Le fail de mademoiselle Julie à entrer dans la légende

Une petite chroniquette avant d’oublier avoir assisté à Fall river legend et Mademoiselle Julie. Le ballet d’Agnes de Mille a donné vie à la seule image que j’en avais : une danseuse en robe verte, cramponnée à une charpente. La montée de la folie dans un univers de rigueur protestante est un thème qui a de quoi me fasciner, passé l’instant de surprise en voyant le prêtre, pasteur donc, conter fleurette à l’héroïne. Cela a été un plaisir de revoir Alice Renavand en tant qu’étoile – toujours aussi expressive, même et surtout avec une hache entre les mains.

Mademoiselle Julie, ballet de Birgit Cullberg au nom joliment désuet, qui augurait fort bien en répétition, s’est révélé assez décevant. On prend plaisir à voir Nicolas Leriche s’amuser et s’encanailler dans le rôle d’un laquais qui ne résiste pas aux avances de sa maîtresse, et à regarder les gambettes d’Aurélie Dupont s’agiter lascivement (pour faire oublier l’affreux tutu-cravache qui lui faisait limite des poteaux – c’est dire la réussite du costume) mais on s’ennuie assez rapidement et on ne comprend pas grand-chose au dénouement. C’était beaucoup plus amusant sous-titré par Ana Laguna, qui rendait limpide la danse de Ninon Raux – belle découverte quand j’étais surtout venue à la répétition attirée par la présence d’Audric Bezard (toujours aussi canon malgré ses nouveaux biscotos gonflés, il s’est révélé assez cool raoul, naturel(lement beau gosse)).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × cinq =