Quatre pas de deux d’Onegin

Montrer de multiples interprétations comporte toujours le risque d’altérer le souvenir de celle que l’on a vue mais c’est aussi le seul moyen de le partager lorsque l’artiste en question n’a pas été filmé. Si quelqu’un trouve une vidéo de Sarah Lamb, qu’il me fasse signe. En attendant, on va picorer quelques secondes à droite et à gauche pour voir comment se construit le rôle de Tatiana – littéralement pas à pas.

 

Le pas de deux du premier acte est la rencontre de Tatiana et d’Onéguine ou, plus précisément, la rencontre d’Onéguine par Tatiana. Alors que Lensky donne la main à sa bienaimée, Onéguine donne le bras à Tatiana et c’est elle qui, toute heureuse de ce bras mis à disposition, s’y accroche (3’06). Il ne cesse de rompre le pas de deux et de s’éloigner d’elle sans l’attendre, comme appelé par l’arlésienne de sa pensée, tandis qu’il demeure au centre de ses timides déplacements. Elle gravite littéralement autour de lui : l’attraction la fait s’avancer à petits pas courus, en sixième, et l’éloigne de même, sans qu’elle ait pu toucher Onéguine (3’40). Elle l’a tout juste effleuré que déjà elle recule, le bras lancé en avant, comme une sylphide qui voit son amour lui échapper, et lorsque, timide mais mue par le désir, elle s’avance à nouveau, sa trajectoire la fait une nouvelle fois dévier. Ces petits pas courus sont les mêmes, an avant, que ceux de Swanilda-Coppélia, et en arrière, que ceux de la somnambule de Roland Petit ou des prêtresses de la Bayadère, toutes sous l’emprise d’une force qui les dépasse. Associé au visage radieux de Sarah Lamb, on aurait vraiment dit un papillon attiré par la lumière, qui tourne autour de ce qui l’attire sans savoir ce qui l’attend.

 

 

 

À côté de cela, un peu avant plus précisément, le pas de deux de Lensky et Olga est un petit joyaux d’harmonie. Tout particulièrement un certain motif qui, d’un développé, fait éclore la jeune fille avant de la laisser se promener en arabesque plongée, plongée dans les prémices du plaisir (1’10).
 

 

J’ai beaucoup aimé la manière dont Yasmnie Naghdi ramassait sa jambe dégagée dans un souffle, le buste très penché en avant (beaucoup plus que sur la vidéo) : le développé qui suit resplendissait de cette pudeur initiale. Son partenaire, moins pressé que celui de la vidéo, attendait qu’elle se soit déployée pour la décaler et la regarder, les sourires s’épanouissant simultanément chez les deux tourtereaux – jeune fille en fleur d’arum dans la promenade en arabesque plongée, la jambe pistil dressée en l’air, jusqu’à ce que la pudeur fasse reprendre le motif du début.

C’est à ce moment-là que j’ai été frappée par la musique, sublime sous la baguette de Dominic Grier.

 

Le pas de deux du miroir, d’où sort l’Onéguine rêvé par Tatiana, laisse présager du refus de celui-ci au sein même de l’expression la plus parfaite de la passion amoureuse. On retrouve des bribes de la promenade en arabesque plongée du pas de deux d’Olga et Lensky, mais lorsque Sarah Lamb se projette dans les bras de son partenaire, celui-ci se contente d’amortir sa chute et la repousse pour la relever. C’est moins flagrant sur ces vidéos mais on le devine ici, à partir de 0’15 :
 

et là, à 0’29, lorsque Manuel Legris rouvre les bras avant même que Maria Eichwald soit parfaitement d’aplomb. Le rêve ne suffit pas à supporter la rêveuse ; Onéguine se dégage de l’emprise de Tatiana.
 

Cette diagonale est à mettre en rapport avec celle du pas de deux final, également de dos, en remontant. À genoux devant Tatiana, Onéguine ne la repousse plus mais la replace sur son axe, plus ou moins fiévreusement selon l’intensité du combat qui se livre en elle. Il a déjà brisé la Tatiana de Sarah Lamb et il n’en transparaît plus que les blessures, rouvertes à l’instant, par lesquelles s’écoule le peu de vitalité qui lui reste encore. C’est délicatement, donc, plus délicatement que dans toutes les interprétations que j’ai pu trouver, que son partenaire la relève, l’élève au-dessus de lui.

On s’en fera quand même une idée en regardant Manuel Legris (un peu après 4’39 mais telle que je vous connais, vous allez regarder toute la vidéo) :
 

et Alina Cojocaru à 4’45, dans une interprétation totalement différente (j’ai l’impression que c’est un pléonasme, avec elle) mais que les Balletonautes m’ont fait regretter de ne pas avoir vu de A à Z :
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 14 =