Appelez-moi Rouletabille

There are some days, you tell yourself it’s good, there’s gonna be other days.Different other days.

      C’est officiel, je hais non cordialement les marches du lycée. Le contentieux est particulièrement fort avec celles de la cantine, que je considérais pourtant jusqu’à présent avec une relative clémence au regard de leur position antérieure à celles du bâtiment scientifique qui m’achèvent chaque jour.
      Alors que je descendais ces fameuses marches, je n’ai même pas glissé mais je me suis retrouvée à faire un roulé-boulé sur les marches, un peu comme les gamelles effet boule de neige au ski. Surtout que dans ces cas là, on se voit tomber. On voit la marche qui se rapproche au ralenti, comme dans les films –sauf qu’en général c’est pour une cascade héroïque ou un baiser, ce qui est autrement plus attractif. On a le temps de se dire Oh non, non, je veux pme casser la gueule. Surtout qu’en tombant en avant, tu ne retombes pas sur ton postérieur. (Douée en anatomie, je sais.) D’ailleurs fait étrange, j’aurais du tomber sur l’arrière-train, vu que le sac à dos aurait du jouer en corrélation avec la pesanteur. M’en fous, après-demain, je ramène mon Gaffiot. Un peu d’ordre dans ce monde de brutalité *chuis une vraie adepte de Lindt oui. Leur chocolat pâtissier est autrement meilleur que le Nestlé* Résultat des courses du riz au lait au chocolat : un avant-bras éraflé malgré la couche de protection pull-manteau <presque aussi poétique qu’une couche de sédiment de géologie africaine, non ?> et une bosse qui selon le point de vue apparaît soit comme un deuxième genou, soit comme une ébauche de mollet de l’autre côté de l’axe du tibia.
       Heureusement, voyons le point positif de la chose, ce n’était pas une heure d’affluence, donc pas de regard moqueur pour cette cascade de haut bas vol – <dash power !> juste un visage effaré. Et d’avoir la tremblote jusqu’à poser mon séant sur une chaise de la cantine. Réjouissons-nous, les carottes rendent aimables, peut-être un jour arrêterai-je de ma plaindre. Ou peut-être pas.

 

[Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.]
[Encore heureux.]

Cher Père Noël,

Je serai très raisonnable cette année, je ne demande qu’un malheureux

retourneur de temps

[…]

[ Time goes back so slowly so slowly ] 

[…]

° Qui est assez vicieux pour penser qu’une fois le retourneur en poche, j’en profite pour revenir en arrière et demander d’autres cadeaux ? C’est pour un usage strictement professionnel. 

°  HP a de beaux jours en HK… entre le phénix de Mallarmé, les Hermione en puissance et la séduction potterienne, mon coeur balance !

Il y a pire qu’un vendredi 13 : il y a le lundi 13

1° Nam, un vendredi 13 est immanquablement suivi d’un samedi 14, tandis qu’un lundi 13 est suivi de tout une semaine.
2° Surtout lorsqu’à 8 heure du matin, les petits n’yeux encore tout embués de sommeil, on vous demande, au lieu de la correction de dissert (catastrophique) prévue, de vous atteler à une présentation-batârde-puisqu’avec- des-éléments-de-commentaires-mais-pas-un-commentaire-non-plus sur le Cid.
O râge, ô desespoir, ô jeunesse ennemie… 
3° En plus, on en est réduit à faire mentir le proverbe… pas de troisième point intéressant (loin de moi l’idée que les deux précédants l’étaient) 

Bon, Ephreet, où faut-il signer pour avoir sa carte de membre de la lose du lundi ? 

Bescherelle – dormir

      Sur les conseils de mon professeur de français, je vous invite à revoir votre conjugaison… Commençons avec un verbe encourageant : dormir ! ZZzzZZzZzZzzz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Théoriquement un clic agrandit l’image… J’ai bien dit théoriquement. Mais comme théorie et pratique sont souvent à l’opposé, cliquez plutôt ici.

 

       [ C’est bon les vacances ] [ surtout quand les facs ont enfin repris… ]