Peu de bruit pour quelque chose

Beatrice (Amy Acker) et Benedick (Alexis Denisof)

  

Joss Whedon, c’est le mec qui fait mentir Pascal : avec lui, le divertissement ne détourne pas de l’essentiel, il y conduit. Et il le fait aussi bien avec une série comme Buffy, que ses décors en carton-pâtes n’empêchent pas d’être étudiée à l’université, qu’avec un blockbuster où le sensationnel fait soudain sens ou encore avec… Shakespeare. Much Ado About Nothing, qui conserve non seulement le titre mais aussi le texte intégral de la pièce de Shakespeare, n’a rien à voir avec du théâtre filmé – sauf à se rappeler que All the world’s a stage. Génialement mise en scène (avec trois bouts de ficelle), la comédie shakespearienne semble n’avoir jamais été que le scénario de ce film, qu’on n’arrive décidément pas à voir comme une adaptation tant le texte coule naturellement – on est scié, au générique, de découvrir que la BO a été composée par Joss Whedon à partir de sonnets du dramaturge-poète. L’écart entre la langue originale et le monde moderne se voit atténué par un noir et blanc intemporel du plus bel effet – Joss Whedon dira seulement de ce parti-pris que c’est pour que le film, tourné chez lui en une semaine, ait plus d’allure. Much Ado About Nothing est une fête (de l’esprit) à laquelle le réalisateur a convié ses amis. 

 

Hero (Jilian Morgese) et Claudio (Fran Kranz)

 

Du coup, pour le fan, le générique prend des allures de crossover.

 

Beatrice, l’anti-amour Winifred Burkle aka miss nez, le génie matheux d’Angel
Benedick, l’anti-mariage Wesley Wyndam-Pryce de Buffy et Angel
(mais plutôt Angel, il y est plus sexy)
Dogberry, le capitaine de police Mal, le capitaine de Serenity
Don John, le comploteur machiavélique Simon, le docteur de Serenity qui donne envie de jouer au docteur

 

 

Tragique et comique s’entendent comme larrons en foire, sous la forme de deux couples chaotiques : Don John se met en travers du mariage entre la douce Hero et l’aimable Claudio tandis que Beatrice et Benedick, faisant la sourde oreille à l’onomastique de leurs prénoms, sont trop agacés l’un par l’autre et trop fiers pour reconnaître leur mutuel penchant (alors que le spectateur sait bien qu’ils avaient déjà fini ensemble dans une vie antérieure, lorsqu’ils s’appelaient Fred et Wesley).

  

 

Piques spirituelles bien senties côtoient bouffonneries en tous genres, comme lorsque Benedict se jette à terre, façon roulé-boulé hors d’un train roulant à grande vitesse, pour épier la conversation qui lui apprend l’amour de Beatrice ou lorsqu’il se met soudain à faire des pompes au moment où elle vient le chercher pour passer à table.

 

Emma-Bates-Jillian-Morgese-and-Amy-Acker-in-Much-Ado-About-Nothing

Beatrice n’est pas en reste non plus, niveau gag…

 

 

Et puis, il y a les meilleures didascalies de tous les temps, lorsque Don John, Borachio et Conrade entrent en scène piscine comme des sous-marins, encerclant Claudio par surprise puis, s’éloignant en brasse, exeunt à la nage.

 

Mit Palpatine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 5 =