout une galerie de personnages, qui poursuivent l’œuvre même de la photographe de rue. Aux passants, pris à leur insu, qui regardent la photographe de travers, succèdent les parents et les anciens enfants, dont les petites idiosyncrasies sont filmées de manière tendre et crue tout à la fois. L’œil du réalisateur rejoint alors celui de son sujet – le summum du cocasse est atteint dans l’alternance de deux témoignages qui soutiennent mordicus des positions opposées sur l’authenticité de l’accent français de la nanny, thèse de linguistique à l’appui (qu’on ne vous sortira pas, parce que, croyez-moi, vous ne voulez pas).

C’est finalement en France, où Vivian Maier a bel et bien vécu, que John Maloof trouve, à défaut de la vérité, l’apaisement : rencontrer l’homme auquel la photographe a confié quelques-uns de ses tirages éloigne l’angoisse d’une malédiction à la Toutânkhamon, après que les anciens employeurs de Vivian ont martelé que jamais cette femme, qui enfermait ses affaires à double-tour, n’aurait montré ses photos et que cette exposition médiatique ne lui aurait pas du tout plu. L’exigence de l’artiste concernant le développement de ses photographies (et le coût d’une telle exigence) soulage le pilleur de sarcophage : alors qu’il craignait, l’ayant dévoilée, d’avoir profané une œuvre tenue secrète du vivant de son auteur, voilà qu’il n’aurait fait que prolonger ses intentions !

Tout est bien qui finit bien : John Maloof a trouvé la légitimité qui lui faisait défaut et le spectateur, une nouvelle œuvre à explorer. Concluant sur le mystère qu’est et demeurera certainement Vivian Maier, le documentaire nous renvoie en effet aux seules traces tangibles qu’elle a laissées : ses photographies. Un point pour Sainte-Beuve.

Mit Palpatine

 

1 Je ne sais pas qui a traduit The Nanny’s Secret par À la recherche de Vivan Maier mais il a bien réussi son coup, parce que la référence proustienne est aussi efficace pour les Français que Mary Poppins pour les anglophones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 10 =